Pizarro: « Je resterais tifoso giallorosso pour toujours »

0
155

 

David Pizarro, transféré cet été de l’AS Roma à la Fiorentina pour rejoindre Vincenzo Montella, s’est exprimé à Radio Man Sport :

De Rossi ? Daniele, pour ce que je connais de lui, n’est pas un regista (milieu central dans le système de Zeman, ndr), et je crois que pour le bien de tous il devrait s’éclaircir avec Zeman. Mon passage à la Roma ? 6 années à Rome ne s’oublie pas mais je dois dire, avec extrême sincérité, que mon adieu au maillot gialloosso est arrivé pour un choix de la societa. J’ai compris rapidement que, malgré le fait que j’ai fais un grand ritiro, je ne serais pas dans les plans de la nouvelle gestion. Déjà quand Luis Enrique est arrivé, la situation était déjà fermé. Luis Enrique ? Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas trouvé d’espace dans son système. Je me suis toujours mis à la disposition de l’entraineur mais probablement qu’il ne me voyait pas dans ce rôle ou simplement qu’il n’y a pas eu le bon feeling. Mister Spalletti ? Avec mister Luciano nous étions assez proche. Avec lui j’ai toujours eu un splendide rapport et je dois dire qu’avec Montella cela est très similaire. Si j’avais pu le rejoindre au Zenith ? Il m’a apporté 6 ans à Udine où il faisait déjà très froid (rire, ndr).

Ce que je me souviens de l’ère Ranieri ? Le plus beau souvenir que je garde est l’incroyable remontée sur l’Inter lors de la première saison de Ranieri. Le plus mauvais reste le Roma-Samp qui nous a probablement coûté le Scudetto. Les polémiques avec Ranieri ? Beaucoup de choses ont été dites, comme par exemple que je ne me serais pas convoqué comme un professionnel. Quelques déclarations de l’entraineur m’ont également fait mal. Ma nouvelle aventure avec la Fiorentina ? C’est un club important mais il faut garder les pieds sur terre. Montella a demandé de croire en ce projet. Je ne sais pas si nous pouvons lutter pour arriver à la 3ème place. Peut-être que vers le mois de mars nous pourrons comprendre si cela est un objectif possible, mais j’espère y lutter avec la Roma, je l’a regarde de loi maintenant mais je la supporte toujours. Moi comme Pirlo ? Probablement que nous avons un profil assez proche, mais sincèrement et sans aucune prétention, je pense que je n’ai plus rien à prouvé dans le championnat italien. L’équipe nationale chilienne ? Je ne retournerais plus en Nazionale. Si je marque contre la Roma ? Je ne pourrais jamais exulter”.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here