Photo tirée du site Giallorossi.net

Diego Perotti s’est exprimé dans une vidéo live sur la page Facebook officielle de l’AS Roma :

« Nous passons un bon moment, l’équipe a fait ce dont personne ne croyait, nous nous sommes qualifiés comme premier, en championnat nous pouvons faire mieux mais nous faisons un beau début de saison. Quand avons nous compris que nous pouvions le faire ? Lors du premier match, avec le but manqué de Saul. Cela aurait pu tout changer, si on avait démarré par une défaite cela aurait été très dur. La chance a été de notre côté, à Londres nous pouvions aussi gagner, mais renverser le score après avoir été mené de deux buts a été le moment où on a compris qu’on pouvait le faire. Le 3-0 à l’Olimpico a été le moment le plus de ce que voulait l’équipe. La défaite à Madrid a enlevé un peu de confiance, mais si après le tirage on nous avons dit qu’il aurait suffit de battre Qarabag pour se qualifier, on aurait signé. Nous avons profité tous ensemble de cette qualification. Si je reste à Rome ? Je te le montre (montrant le maillot floqué « Perotti 2021 », ndlr). Beaucoup de belles choses ces six derniers mois ? Je suis honnête, déjà lors de mon premier match face à Sassuolo je me sentais vraiment bien, important. Cela m’est arrivé de ne pas beaucoup jouer la saison passée, j’ai toujours beaucoup joué, parfois mieux et parfois moins. Mais je donne toujours le meilleur de moi-même, ce début de saison a été un des moments les plus importants. Avoir ce cadeau (la prolongation, ndlr) me rend très heureux. Le plus beau but ? Contre Chelsea cela a été le meilleur, mais je pense que jusqu’à la fin de ma carrière celui face au Genoa, surtout contre mon Genoa, où je reçois encore des insultes, restera le plus important pour ce qu’il représentait ce jour-là. Francesco méritait un adieu à sa hauteur, nous ne voulions pas jouer le tour préliminaire de Champions, cela aurait été négatif. J’ai eu la possibilité de jouer avec le meilleur joueur de l’histoire de la Roma. Il méritait de dire adieu avec une victoire, je pense qu’il deviendra le plus important de ma carrière. Ce que je ressens lors des chants des tifosi pour moi ? Je l’attendais depuis longtemps, je l’avais entendu au Genoa, mais à Seville ils n’avaient jamais chanté ainsi pour moi. Cela me manquait un peu, ça n’est pas facile pour une tifoseria historique comme la notre de faire ce type de chant, de hurler le nom d’un joueur. Cela a été très émouvant ».