Panucci retrace son long passage à l’AS Roma

0
319

Christian Panucci, ex-joueur de l’AS Roma, s’est exprimé au site Ilposticipo.it :

« Aujourd’hui Rome est ma seconde ville ? Oui, j’ai joué 9 ans à Rome et je vis ici. Je porte la Roma dans mon coeur, mais j’ai du mal à en parler parce que c’est comme une femme que tu aimes et que tu as quitté et dont tu ne veux plus parler. Je parle toujours peu de la Roma parce que je l’aime. Je suis parti un peu en mauvais terme ? Pour ce que j’ai donné au club oui, mais je ne suis pas parti à cause des tifosi : quand je suis revenu à l’Olimpico avec le maillot de Parme, ils m’ont réservé un bel accueil. Certains à Rome ne se sont pas bien comportés avec moi. Si le fait d’être arrivé à la Roma de Capello la saison après le scudetto a été un désavantage ? J’aurais du arriver l’année d’avant, mais peut-être que l’année d’après nous étions encore plus fort parce qu’il y avait plus de conviction dans l’équipe. Si nous n’avions pas fait 2-2 à Venezia et 1-1 contre l’Udinese à domicile, nous aurions gagné le scudetto. Rome a été la plus grande surprise de ma carrière, je ne pensais pas que j’y aurais été et cela a été un coup de foudre. La saison 2007/2008, nous avions été proche du scudetto ? Nous avons été à 20 minutes du scudetto, puis Zlatan est entré avec l’Inter contre Parme, il a marqué et a anéanti nos rêves. Nous avions fait une remontée de 15 points. J’aurais voulu gagner ce scudetto pour l’amour que j’ai ressenti pour la Roma, vivre un aussi beau moment m’a manqué. Nous sommes arrivés seconds tant de fois, nous étions une équipe compétitive qui jouait bien et était respectée. Nous avons fait beaucoup de belles choses.

Spalletti ? Je lui parle souvent. Nous avons eu un vrai rapport, nous avons discuté comme cela m’est arrivé aussi à moi comme entraîneur de parler avec quelques joueurs, mais cela se finit toujours là. On a eu un rapport très plaisant, Luciano a un caractère fort et particulier, moi j’étais un joueur de grande personnalité, comme l’étaient Totti et De Rossi. Moi et Spalletti avons eu quelques accrochages, mais cela arrivent à tous et dans tous métiers. Cependant, il y a toujours eu un grand respect. La Roma sans Totti, De Rossi et Florenzi ? Francesco avait 41 ans quand il a arrêté, Daniele commençait à avoir des problèmes physiques. Pour les tifosi romanisti, les joueurs qui ont grandi à la Roma et qui ont toujours joué pour ce club sont éternels, ils voudraient qu’ils ne partent jamais. Le problème à Rome est comment gérer les choses : si tu vas à droite on te critique, si tu vas à gauche on te critique. L’entraîneur a été clair avec Florenzi, il ne pouvait pas lui garantir une place de titulaire, et il y aura l’Euro en juin. Alessandro ne se sentait pas important comme un capitaine doit l’être, il a eu la possibilité d’aller à Valence et il a choisi de partir. Fonseca ? Oui, il s’est très bien intégré, cependant il faut être attentifs parce qu’à Rome le vent peut tourner d’un jour à l’autre. A Rome je vis loin des projecteurs ? Oui, je suis une personne solitaire. Je vis à Rome avec mon fils, nous avons quelques amis, cependant nous sortons peu, je vais parfois au restaurant et c’est tout. Je suis très solitaire, en ce moment je vois beaucoup de matchs et je regarde des entraînements ».