Site AS ROMA

Panser rapidement la plaie

Dimanche à 15h, la Roma (12e) foulera de nouveau la pelouse de l’Olimpico pour y affronter l’actuel 6e du championnat, l’US Palermo. Une semaine après le douloureux épilogue du derby romain, les giallorossi devront réagir de suite face à une équipe sicilienne régulièrement dans les 8 premiers du championnat depuis sa remontée en Serie A en 2004. Un match qui s’annonce une nouvelle fois sous le signe de l’offensive.


L’adversaire du jour

Palerme serait un club tranquille et sans histoire s’il n’avait pas à sa tête le fantasque président Maurizio Zamparini, connu pour changer d’entraineur aussi vite qu’on change de chaussettes (35 changements d’entraineur en 24 ans de présidence à Venise puis Palerme !). Cette saison n’a rien changé puisque le 31 août, l’entraineur Stefano Pioli a été remplacé par le novice à ce niveau Devis Mangia qui doit déjà sentir la pression monstre de son président. Ce changement sur le banc palermitain arrive après un mercato fort agité autour du transfert de Javier Pastore qui a fait les choux gras des journaux pendant tout l’été. Annoncé dans les tous les clubs fortunés d’Europe c’est finalement à Paris version qatari que le talentueux argentin débarque en compagnie de Sirigu pour une somme de près de 50M d’euros !

Une rondelette somme que Zamparini s’est efforcé d’emmagasiner pour compenser les départs de certains joueurs majeurs la saison passée : outre Pastore et Sirigu au PSG, Bovo et Cassani sont partis en prêts au Genoa et à la Fiorentina et Nocerino a signé au dernier moment au Milan. En contre-partie, le gardien grec Tzorvas est arrivé du Pana, le convoité défenseur Silvestre a signé en voisin de Catane, les deux Edgar ont posé leur valises : Alvarez l’ancien romain en provenance de Bari et Barreto le paraguayen venue de l’Atalanta tandis que Mantovani (Chievo) et Cetto (Toulouse) sont venus renforcer la défense. Bref, une nouvelle fois Palerme a chamboulé son effectif mais a su conservé certains de ses hommes-clé comme le capitaine Miccoli, Migliaccio, Balzaretti, Ilicic ou bien Hernandez.

Le début de saison des rosaneri est simple à analyser après 6 matchs : au stade Renzo Barbera, les siciliens font le plein avec 3 victoires contre l’Inter (4-3), Cagliari (3-2) et Sienne (2-0). A l’extérieur par contre, ils sont plus vulnérables et n’ont pas remporté grand chose de leurs 3 déplacements : deux défaites à l’Atalanta (1-0) et au Milan (3-0) et un nul à la Lazio, bref un petit point et aucun but marqué ce qui contraste avec leur bon rendement à la maison (9 buts inscrits). Comme l’an passé, Palerme semble encaisser beaucoup de buts et quand l’attaque n’est pas au rendez vous, c’est tout le collectif qui souffre, des infos importantes que Luis Enrique a sans doute noté quelque part.


Du côté de Trigoria

Luis Enrique a goûté de façon amère à son premier derby sur le banc romain par une cruelle défaite dans les arrêts de jeu. L’issue du match en lui même fut cruelle avec une Roma dominante, à défaut d’être souveraine, qui avait réussi à ouvrir le score dès l’entame de match avant que l’expulsion de Kjaer et le pénalty sifflé remit totalement les laziale dans le match qui eurent le mérite de s’arracher pour mettre un terme à 5 défaites d’affilée dans le derby. Du coup cette défaite replonge la Roma dans le ventre mou dont elle avait réussi à s’extirper après ses victoires contre Parme et l’Atalanta. On attend donc une réaction d’orgueil des romains contre une dangereuse équipe de Palerme qui était parvenue à s’imposer à Rome l’an passé. Gênés ces derniers jours par les inondations dans la capitale, les joueurs savent qu’un déluge de buts serait la meilleure manière de sécher les larmes du derby.

Contre Palerme, Luis Enrique semble déjà avoir opté pour quelques changements suite au derby. Au milieu de terrain, De Rossi et Gago devraient être reconduits, accompagné de Pjanic qui redescendra d’un cran par rapport à la Lazio. En défense Cassetti remplacera Rosi, blessé pour épauler Angel sur les flancs. Dans l’axe, Stekelenburg aura une nouvelle charnière devant lui à savoir Burdisso et le revenant Juan. A la pointe de l’attaque, Lamela effectuera ses grands débuts sous les couleurs giallorossi et devra servir en bons ballons le duo Bojan – Osvaldo.


Par le passé

  • 2010/2011 : AS Roma 2-3 Palerme (Totti, Vucinic)
  • 2009/2010 : AS Roma 4-1 Palerme (Brighi x2, J.Baptista, Riise)
  • 2008/2009 : AS Roma 2-1 Palerme (Totti, Brighi)
  • 2007/2008 : AS Roma 1-0 Palerme (Mancini)
  • 2006/2007 : AS Roma 4-0 Palerme (Mancini x2, Totti x2)
  • 2005/2006 : AS Roma 1-2 Palerme(Cassano)

Les matchs entre romains et palermitains sont souvent l’occasion d’assister à des rencontres généreuses en buts, les deux équipes ayant une mentalité offensive de longue date. La Roma restait sur 4 victoires d’affilée à l’Olimpico avant que l’an passé, un pénalty de Pinilla et un doublé d’Hernandez viennent stopper cette série dont on souhaite qu’elle reprenne ce dimanche.


Le duel

Nicolas BURDISSO / Matias SILVESTRE : Le match des défenseurs argentins. Les deux joueurs ont été formés à Boca Juniors et chacun a réussi à s’imposer en Italie. Le giallorosso est d’abord passé par l’Inter ou à défaut d’être un titulaire régulier a enrichi son palmarès avant de rejoindre la Roma où il s’est rapidement imposé par son leadership, sa grinta et aussi ses qualités de défenseur évidemment. Remplaçant surprise lors du dernier derby, nul doute que Luis Enrique se passe une nouvelle fois de l’international argentin pour relancer la Roma ce week end. Pour cela il faudra tromper la vigilance de l’ancien joueur de Catane qui s’est faite une belle réputation en 3 ans là bas, de nombreux clubs lui ont fait la cour cet été notamment la Roma mais l’argentin a préféré rester en Sicile et a rejoint Palerme où il est déjà devenu un titulaire en puissance.


Les équipes probables

Roma (4-3-3) : Stekelenburg – Cassetti, Burdisso, Juan, Angel – De Rossi, Gago, Pjanic – Lamela, Osvaldo, Bojan.

 Palerme (4-3-1-2 ): Tzorvas – Pisano, Silvestre, Migliaccio, Balzaretti – Barreto, Acquah, Della Rocca – Ilicic – Miccoli, Hernandez.


L’arbitre

Le match sera dirigé par Mauro BERGONZI (39 ans), arbitre en Serie A depuis 2002 et au niveau international depuis 2009. Il a déjà arbitré la Roma en 6 occasions pour un bilan de 4 victoires, 1 nul et 1 défaite . La dernière fois remonte au 12 février dernier quand Naples était venu s’imposer 2-0 à l’Olimpico, la seule défaite donc des giallorossi avec Bergonzi au sifflet.