Pallotta: « 4-5 recrues, Nainggolan reste, Dzeko pas un rêve »

Après avoir présenté le projet définitif du nouveau stade et rencontré Rudi Garcia ainsi que les dirigeants pour parler notamment de mercato, le président James Pallotta avait organisé ce matin une conférence de presse à l’hôtel Ripetta.

Traduction tirée du site Un Cuore Romanista (ICI).

« J’ai décidé de faire cette conférence de presse pour vous donner l’opportunité de me poser des questions en direct. Car je suis un peu las de lire certains articles et considérations sur notre entraîneur et nos méthodes de travail ».

A quel mercato doit-on s’attendre ?
« Je ne vais vous raconter le détail de nos opérations; nous savons que, probablement, quelques joueurs vont partir mais nous savons ce qu’il faut faire. Nous avons besoin de 3-4 arrivées, nous avons souffert de l’absence de Strootman et Castan, donc cette année nous aurons besoin de 4-5 nouveaux joueurs ».

Roma peut combler l’écart avec la Juventus ? La copropriété de Nainggolan sera-t-elle rachetée ?
« Sur Nainggolan nous travaillons chaque jour, il veut rester, nous voulons qu’il reste. L’écart avec la Juve? Nous avons eu une deuxième moitié de saison difficile en raison des types d’entrainement et des blessures. Nous aurions été bien physiquement, nous aurions gagné bon nombre de ces 13 matchs finis par un match nul. Je ne pense pas qu’il y ait eu un si grand écart, mais il est vrai qu’ils ont fait une très grande saison. Je ne sais pas si cela va plaire aux supporters de la Roma, mais je suis heureux que la Juventus ait atteint la finale de la Ligue des Champions ».

C’est plus difficile de gagner le Scudetto ou de faire un stade ?
« Pour le stade, tout se passe conformément à notre programme. Le Scudetto? Si les joueurs sont en forme, si nous prenons les joueurs que nous suivons, je pense que c’est possible. Compte tenu aussi des méthodes d’entrainement et les initiatives que nous allons prendre. L’an dernier, nous étions compétitifs jusqu’à la mi-saison. Stade et scudetto, deux sujets pour lesquels je suis confiant ».

Quel secteur de jeu doit être renforcé en priorité ?
« Lorsque les joueurs sont en forme, notre milieu de terrain est parmi les meilleurs en Europe. L’absence de Castan en défense a eu des conséquences extrêmement négatives, sa présence aurait aidé Manolas, qui malgré cela a tout de même fait une excellente saison. Nous devons marquer plus. L’an dernier, l’attaque a eu des problèmes. Il y a eu des bonnes séquences comme à Turin ou contre le CSKA. La question centrale est la condition physique, je ne blâme personne, mais l’année prochaine, il y aura des changements (en fait, ils sont déjà en place, je pourrais vous faire voir les images). On doit faire plus et mieux ».

Des équipes ont des dettes supérieures à celle de la Roma, mais elles continuent à acheter. Le «fair-play financier» est-il juste ou non ?
«J’essaie de le comprendre moi-même. Je crois que la Roma est un exemple à suivre sur le fair-play financier. Nous avons hérité de beaucoup de dettes, en deux ans nous sommes passés à une situation de léger bénéfice. Nous avons longuement discuté avec les experts de l’UEFA et la sanction infligée nous a surpris. Moi aussi je me demande, en voyant d’autres équipes, comme elles arrivent à s’en tirer comme ça ».

Il est trop tôt pour rêver d’attaquants au salaire de Dzeko ou Higuain ?
« Non, ce n’est pas un problème ».

Hier, il y a eu cette rencontre avec Garcia. Vous restez convaincu que le français peut être le Ferguson de Rome ?
« Hier, je l’ai rencontré. Nous avons discuté, échangé des idées, nous sommes sur la même ligne de pensée concernant la saison qui vient de se terminer. Nous croyons que les changements doivent être mis en œuvre, certains sont déjà en place. Quand je parle de Ferguson, je parle de sa carrière extraordinaire, je souhaite que Rudi fasse de même avec nous. Après l’ouverture du stade, Rudi veut une prolongation de contrat. Nous avons beaucoup appris de la Ligue des Champions cette année. Il est impatient de commencer la nouvelle saison, il sait que nous l’aidons beaucoup en terme de préparation physique, de sorte qu’il puisse se concentrer sur les stratégies pour améliorer l’équipe sur le terrain. C’est de l’organisation, il n’y a pas de luttes de pouvoir, nous ne voulons pas brimer des compétences. Nous faisons un travail d’équipe, il faut du temps pour le mettre en place. Je suis devenu président il y a trois ans, Italo est avec nous depuis deux ans et demi ; nous travaillons ensemble comme une équipe, sans luttes de pouvoir ».

La vente d’une part du Milan par Berlusconi à Mr Bee vous inquiète ? Milan peut être un nouveau rival au niveau de la Juventus ?
« Tout le monde qui vient renforcer la Serie A apporte quelque chose de positif. Nous nous concentrons sur le terrain, sur les aspects financiers et de gestion. Avoir de sérieux concurrents en Italie est important. Je ne sais pas comment ça s’est passé. Aujourd’hui la Roma vaut plus que le Milan au niveau marketing et des recettes. Notre valeur dans le monde est énorme. La Juve? Un club qui fait du très bon boulot au niveau gestion ».

Pourquoi la Roma n’a pas de sponsor maillot principal ? Pourquoi un accord avec Nike a été signé pour moitié moins que celui précédent avec Kappa ? Comment pensez-vous que la Roma pourra réduire l’écart en terme de revenus avec la Juventus ?
« Pour le sponsor, nous avons plusieurs marques intéressées. Atteindre à nouveau la Ligue des Champions est bon pour nous. Nous avons commis une erreur pour le maillot, on pensait initialement faire une opération unique avec le nom du stade, mais maintenant nous sommes en train de changer les choses. L’idée de combiner maillot et stade était une erreur. Chapitre Nike: nous avons signé un accord qui va nous générer des revenus considérables au fil du temps. Nous ne sommes pas très satisfaits de la production Nike à court terme. Beaucoup ne parvienne pas à obtenir le kit. Nike doit se bouger, nous avons des responsabilités mondiales et Nike doit augmenter la production. Peut-être qu’ils ne seront pas heureux de l’entendre de ma part, mais ils doivent se bouger. Ils produisent des superbes kits qui doivent être mis en vente. L’écart avec la Juventus peut être comblé, nous allons prendre des initiatives en terme de merchandising extrêmement importantes, qui générerons des revenus énormes. Fondamentalement, on revient toujours à la question du stade, nous aurons un bien meilleur chiffre d’affaire quand il sera construit ».

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné avec les joueurs cette année? Sa relation avec les fans ? Le rôle de Roma Cares ?
« Vous devez comprendre que la blessure de certains joueurs n’a pas aidé, il faut le comprendre. Si les joueurs ne sont pas en forme, ce n’est pas de leur faute, c’est de notre faute: nous devons améliorer les entraînements collectifs. Le match contre le Bayern a eu un grand impact psychologique. Mais j’ai vu une bonne réaction dans le dernier mois de la saison, Rudi a fait un excellent travail. Contre la Lazio, nous avons joué l’un des meilleurs matchs de ces deux dernières années. Nous avons subi l’égalisation, puis nous l’avons finalement emporté conquérant ainsi la Ligue des Champions. Je voudrais que vous arrêtiez de dire que je suis contre la Curva Sud. Elle est fondamentale, c’est la force de notre tifo. Et elle sera encore plus cruciale quand dans le nouveau stade elle sera à 9 mètres du terrain. Il y a une très petite partie des tifosi qui crée des problèmes, mais cela arrive partout. Cela ne contribue pas à aider l’équipe. Si il y a des problèmes de violence ou de racisme, je le condamnerai toujours, défendant toujours les joueurs si des tifosi sont injustes avec eux. Il faut toujours soutenir l’équipe même quand les choses vont mal. Rome Cares fonctionne bien, nous avons des projets importants pour l’avenir ».

Quelle est votre idée sur l’avenir de Totti ?
« Francesco est un joueur incroyable dans l’histoire de la Roma. Il aura un rôle dans cette équipe, tout le temps qu’il le voudra. C’est la dernière année de son contrat, nous n’avons pas encore parlé de la suite. La décision sera prise en commun. Tant qu’il jouera, il représentera une valeur ajoutée. J’aimerais que nos jeunes soient dans la même excellente condition ».

Au cours des dernières années pour acheter la Roma a d’abord du vendre. Il en sera de même cette année avec Nainggolan et Pjanic ?
« Je ne voudrais pas parler du marché des transferts. Soyons discrets. Chaque fois que nous vendons un joueur, nous y réfléchissons bien avant. La situation de Benatia était particulière. Pour Marquinhos, c’était une bonne affaire, comme pour Lamela ».

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné au niveau de la préparation physique ? Quels sont les objectifs pour la saison prochaine ?
« Nous avons besoin de plus de coopération. J’ai choisi de changer les choses déjà en Janvier, nous avons identifié certains des meilleurs spécialistes au monde, qui travaillaient déjà à Boston. Ce ne fut pas facile pour eux de venir à Rome, mais cela n’a pas été facile pour moi non plus car sans eux, je vais prendre du poids ! Le dernier jour de la saison, nous avons choisi qui allait rester ou non. Rudi a été très surpris. Nous gardons un des médecins. De ceux qui sont restés, nous avons eu de très bons retours. Ces changements nous feront devenir parmi les meilleurs clubs du monde, à la fois sur le terrain et hors du terrain. Même Trigoria est en train de changer de façon spectaculaire ».

Garcia a parlé de la Juventus comme inaccessible. Vous êtes d’accord ? Vous avez du le convaincre de rester ?
« Rudi ne voulait pas exactement dire ce qu’il a dit. Il ne s’est pas bien exprimé. Nous n’en avons pas parlé ensuite, il sait qu’il a fait une erreur. Je ne pense pas qu’il y ait un grand écart entre nous et la Juventus. Nous pouvons rivaliser avec eux et les battre. La première partie de la saison dernière s’est bien passée. Avec le personnel médical, nous avons fait le point en Décembre avec Walter, Rudi et Italo, parlant de blessures. À 03h00 du matin, , la réunion a pris fin, des décisions ont été prises. Puis nous avons commencé à rechercher de nouveaux collaborateurs pour améliorer la situation. Si Gervinho reste ou part? L’avis de Rudi importe et comment. Il décide de la stratégie du jeu, son avis est important. Lui aussi fait partie du processus de décision. Sur la Juve, il s’est tout simplement mal exprimé. Ils ont un chiffre d’affaires plus élevé, mais nous espérons le dépasser avec l’inauguration du stade ».

La politique d’achat de nombreux jeunes talents a fait dépenser beaucoup de ressources à la Roma. Pour gagner allez-vous changer de stratégie en achetant des joueurs plus expérimentés ?
« Cela n’a pas beaucoup de sens. Sabatini a fait un excellent travail en découvrant de grands talents. Certains d’entre eux ont subi des blessures ennuyeuses cette année. Nous avons acheté des jeunes de valeur, même si je ne suis pas sûr de ce que l’on entend par jeunes, 18 ans à 19 ans ? Regardez Marquinhos, ici il a bien joué et ensuite il nous a bien aidé pour le mercato. Cette politique d’achat des jeunes est positive et fonctionne bien, même chaque situation est unique en soi ».