Nico Lopez: « Zeman et Burdisso ont été importants pour moi »

Nico Lopez a fêté mardi sa première titularisation à l’AS Roma, face à l’Atalanta en Coppa Italia. L’uruguayen de 18 ans a livré son tout premier interview à la chaine TV du club Roma Channel, où il revient sur son intégration et ses aspirations futures.

Ma première titularisation ?
« J’attendais ce moment depuis longtemps. Je sais que je suis jeune, j’avais envie de jouer 90 minutes et je suis très heureux ».

Le bu contre Catania ?
« Marquer un but sous la Curva est très beau, une très forte émotion. Le premier geste instinctif a été de mettre le ballon sous le maillot pour ma fiancé qui attendait notre enfant ».

Quel est la plus grande émotion de ta vie ?
« J’ai toujours désiré devenir papa très jeune. Je vis une très belle relation avec ma fiancé, et cet enfant est ici et me rend pleinement heureux ».

Qu’es-ce que tu aimes faire en dehors du football ?
« Sortir, aller au centre commercial, être avec ma famille, aller voir un film ».

Comment es-u devenu footballeur ?
« J’ai commencé à jouer au football à 4 ans, j’ai ais ma formation au Nacional de 12 à 17 ans, et maintenant je suis ici à Rome. Je suis très heureux ».

Te souviens-tu de ton premier match avec le Nacional ?
« Cela a été une émotion très forte, je m’étais entrainé avec l’équipe première depuis seulement quelques jours. Le samedi je suis entrée sur le terrain et j’ai marqué aussi un but. Une très belle soirée ».

De qui t’inspires-tu ?
« Je ne me compare à personne, j’ai beaucoup de joueurs que j’apprécie. Si je dois faire un nom je dirais Messi ».

Ton rapport avec tes coéquipiers ? Tu passes du temps avec Lamela ?
« Je me suis très bien adapté. Dès le début je me suis rapproché des joueurs qui parlaient espagnol, comme Nico (Burdisso), Erik (Lamela) et d’autres qui sont partis. Puis sont arrivés Ivan (Piris) et Mauro (Goicoechea).

Quelle a été l’importance de Burdisso pour toi ?
« Très important. Déjà quand l’Uruguay jouait contre l’Argentine il était un joueur que je suivait avec attention, de ce fait tout ce qu’il me dit je l’accepte avec plaisir. Outre le fait d’être un grand champion c’est une grande personne ».

Ton rapport avec Zeman ?
« Dès que je suis arrivé, j’ai fais de mon mieux et j’ai donné le maximum. Depuis que Zeman est arrivé je m’entraine toujours avec l’équipe première. Je le remercie pour m’avoir donné sa confiance dès le début, pour m’avoir donné du temps de jeu, pour m’avoir lancé hier en titulaire. Je sais que je dois m’impliquer encore beaucoup, il me manque encore des mouvements à apprendre et j’ai encore quelques problèmes avec la langue ».

Une année est passé. Te sens-tu changé comme homme et comme joueur ?
« Je me sens plus mature. J’ai changé de pays, j’ai lancé beaucoup de choses importantes là-bas, notamment ma famille, même si certains sont avec moi ici. J’ai laissé une partie de ma vie au pays, et cela m’a fait murir. L’adaptation dans un pays nouveau est toujours difficile. Avec de la bonne volonté nous réussissons toujours à surmonter ces difficultés. Puis mes amis m’ont aidé, ils sont restés en contact avec moi et m’ont aidé ».

La Primavera?
« Cela a été une belle expérience de passer quelques mois en Primavera, et de marquer plusieurs buts. Autant le mister que les coéquipiers m’ont très bien accueilli ».

Alberto De Rossi t’es toujours très proche.
« J’ai eu un beau rapport avec lui, c’est quelqu’un de bien, une personne dont je suis très reconnaissant. Il m’a beaucoup aidé, notamment pour la langue. Puis j’étais aussi en retard de condition physique, je suis resté sans jouer pendant 4 mois et il a eu la patience d’attendre ».

Ton rapport avec Sabatini?
« C’est une personne envers qui je suis extrêmement reconnaissant pour m’avoir amené ici. Il me soutient et m’encourage à aller de l’avant ».

La saison de la Roma 
« Nous avons une bonne équipe et nous l’avons fait voir lors de la préparation d’avant-saison. Nous sommes une équipe solide, forte et puissante. Ensuite cela peut arriver d’avoir des hauts et des bas. Maintenant nous sommes dans une période positive et nous espérons continuer ainsi ».

Ton rapport avec l’équipe nationale d’Uruguay ? Ce que signifie pour toi d’endosser le maillot nationale même au niveau des jeunes ?
« C’est le rêve de tout joueur, je fais le maximum pour avoir cette possibilité et je remercie la Roma qui m’a donné la possibilité de pouvoir montrer ce que je sais faire ».

Comment vois-tu ton futur ?
« Le maillot de la Roma est important, outre le fait d’être très beau. C’est un club important et avec une longue et vaste histoire. En Uruguay je suivais le championnat italien et je savais quel club était la Roma et dès que j’ai eu cette possibilité je l’ai prise sans hésiter ».

Totti ?
« C’est une très belle expérience de pouvoir être sur le terrain avec lui. Pour le moment je ne l’ai fais qu’à l’entrainement, je dois chercher à toujours l’observer pour le comprendre le plus possible »

Un mot pour les tifosi ?
« Soyez tranquilles, la Roma joue toujours pour vaincre, et « sempre Forza Roma » ».