Site AS ROMA

Ne pas rester dans les starting-blocks

Ce dimanche à 12h30, l’AS Roma reçoit à l’Olimpico le promu et relégable Novare, pour la 30e journée de Serie A. Malgré la défaite face au Milan les giallorossi restent sur une série très positive à domicile, et une victoire face à une faible équipe en déplacement permettrait de réhausser les ambitions du club.


L’adversaire du jour

En 1956, le Novara Calcio était relégué en Serie B après 24 saisons parmi l’élite et où 2 ans plus tôt un certain Silvio Piola tirait sa révérence sous le maillot azzuro à 41 ans. Nul doute que les dirigeants de l’époque et les tifosi de cette ville du Piémont pensaient qu’il faudra attendre 55 ans après avant de revoir le club goûter de nouveau la Serie A. Plus d’un demi-siècle donc et beaucoup de turbulences puisque Novara va descendre palier par palier les échelons sportifs jusqu’à se retrouver en Serie C2 (4e division) jusqu’en 2003 ! A partir de là le club azzuro va remonter petit à petit : Serie C1 en 2004, Serie B en 2010 et Serie A en 2011. Une accélération brutale au point de vue sportif pour ce club qui ne s’attendait pas à retrouver l’élite aussi rapidement.

L’an passé en effet, tout juste promu, Novara réussit à finir 3e de Serie B et accrocher un strapontin en playoffs où il s’en sortit brillamment vainqueur en éliminant la Reggina puis Padoue. La liesse entourant cette montée quasi historique fut rapidement ramené à la raison puisque l’entraineur Attilio Tesser a du renforcer son effectif amoindri cet été par les départs de leurs deux meilleurs buteurs, Bertani (17 buts) parti à la Sampodria et Gonzalez (15 buts) qui était prêté par Palerme. Peu fortuné, le club a utilisé le système D pour recruter en allant dénicher des joueurs au noms peu ronflants mais rompus aux joutes de la Serie A comme Massimo Paci (Parme), Riccardo Meggiorini (Genoa), Takayuki Morimoto (Catane), le brésilien Jeda (Lecce) ou encore Paolo Dellafiore (Parme) qui viennent s’ajouter au noyau dur du groupe à savoir les milieux de terrain Marco Rigoni et Filippo Porcari, les défenseurs Michel Morganella et Giuseppe Gemiti sans oublier le gardien international albanais Samir Ujkani. Cet hiver est arrivé de Naples Giuseppe Mascara.

Si Novare se morfond en queue de classement, leur série actuelle n’est pas si mauvaise que cela. En effet Novare reste sur trois matchs sans défaites, avec notamment une victoire sur son terrain contre l’Udinese et une autre sur le terrain de Sienne. Malgré tout leur saison est très médiocre, et cela encore plus en déplacement. De manière générale, Novare ne compte que 5 victoires en 29 rencontres, en étant également l’avant-dernière défense (46 buts) et attaquen (24 buts). En déplacement cela est encore pire : seulement 2 victoires et 2 nuls en 14 déplacements. Si l’on rajoute à cela le fait que Novare arrive demain sans ses 2 hommes forts en attaque : le milieu offensif et capitaine Rigoni (auteur de 7 buts) et l’expérimenté Mascara.

Du côté de Trigoria

La Roma est malheureusement redescendu sur terre suite à sa défaite sur le terrain du Milan, avec un score de 2-1. Malgré tout, tout n’a pas été à jeter, et avec un poil de chance en plus les giallorossi auraient pu ramener un ou plusieurs points de ce déplacement. A l’Olimpico la dynamique est plutôt positive, et il devient dernièrement difficile de venir prendre des points ici. Avec les rencontres gagné face à Palerme et le Genoa, ont retiendra tout de même une meilleure assurance défensive, même si certaines erreurs d’inattention persistes. Malgré cela, un bon résultat demain pourrait lancer le sprint finale de belle manière, considérant notamment le fait que 3 des 4 prochaines matchs se joueront à la maison. On notera également la bonne forme actuelle d’Osvaldo, qui a marqué à chaque fois de ses deux dernières sorties.

Luis Enrique devra cependant faire avec de nombreux absents. S’il pourra bien compter sur Stekelenburg, cela sera sûrement Pigliacelli qui s’assiéra sur le banc, étant donné les absences de Lobont et Curci. En défense c’est l’hemoragie : Cassetti, Burdisso et Juan blessés, Heinze suspendu. Au milieu Greco est toujours blessé, tout comme Borini en attaque. Cela profitera une nouvelle fois aux jeunes Viviani et Piscitella.
De Rossi s’installera donc en défense centrale avec Kjaer, pendant que le ballotage reste habituel sur les côtés. Au milieu le mister hésite entre Marquinho et Simplicio. Pendant que devant Totti, Lamela et Bojan se départagent 2 maillots pour accompagner Osvaldo.

Par le passé

  • 1955/1955 : AS Roma 2-1 Novare
  • 1954/1954 : AS Roma 5-3 Novare
  • 1953/1953 : AS Roma 3-0 Novare
  • 1952/1952 : AS Roma 4-1 Novare
  • 1950/1951 : AS Roma 0-0 Novare

Une autre époque… Des antécédents très lointains tant Novara a mis du temps à retrouver la Série A. On notera pour l’anecdote que lors de sa seule saison en Serie B de son histoire, la Roma voyait Novara en Série A.

Le duel

Takayuki MORIMOTO/ Bojan KRKIC : Le match des jokers de luxe offensifs. Après 5 ans à Catane, le japonais (23 ans) est partie en copropriété à Novara où il a pour le moment inscrit 3 buts en 13 rencontres. Mais en étant seulement 6 fois titulaire. Habitué des buts en seconde période, il faudra d’autant plus se méfier de lui quand on connait les carences défensives de la Roma à l’approche du coup de sifflet final. En face, le petit espagnol a quitté le cocon barcelonais pour se confronter à une autre réalité. S’il a été quasiment autant de fois titulaires que le japonais (8 fois) il est cependant entrée à 17 reprises en cours de jeu, pour un total de 4 buts (dont 3 en entrant en jeu, avec notamment un lors du match aller justement). Ce duel pourrait donc être celui de la dernière demi-heure, où leur probable entrée pourrait apporter de la fraîcheur à leur équipe respective, et pour pourquoi pas venir inscrire le but victorieux.


Les équipes probables

Roma (4-3-3) : Stekelenburg – Rosi, Kjaer, De Rossi, Angel – Gago, Marquinho, Pjanic – Totti, Lamela, Osvaldo.

Novara (5-3-2) : Ujkani – Morganella, Paci, Lisuzzo, Garcia, Gemiti – Porcari, Radovanovic, Pesce – Jeda, Cracciolo.


L’arbitre

Le match sera dirigé par Andrea ROMEO (41 ans), arbitre en Serie A depuis 2005. Cet arbitre a dirigé 4 fois la Roma en championnat dans sa carrière pour un bilan de 2 victoires et 2 défaite. Cette saison le seul précédent est une défaite 4-2 sur le terrain de Cagliari. Si on remonte un peu plus loin, la Roma avait battu la saison dernière Palerme à l’Olimpico 3-2.