Photo tirée du site Forzaroma.info

Radja Nainggolan (qui a rendu visite à Kostas Manolas à Rome il y a quelques jours), ex-joueur de l’AS Roma (203 matchs, pour 33 buts et 29 passes décisives) et désormais à l‘Inter (22 titularisations sur les 43 matchs toutes compétitions confondues des nerazzurri), s’est exprimé au site belge Hln.be:

« L’adieu à la Roma ? Dès lors que j’ai su qu’ils voulaient me vendre, j’ai stoppé les rapports. J’ai passé une période dans laquelle j’étais très peiné pour comment s’est fini mon aventure à Rome. Désormais, cependant, je suis serein. Ma façon de jouer m’amène à être respecté et bien-voulu, parce que je donne toujours le maximum sur le terrain. Monchi ? Avec lui j’avais un rapport ouvert : on se réunissait souvent avec les 6-7 joueurs les plus représentatifs et tous ensemble nous parlons de comment faire au mieux pour le club et l’équipe. Je me sentais un joueur important. Puis, ensuite, j’ai su les choses qu’il disait de moi et cela ne m’a pas plu… Trois jours après son adieu à la Roma, l’équipe qu’il disait être amoureux, il était déjà d’accord pour retourner à Seville. Pour moi cela veut dire beaucoup… Sans lui, peut-être que je serais encore à la Roma. Il voulait m’envoyer ailleurs, mais c’est moi qui ait choisi l’Inter parce que Spalletti a poussé pour m’avoir et cela a été la bonne décision. Peut-être que si j’étais à resté à la Roma, alors j’aurais pu déclencher une guerre mondiale. J’ai eu une prise de bec avec le directeur sportif Monchi, qui ne s’est pas comporté de manière professionnelle à mon égard. Si durant l’été il m’avait dit: « Je veux te vendre », je l’aurais accepté. Cependant il n’a pas fait ainsi, et dans le même temps il a envoyé des intermédiaires en Turquie pour me vendre à mon insu. A ce point j’ai compris que ma période a Rome été fini, c’était moi oui lui. Parce que je suis quelqu’un de sincère et si j’étais resté à Rome, après ce qu’il m’a fait, j’aurais pu déclencher chaque jour une nouvelle guerre mondiale. L’Inter ? J’ai bien été accueilli autant par mes coéquipiers que la società, surtout que pour moi ça n’est jamais facile de changer d’environnement. Je suis toujours resté attaché aux endroits où j’ai été : Cagliari et Rome, où j’ai donné et reçu beaucoup. A Cagliari j’ai construit ma famille, à Rome j’ai été un Dieu et j’ai seulement de bons souvenirs.

Je suis content d’être ici, il y a un entraîneur qui m’a fortement voulu et avec qui j’ai un excellent rapport. Spalletti est tactiquement très fort, il a fait beaucoup pour me faire venir ici, j’espère lui donner beaucoup d’ici à la fin de la saison. Je n’ai jamais eu autant de blessures que cette saison. Inter-Roma ? Si je marque je n’exulterais pas. Je signerais de suite pour qu’on finisse 3ème et la Roma 4ème, je suis resté en bon rapport avec beaucoup de mes ex-coéquipiers et ça me ferait plaisir qu’ils soient heureux. A Rome j’ai vécu des années inoubliables et j’ai beaucoup de beaux souvenirs : la saison passée nous avions rejoint des objectifs importants, mais les aventures se finissent et d’autres s’ouvrent. Avec l’Inter c’est un autre beau chapitre et désormais je pense seulement à bien faire ici. Dzeko à l’Inter ? Avant de venir à l’Inter, je savais déjà comment était Milan et cela vaut aussi pour lui. Comme joueur, même s’il a 33 ans, je le vois bien parce qu’il a une valeur indiscutable, il donne tout pour ses coéquipiers et marque beaucoup. Cette année il semble en calage parce que les résultats de l’équipe te porte un peu en difficulté, mais ça n’est pas ainsi. Zaniolo ? Pour moi ça n’est pas un problème parce que chacun a sa carrière. J’ai joué 10 ans au haut niveau, 9 bien et cette saison moyennement. Lui a fait 20 matchs en Serie A, dont 18 bons… C’est normal qu’on aprle bien des jeunes à qui désormais tout est mis sur un plateau d’argent, pendant qu’avant un jeune devait démontrer beaucoup plus, même seulement pour arriver en Serie B. Je suis content pour lui et je lui souhaite le meilleur parce que je ne suis aigri envers personne. Je pense à ma carrière et c’est tout. C’est facile de faire une bonne saison, mais nous verrons d’ici 10 ans. Totti ? Totti représentera toujours la Roma et peut importe son rôle, il n’a pas besoin d’une motivation en plus pour démontrer qui il est. Je lui souhaite le meilleur parce que je lui veux le meilleur ».