Mkhitaryan: « C’était le moment de changer d’air, pas de pression je veux profiter »

0
454
Photo tirée du site Forzaroma.info

Fraîchement rentré de la sélection d’Arménie, Henrikh Mkhitaryan a été présenté à la presse, ce mardi, du côté de Trigoria :

Gianluca Petrachi (directeur sportif de l’AS Roma) fait l’introduction de la conférence de presse: « Bonjour à tous. Nous sommes ici pour présenter Micky, qui aime être appelé ainsi. Nous sommes contents et fiers d’avoir pris un autre joueur de niveau international. Je suis convaincu que son expérience, sa technique et son intelligence pourra amener un niveau supérieur à l’intérieur de la Roma calcio. Nous serons dans les conditions de pouvoir garantir ce dont il a besoin : soutien, motivation et l’envie de jouer au football. Cette affection et cette chaleur que chaque joueur se sent de devoir avoir. La Roma, avec des tifosi, lui fera sentir cette ferveur ».

Puis Henrikh Mkhiraryan prend la parole: « Je suis heureux d’être ici. Avant d’arriver là, j’ai passé une période peu facile. Désormais je repars avec une nouvelle aventure. Je suis conscient des objectifs que le club s’est fixé. Aujourd’hui j’ai rencontré pour la première fois mes coéquipiers, le mister. Il y a toutes les conditions pour avoir un futur radieux au club ».

Dans quel rôle te trouves-tu le mieux : meneur de jeu ou bien sur un côté ?
« Je peux jouer à tous les postes de l’attaque : à droite, à gauche ou bien derrière la pointe. Quand je joue sur le côté, ma caractéristique meilleure est celle de repiquer dans l’axe. Pour moi l’important est d’aider l’équipe ».

As-tu déjà rencontré certains coéquipiers rencontré en sélection ?
« Nous avons parlé après le match contre l’Italie, avec Florenzi sur la ville. J’ai aussi parlé avec Dzeko sur le match opposant nos sélections, sur son but. A la fin des matchs, avec les internationaux, nous étions focalisés sur le prochain match de la Roma ».

Tu as une moyenne de buts plus basse ces dernières années. Qu’est-ce qu’il te manque pour franchir la marche supérieure au niveau de la finition ?
« Quand je joue avec l’Arménie je fais l’attaquant. Je peux faire ce que je veux, sans me soucier des tâches défensives, dans un rôle où je dois faire le raccord entre le milieu et l’attaque. Mon objectif est celui de marquer le plus possible et de faire le plus de passes décisives possible, qui est la chose qui me donne le plus de satisfactions ».

Que penses-tu du style de jeu de Fonseca ?
« J’ai suivi les matchs du Shakhtar en Champions League et en championnat. Je n’ai pas analysé en détails les performances, mais j’ai été impressionné par le jeu offensif et sa façon de jouer au football, notamment en Champions. J’espère que le mister pourra faire la même chose ici à Rome, qui puisse plaire au tifosi ».

As-tu reçu des messages de la part des tifosi de la Roma ? Pourquoi avoir choisi la Serie A ?
« J’ai reçu beaucoup de messages des tifosi de la Roma après les matchs contre l’Italie et la Bosnie. Ils étaient contents de mes prestations contre eux. Je ferais de mon mieux et je ne lâcherais jamais rien pour ce club. Je ne ressens pas la pression, je joue au football depuis tout jeune, et quand tu joues dans de grands clubs tu sais qu’il y a le risque d’être critiqué. La Serie A a été une grande occasion que mon agent ma présenté le dernier jour du mercato. Je n’ai pas parlé d’argent, je suis ici pour profiter du football et me divertir ».

Tu quittes le meilleur championnat du monde avec la Premier League, as-tu l’intention d’y retourner ?
« Avant tout, j’ai quitté l’Angleterre. Désormais je suis ici à Rome et je veux me concentrer sur le Serie A. Je n’ai pas l’impression d’avoir fais un pas en arrière parce que j’ai choisi un grand club, un grand championnat qui a une forte réputation. Cela était sûrement le moment de changer d’air. Pour un joueur c’est important d’avoir du plaisir à jouer au football, et peut importe où. A Arsenal je n’essaie pas ressenti le plaisir de jouer ».

La VAR ?
« Il y a des situations où elle est utile, et dans d’autres où je ne comprends pas pourquoi cela rend tout compliqué. Parfois cela arrive de marquer un but et puis il vient annulé, puis on exulte et l’annulation arrive. Il y a des situations où je me sens anglais avec la VAR et d’autres où je me sens italien ».

Pourquoi Arsenal t’a laissé partir ?
« C’est une question difficile. Je ne suis pas dirigeant d’Arsenal. C’était mon désir de partir vu que j’étais sur le banc dernièrement. J’avais décidé de changer d’air, j’ai choisi la Roma parce que je savais que j’aurais eu plus de possibilité de jouer ici. Cela n’a pas été un choix facile de quitter Arsenal pour partir en prêt, mais désormais je suis ici grâce au directeur sportif de la Roma ».

Penses-tu avoir des problèmes en Turquie pour l’Europa League ? 
« Non, il n’y aura pas de problème en Turquie. Cela été une chose entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Quand j’ai été là-bas, je n’ai jamais eu de problèmes ».

Penses-tu avoir besoin d’un temps d’adaptation dans le football italien ?
« Quand je suis arrivé en Allemagne et en Angleterre, j’étais plus jeune. Désormais je ne penser pas avoir de problèmes, les coéquipiers m’aideront à m’adapter à la Serie A, à la ville. Pour le moment je suis ici pour une saison, donc le temps court ».

Penses-tu pouvoir déjà être titulaire face à Sassuolo ?
« J’ai parlé avec Fonseca de nombreuses choses, mais je ne suis pas sur de jouer dimanche contre Sassuolo. Demain cela sera pour moi mon premier entraînement et peut-être je partirais du banc. Je ferais tout pour travailler dur, pour gagner et obtenir de grandes satisfactions cette saison ».

La Roma peut remporter l’Europa League ? 
« Nous devons travailler match après match. Tous les joueurs de cet effectif sont ambitieux et à la fin les tifosi se rappellent de ce que tu as gagné, pas si tu as bien joué. Dans ma carrière j’ai toujours voulu remporter des titres. Mes ambitions et celles de la Roma coïncident ».

Qu’est-ce que tu gardes d’entraîneurs comme Klopp ou Mourinho, et qu’est-ce que tu peux apprendre de Fonseca ?
« Chaque entraîneur est différent, il y a une conception différente du football : l’un est beaucoup plus offensif, l’autre défensif, un qui se base sur les contre-attaque. J’ai beaucoup appris d’eux, mais j’ai 30 ans et je n’arrête jamais d’apprendre. J’apprendrais rapidement l’italien. Fonseca me dira beaucoup de choses que j’apprendrais et qui sera en quelque sorte une découverte ».