Site AS ROMA

Marquinho: « Je rêve de la Seleçao, et des sommets avec la Roma »

Marquinho s’est aujourd’hui livré à un entretien au site brésilien Globoesport.com. Le milieu de terrain qui appartient maintenant totalement à l’AS Roma revient sur ses envies pour la nouvelle saison et ses objectifs.

Comment te sens-tu suite au rachat total de la Roma ?
« Je suis en Italie depuis cinq mois, en jouant 3-4 mois pour montrer ma valeur. Je voulais miser sur cette nouvelle aventure. C’était un rêve de voir de découvrir de nouveaux lieux, où je peux jouer et travailler. C’est un excellent choix pour ma carrière. Je suis heureux d’avoir été confirmé ».

Le retard dans la négociation t’a donné quelques peurs ?
« J’ai essayé de lire les journaux le moins possible pour ne pas avoir d’anxiété. J’attendais seulement un appel de mon agent pour avoir du nouveau. J’espérais que cela soit également plus rapide, car on m’avait dit que ça se ferait vite. Cependant, la chose importante est que tout s’est bien passé et j’espère que je pourrais écrire une belle histoire à Rome ».

Maintenant que le rachat a été fait, quel est le prochain objectif ?
« Mon plus grand rêve est de jouer dans la Seleçao. Cela sera difficile de jouer en Europe, mais au moins je pense que je pourrais montrer ce que je vaux au monde entier. Les gens savent déjà qui je suis et comment je joue. Cette visibilité en dehors du Brésil est très importante ».

Comment s’est passé cette première moitié d’année en Europe ?
« Au début c’était difficile. J’ai pensé que ce serait différent même au niveau du contact avec les gens. Les Européens sont plus froids. Mais une fois que je me suis habitué, j’ai su apprendre leur chaleur comme les brésiliens. En un mois je me suis déjà senti comme chez moi. J’arrive à bien communiquer en italien sans même prendre de leçons ».

Quelle était la chose la plus difficile ?
« La principale difficulté a été la barrière de la langue. Dans mon équipe, nous sommes des joueurs plusieurs pays différents. Je dois toujours être du côté des brésiliens pour comprendre ce qui se passe. Après deux mois je me suis mieux adapté. La meilleure chose a été que je n’ai eu aucun problème à m’adapter au style de football italien ».

Ici au brésil, on a été surpris par ton adaptation rapide au football italien ?
« J’ai été moi-même surpris d’être titulaire dès mon deuxième match, mais d’autres m’avaient dit que ça se passeraient bien. J’ai longuement parlé à des joueurs du Fluminense qui ont eu des expériences en Europe (Rafael Sobis ou Thiago Neves) qui m’ont assuré que ça se passerait bien. Chaque fois j’ai jouer ma chance à fond. Je dois aussi remercier Luis Enrique qui m’a toujours aidé ».

Luis Enrique, l’ancien entraîneur de la Roma, était espagnol. Cela a contribué à la communication ?
« Un peu. Quand il parlait italien lentement, je le comprenais comme s’il parlait en espagnol. J’ai adoré vivre avec Luis Enrique. Il a été un grand joueur et maintenant il commence sa carrière d’entraîneur. Je pense qu’il sera bon et travaillera dans les grands clubs ».

Le prochaine entraîneur sera le tchèque Zdenek Zeman, ancien de Pescara. Qu’attendez-vous de lui ?
« Je sais qu’il a déjà été entraîneur de la Roma, il y a plusieurs années (entre 1997 et 1999). J’ai appris qu’avec lui c’était des entrainements très dur et qu’il préférez le côté physique. C’est un gagnant. Il l’a montré avec Pescara en Serie Bns. Il me salue aussi sans moi. J’espère que nous aurons de bonnes relations. J’apprends à le connaitre. Je sais qu’il pratique un football très offensif. J’espère qu’il arrivera à nous emmener aux sommets ».

Les Roma n’a pas gagné le Scudetto depuis 2001, et ne jouera pas la Champions League pour la 2ème saison de suite. C’est un défi d’essayer de mettre l’équipe sur la route de la victoire ?
« Maintenant il existe un état d’esprit différent, un groupe de jeunes. J’espère pouvoir être en mesure d’aider cette équipe à remporter le titre, et être en mesure de participer à cette histoire. »

Comment vit-on avec une idole comme Totti ? Qu’as-tu appris ?
« C’était très sympa, surtout pour ma carrière. Totti est un joueur qui a un nom en Italie, à Rome, où il fit toute sa carrière. Il le prouve tous les jours parce qu’il porte le maillot numéro 10 et il a tout. D’après ce qu’on me disait, je pensait qu’il était un peu nervé, mais il s’est calmé. C’est quelqu’un de très sympa et très abordable. Il aide tout le monde ».

Tu connais déjà la ville ?
« En cinq mois, je ne pouvais pas tout savoir. C’est une ville merveilleuse, avec de très bons restaurants. Les gens aiment beaucoup manger. Cette ville possède de nombreux attraits touristiques. C’est une ville à l’architecture historique. J’ai apporté ma famille entière au Colisée, par exemple. En fait, je devais aller à certains endroits plusieurs fois, mais chaque fois un membre de ma famille est venu me rendre visite… A Rio il fait chaud tout au long de l’année, alors qu’ici il y avait de la neige à mon arrivée. Le printemps commence à chauffer. Rome ressemble beaucoup à Rio, il y a la plage et c’est une ville chaude. C’est vraiment génial ».