Site AS ROMA

Marcos, Florenzi et Lamela: Les 3 réussites de Zeman

Si le début de saison de l’AS Roma se montre un peu en dents de scie, Zdenek Zeman peut tout de même se féliciter pour 3 véritables révélations en ce début de saison. Avec un jeune par ligne : Marcos (18 ans), Florenzi (21 ans) et Lamela (20 ans). Voici la recette du boemo.

Qui aurait cru au 31 août que ces trois joueurs seraient aujourd’hui considéré comme l’élément indispensable de leur ligne respective ? Peu de monde, voir personne… Mais leur cas est pourtant différent. Le défenseur pensait sûrement vivre une saison d’adaptation de figuration. Fraichement honoré de son titre de meilleur jeune de Série B, le milieu de terrain pensait avoir une carte à jouer, mais pas au point d’être l’indéboulonnable au milieu. Enfin, l’attaquant était considéré par tous ses coéquipiers comme celui qui devait être l’homme de la saison côté giallorosso. Mais pouvait-on imaginer un tel début en boulet de canon, au vue d’une préparation et des premiers matchs de championnat très difficile ?

Mais commençons par la véritable surprise, nommé Marquinhos. Arrivé à la surprise générale en fin de mercato, peu aurait misé sur un temps de jeu important de sa part. Et pourtant sa chance arriva très vite, dès la 3ème journée. Le central de formation fait son entrée arrière droit à la place de Piris, auteur d’une place litigieux quelques minutes avant. Il fera de nouveau son entrée le week end suivant, pendant environ 1h face à la Juventus, toujours à droite de la défense. C’est alors que Zeman décide de le replacer dans l’axe, au côté de son ex-néo-coéquipier Castan. Une place qu’il ne lâchera pu jusqu’aujourd’hui. S’il eût besoin de quelques matchs pour véritablement prendre l’ampleur de la tâche, il impressionne aujourd’hui toute l’Italie. A tel point qu’il est considéré sur les derniers matchs comme l’un des défenseurs centraux les plus efficaces de Série A à… 18 ans. Un sens de l’anticipation hors du commun, une vitesse de pointe exceptionnelle, ou encore une détente aérienne stupéfiante pour sa « petite » taille. Plus les matchs passent et plus il devient solide et imparable, laissant ces petites erreurs loin derrière lui. Marcos va probablement rejoindre d’ici peu le Brésil U20, pour disputer la Copa America de la catégorie. Le mister boemo devra donc faire pendant au moins 5 matchs sans son meilleur défenseur.

Continuons par notre véritable coup de coeur, en tant que tifosi romanisti, Alessandro Florenzi. Avec son titre de meilleur jeune en Série B, son retour était forcément attendu avec grande attention à la Roma. Si l’on se doutait qu’il pourrait profiter de nombreuses entrées en cours de jeu pour faire ses preuves et gagner sa place petit à petit, il aurait été difficile de l’imaginer aussi rapidement comme un titulaire. Mais il faut reconnaitre une chose : Son profil totalement adapté au football de Zeman l’a forcément aidé. Il est en quelque sorte son fidèle lieutenant, celui qui vient prendre la moindre consigne à chaque arrêt de jeu près du banc. Ses caractéristiques en font le « mediano zemanien » idéal. Sa combativité, sa percussion et sa capacité à se projeter vers l’avant lui permet d’être le relaie idéal entre le milieu et l’attaque. Cependant Florenzi commence à avoir un petit coup de mou, du à tous les matchs accumulés (et notamment l’Italie U21 et A). Un petit tour de repos lui serait sûrement bénéfique pour faire le plein d’essence dans le moteur.

Finissons avec celui dont les attentes étaient immenses à l’entame de la saison, Erik Lamela. Et pourtant, malgré que tous ses coéquipiers le voient lors des conférences de presse d’avant-saison comme l’homme clé de l’AS Roma, il peine à prendre ses marques. Habitué à jouer meneur de jeu et à revenir assez bas, Zeman lui demande de modifier sa façon de jouer, en prenant plus souvent la profondeur, et en se projetant le plus possible vers la cage adverse. Cela se montre très compliqué lors des matchs de préparations, ainsi que les 4-5 premières journées de Série A. Le jeune argentin ne semble pas maitriser les concepts du mister, et ce dernier n’hésite pas à le piquer publiquement. Mais voila, le déclic arrive très vite, et les buts vont s’enfiler comme des perles. En effet l’ex-joueur du River a inscrit la bagatelle de 7 buts entre le 7ème et la 12ème journée, soit en 6 rencontres. Un record qui restera même dans les anales du club giallorosso. Le voila totalement transformé, ses prises de balle sont dévastatrices et font la différence à chaque moment. Malgré son physique peu imposant, il s’impose à chaque fois dans les duels par ses coups d’épaule légaux. Lamela est devenu le véritable métronome de la Louve, à tel point qu’elle en soit presque devenue dépendant de son créateur et finisseur.