Luis Enrique: « Pas inquiet pour la blessure d’Osvaldo »

Luis Enrique s’est présenté en conférence de presse, pour répondre aux questions des journalistes, à la veille du premier match de l’année 2012, face au Chievo à l’Olimpico.

Hier tu as participé au dîner avec les propriétaires et la societa. De Rossi restera ou non à la Roma ?
« Hier nous n’en avons pas parlé au dîner. Je n’ai pas de doute sur le fait qu’il restera. C’est ma pensée mais c’est ce qu’il veut ».

Ce serait une belle histoire : rennoncer à l’argent des cheiks pour l’attachement au maillot.
« Il devait être prolongé il y a longtemps et c’est normal que l’on se trouve dans cette situation. Tous nous savons ce que signifie Daniele pour les tifosi et ce que la Roma soit pour lui ».

Borriello a été cédé, Osvaldo s’est blessé. Faut-il un autre attaquant ?
« Borriello est un grand joueur mais maintenant il est dans une autre équipe. Je suis déçu pour Osvaldo, il était devenu un joueur de référence pour nous. Je n’ai pas demandé de recruter des joueurs à la societa, nous avons aussi Caprari, Ciciretti, Verre, beaucoup de joueurs de la Primavera qui attendent leur instant. À la societa j’ai demandé seulement de dégraisser l’effectif ».

Si De Rossi voulait être vendu en janvier, tu t’y opposerais ?
« Il ne partira pas en janvier mais je ne crois qu’il partira non plus cet été. Je ne sais pas commet ait pu sortir cette hypothèse. C’est une situation étrange, sûrement. Un joueur de ce niveau devait être prolongé avant. Il s’entraîne de toute façon toujours avec le sourire ».

Arriver à 23 joueurs serait bien, ou voudrais-tu réduire encore l’effectif ?
« Le réduire encore ne serait pas un problème. Il y a aussi beaucoup de bons garçons en Primavera qui ne seraient pas les premiers choix mais qui pourraient aider l’équipe ».

L’aventure de Pizarro est-elle finie ?
« Il est un footballeur de la Roma. Il y a des règles, et lorsque elle ne sont pas suivis il y a des conséquences. Nous sommes une équipe, une petite famille, et tous savent quoi faire. Maintenant il est au Chili pour un problème personnel, que nous espérons qu’il résolve le plus tôt possible. Lorsqu’il reviendra nous verrons ce que sera sa pensée ».

Comment est l’équipe en vue de la rencontre face au Chievo ?
« La trêve pourrait être un point en notre faveur. Ce sera une compétition difficile, contre un adversaire qui a un grand positionnement défensif et qui joue bien le contre. Ce sera une équipe difficile, elle fera une bonne partie. Ils ont bien joué contre la Lazio et auraient mérité la victoire. Je ne sais pas qu’est-ce qui arrivera mais je veux voir la même envie, les mêmes prédispositions dans la phase offensive que défensive, à faire le jeu, que ce que nous avons montré fin 2011 ».

Sur le match de demain. Vous avez fini bien l’année 2011. Comment est l’équipe et quels problèmes pourrait-on voir demain ?
« C’était certainement le meilleur moment de notre début de saison, mais la trêve peut être un bon point pour répartir pour nous. Ce sera une partie difficile contre une équipe qui a de bonnes capacités défensives et capable de nous poser des problèmes devant. Ils ont été très bon face à la Lazio et pour moi c’est stimulant de devoir faire encore mieux. Je m’attends à ce que les garçons soient très motivés et je veux voir une équipe qui joue en bloc, et qui cherche souvent le but ».

Avec celle d’Osvaldo, cela fait 13 blessures musculaire à la cuisse. Faut-il trouver une explication ?
« Le football est un sport très dur. Les joueurs ont besoin d’une vie presque irréprochable. C’est difficile parce qu’ils sont jeunes, mais on doit vivre chaque instant avec caractère professionnel, mais il y a toujours cette possibilité. Osvaldo s’est blessé suite à une talonnade, un mouvement dangereux, mais de toute façon je ne suis pas préoccupé ».

Osvaldo, peut-être dans cet instant, était la pire blessure qui pouvait arriver. Qu’es-ce qui changera devant ? Qu’attends-tu de Bojan ?
« J’ai beaucoup de possibilités : je peux mettre Totti comme pointe ou bien mettre un autre joueur comme trequartista. Bojan fait parti des possibilités et je veux toujours de la concurrence. Nous avons besoin de tous les footballeurs et tous auront leur possibilité ».

Vos entraînements sont très difficiles. Cela peut-il être une clé pour les excellents résultats obtenus ?
« La clé selon moi est que l’on s’entraine comme on joue. Si tu es capable de t’entraîner bien chaque jour tu peux faire bien aussi en match. Cela nous donne confiance pour affronter chaque match avec la meilleure attitude et je suis convaincu que c’est la bonne voie ».

On entend beaucoup de noms pour remplacer Osvaldo. Préférerais-tu Amauri ou Quagliarella ?
« Sur ceci la societa décide. Je dois seulement faire travailler l’équipe et les faire jouer comme je veux. Si la società pense qu’il y ait quelques joueurs qui peuvent renforcer l’équipe, alors elle me le fait savoir et ensemble nous décidons ».

Mais si tu pouvais choisir entre les deux ?
« Je dirais toujours Messi ».

Comment as-tu trouvé les garçons au niveau physique et mental après la trêve ?
« Nous avons fait quelques jours de repos à Trigoria, mais tous avaient des programmes personnels à faire. Le préparateur athlétique a donné ces programmes personnalisés que tous doivent respecter. Les joueurs, je les ai trouvés bien, ils ont envie de bien faire et ont confiance en eux. Maintenant nous devons continuer cette série positive ».