Site AS ROMA

Luis Enrique: « Partir ou rester ? Ma décision est déjà prise »

Luis Enrique, avant de décoller pour Vérone, s’est exprimé face aux journalistes en conférence de presse. Il a notamment tenu à mettre en avant son effectif, a qui il prédit un très grand futur.

Quoi demander pour ces 3 derniers matchs ? Il peuvent conditionner votre futur ou votre choix est fait ?
« Non, je n’ai aucun désir à part préparer le prochain match. Nous devons battre le Chievo. Si nous perdons encore nous sortons de la lutte et c’est pourquoi on doit penser au Chievo ».

Baldini vous a confirmé pour l’an prochain. Vos sensations ? L’autre soir vous sembliez un peu démotivé…
« Je suis très motivé pour le prochain match. Ces 3 journées ne changent rien. Cette semaine on s’est trop vu, je le dis aussi pour vous ».

Vous vous sentez seul en ce moment ?
« Il y a Elena à côté de moi, puis Claudio Bisceglia (rire ndr), non, non ».

De combiens de bons joueurs a besoin cette équipe pour être compétitive ?
« Je ne crois pas que ce soit le moment de penser à ça, nous ne pensons qu’au Chievo. Je sais que la réponse n’est pas à la hauteur de la question, désolé ».

Totti sur le 2-2 a engueulé De Sanctis, qui voulait perdre du temps, pour chercher la victoire. Tu as noté ce geste ?
« Il était très énervé. Je les ai vus faire 50 metres en courant à la 90′ en ayant deux matchs dans les jambes. Même quand nous avons subi des grosses défaites, j’ai toujours vu les garçons déçus parce qu’ils voulaient gagner. J’ai toujours vu l’envie de bien faire, cependant à la fin les résultats manquent. Ce qui me déplaît le plus c’est de voir que les tifosi ne croyent pas que l’on donne le maximum. En ce qui me concerne j’essaie toujours de gagner plutôt que faire nul. Pour cela on a perdu des matchs où on aurait pu faire nul. C’est le risque à courir ».

Pourquoi vous ne voudriez pas rester : pour l’argent, pour le mercato, parce que vous êtes démotivé ?
« Rien n’a changé depuis 2 jours. Seul travailler m’intéresse ».

Pourquoi vous ne dites pas de vouloir rester ?
« Il y a deux possibilités : rester ou pas. Quand arrivera le moment je le dirai. Nous évaluerons puis déciderons, mais je sais clairement ce que je ferai, à 100% ».

Urgence en attaque contre le Chievo ? Stekelenburg sera là ?
« Pour moi pas d’urgence. C’est vrai que Bojan sera difficillement titulaire mais Tallo ou Piscitella peuvent le remplacer. Le Chievo a fait une bonne saison, avec un schéma qui a fait ses preuves. J’espère voir une grinta de la Roma similaire à celle contre le Napoli. Nous avons du mal à l’extérieur et il faut faire des résultats. Stekelenburg ne devrait pas avoir récupérer ».

La Roma peut jouer maintenant l’esprit libéré ?
« Je ne sais pas, contre Napoli nous avons fait une très bonne première mi-temps mieux que ce que j’espérais, puis quand Napoli a réagi nous avons eu beaucoup de mal car on avait peur de gagner. C’est normale que cela arrive, en deuxième mi-temps on a été inférieur aux napolitains, le match nul est globalement mérité ».

Des regrets sur la saison ? 9 points pour l’Europe ?
« Les regrets ne servent à rien. Certe, on a gaché beaucoup d’opportunités, comme celle contre la Fiorentina mais c’est du passé. Maintenant on pense à ces 3 points, puis aux 6 d’après. »

Votre jugement sur le manque de rendement de Pjanic ?
« Pour moi Pjanic est un joueur unique qui n’a que 21 ans. Il a fait une saison de haut niveau avec des hauts et des bas. Même s’ils ont beaucoup de qualités il faut de la patience avec les jeunes joueurs. Les sifflets sont injustes. Le futur de la Roma est impressionant, si on a de la patience avec ces jeunes ».

De Rossi de retour, dans quel rôle ?
« Demain il sera milieu ».

T’attendais-tu à voir la Roma ainsi à ce point de la saison?
« Je ne m’attendais à rien parce que je ne connaissais pas de manière approfondie le football italien. Je pensais à proposer mon football, parfois je l’ai réussi et d’autre non. C’est pour cela que je n’ai jamais parlé d’un objectif. Je ne m’attendais pas à voir autant de hauts et de bas, parce que je ne suis pas content que mon équipe puisse faire autant mauvaise figure parfois. Mais la réalité, elle, est différente de ce qui peut se passer. Il y a des différences entre la façon dont la Roma jouait l’an dernier et comment elle joue cette année. Pour moi la meilleure manière pour arriver au résultat est le jeu. »

Combien de recrues de l’été dernier souhaitez-vous voir rester la saison prochaine ?
« Tous, pour moi tous. Ils jouent dans des rôles différents, ils ont leur style de jeu. Même si c’est la première saison en Italie avec un nouveau maillot pour presque tous, ils se sont  tous améliorés ».

As-tu pris ta décision concernant la saison prochaine, et en as-tu informé la societa ?
« Je n’ai rien dit à personne parce que dès que l’on déclare quelque chose cela fait le tour du monde en cinq minutes. Il y n’a rien à dire, la saison n’est pas encore finie, l’unique chose à laquelle je dois penser est de gagner le prochain match. Je suis un combattant, je suis asturien ».