Luis Enrique, l’homme qui ne laisse personne indifférent

Quand on donne le nom de « Luis Enrique », tout tifoso qui se respecte a son avis tranché sur le sujet. Et en général il n’y a pas de juste milieu : soit on l’aime, soit on le déteste. Dès son arrivée il a divisé la tifoseria en deux. Les optimistes estime qu’il est capable d’amener un vent de fraîcheur, avec un football offensif et la possibilité aux jeunes de jouer. Les pessimistes pensent eux qu’il ne peut pas s’adapter au football italien, trop tactique, et trop défensif pour son jeu. Huit mois après son arrivée, le site Cesololaroma.com donne la parole aux membres de son forum pour percer le mystère Luis Enrique (avis récoltés les jours suivant le derby perdu).

Pour beaucoup de tifosi la défaite lors du derby (malgré les circonstances atténuantes du penalty et carton rouge) a été celle de trop. Et c’est notamment le cas de Montana-Many : « Je l’ai jamais critiqué, je l’ai souvent défendu, mais là s’en est trop. Vouloir faire un jeu « à la Barça » c’est bien beau… Encore faut-il avoir les joueurs pour le faire ! Or force est de constater qu’actuellement, les joueurs pour faire un jeu pareil on les a pas. Surtout en défense centrale où nos défenseurs sont systématiquement pris de vitesse. On a 10 défaites cette saison, le mec à aucun moment ne s’est remis en question, le mec n’a aucune capacité d’adaptation, pour moi un bon entraineur il sait adapter son schéma tactique en fonction des joueurs, Enrique il s’entête alors que ça saute aux yeux qu’on n’a pas les joueurs pour faire le jeu qu’il préconise … » Un avis que rejoint Alnino : « Content que certains commencent à ouvrir les yeux. On en parlait déjà l’année dernière mais pour moi si c’était pour prendre Luis Enrique valait mieux garder Vincenzo Montella ! ». Même son de cloche pour cicio pour qui c’est la goutte d’eau de trop : « Là je peux vous dire que pour moi, L.E. c’est terminé. La Roma, SA Roma me fatigue, j’en peux plus.J’avais pensé après les heureux épisodes (Napoli, Bologna…) qu’il avait percuté qu’il était en Italie, et que ça rigole pas. Mais non… C’est plus de l’obstination« . Cyril est plus mitigé. Sa patience s’estompe, mais il mérite de finir la saison : « Moi je lui laisse jusqu’à la fin de saison, parce qu’il le mérite. Il a su relever la barre quand tout allait mal. A lui de pas nous décevoir. Et de plus réitérer ce genre de phrase ». RobertoASR conclut avec une phrase courte et claire : Pour moi il a grillé ses jokers, et pour que je souhaite le voir rester cet été, il faut vraiment qu’on fasse une bonne fin de saison et que les joueurs le lâchent pas« .

Pour d’autres, le mister espagnol est toujours l’homme de la situation. Pour RobertoAsr, en membre neutre, les « clichés » des medias n’aident pas : « Je crois que cette image « d’imitation Barça » balancée par les médias pendant le mercato quand on s’intéressait à Luis Enrique et Bojan nous coute cher« . Pour mims, Luis Enrique est emprisonné par les nombreuses absences régulières : « Je ne comprend pas pourquoi on veut mettre Luis Enrique dehors. Combien de fois a-t-il pu aligner ses milieux titulaire depuis le début de saison et quel est le bilan lorsqu’il a pu le faire ? Il est vrai les résultats ne sont pas là. Maintenant je me dit qu’à coté de ça, ce groupe avec un an de plus avec quelques renforts aux postes essentiels, ben ce genre de chose (erreurs défensives, ndr) n’arrivera plus où quasiment plus. Parce qu’on aura un banc de meilleur qualité, plus d’automatisme et plus d’expérience ». Pour romulus, c’est une évidence il doit rester au moins deux ans : « Je trouve qu’une moitié de saison, ce n’est pas assez en terme de recul pour dire s’il est l’homme de la situation ou pas. Je sais qu’il a déjà bénéficié d’une grande patience (surtout pour Rome) mais j’aimerai le voir aller au bout de la saison et faire encore la suivante, en espérant que Sabatini fasse un beau mercato et que tout le groupe puisse participer au ritiro ». Pour Il Capitano, enfin, cette première saison n’est que le début d’un nouveau cycle : « On se construit avec le temps. Ceux qui ne sont pas adaptés partiront et le jeu ira en s’améliorant. Appliquer maintenant ce système a déjà l’avantage de mettre en condition l’équipe grandeur nature en compétition, on voit ce qui ne marche ou pas et avec qui. C’était très difficile de réussir d’entrée. Faisable mais compliqué. Tu vises ni plus ni moins le 0 % d’erreur dans le recrutement et 100 % d’adaption pour les joueurs déjà present au sein du club. La barre n’est pas un peu haute ? »

A chacun son avis. Toujours est-il que Luis Enrique ne laisse personne indifférent. La chose maintenant certaine est qu’il terminera la saison ici. Sa présence ou non sur le banc giallorossa la saison prochaine, dépendra en grande partie des résultats de cette fin de saison.