Site AS ROMA

Luis Enrique : « Je veux voir la même Roma qu’à Gênes »

Luis Enrique

Avant le choc As Roma – Milan de samedi à 18h, l’entraîneur de la Roma a répondu aux questions des journalistes lors de la conférence de presse d’avant-match.

Tassotti a réalisé une interview aujourd’hui et a dit que deux minutes après les faits, il s’était déjà repenti du coup de coude. Demain vous le verrez, accepterez-vous les excuses ?
« C’est arrivé il y a 17 ans, j’ai aucun problème avec lui, ce qui se passe sur le terrain y reste. Je ne lis pas les journeaux, c’est Baldini qui m’a parlé de l’interview. Il n’y a aucun problème, je lui sererai la main comme je le ferai à Allegri ».

L’équipe vous a beaucoup plu contre le Genoa, mais elle concretise peu. Qu’en pensez-vous contre Milan ?
« Ils visent le scudetto car ils en sont les tenants, ce sera un grand test pour nous. Il nous manque encore beaucoup de choses, comme la finition, rester concentré à tout moment, mais un entraîneur ne doit pas penser que tout est acquis. Nous verrons comment nous nous en sortirons avec trois matchs dans la semaine. Nous arrivons bien pour le match ».

A Gênes vous avez dit avoir vu la meilleur Roma, il manquait juste le but ?
« Aussi un peu de concentration et d’instinct du tueur, mais la possession de balle et la supériorité étaient très importantes et je crois que c’est la meilleure rencontre depuis mon arrivée. Tout le monde pense seulement au résultat, mais je vois autrement. Le résultat né des erreurs, c’est dommage d’encaisser deux buts par défaut de concentration. Le second but est une blague. »

Comment va Pjanic ? Baldini a répondu à Montella. Vous ressentez un privilége ?
« Je ne répondrai qu’à une seule question. Tu choisis la seconde ? Je me sens très bien, respecté par la società et l’équipe. Je suis privilégié : je fais ce que j’aime et je suis l’entraîneur de la Roma. Je ne me préoccupe pas de mon futur. Si je pars, un très bon entraîneur arrivera et je serai heureux. »

Pjanic ?
« Hier il a travaillé à part mais aujourd’hui il est dans le groupe. Il peut jouer ».

La Roma est en dedans sur les réalisations : elle prend des buts et marque peu. Vous corrigerez ça ?
« On y travaille depuis mon arrivée, nous devons contrôler les deux surfaces de réparation et être plus méchants. Malheureusement nous perdons quand on a une grande possession de balle parce que nous croyons que c’est important pour marquer ».

Vous proposez un jeu anticonformiste. Même contre le Milan ?
« C’est notre objectif, nous devons prendre le ballon et se l’approprier. Contre le Milan et contre les autres équipes ».

Le Milan peut être considéré comme le pire adversaire ?
“Je ne sais pas, j’espère que ça sera un match où nous élèverons notre niveau footballistique et qu’on verra une équipe avec de l’envie. Le Milan a fait un début de saison différent de l’an dernier, pas très bon mais ils se sont repris”.

Contre Palermo vous avez choisi deux attaquants pesants (essayé seulement contre Siena), à Gênes une attaque différente, pourquoi ces choix ?
“Quand je vois l’équipe et les performances de chaque joueur je choisis le joueur qui je pense, fera le plus de mal à l’équipe adverse. Je suis content de mes choix contre le Genoa, chaque système dépend des joueurs, il peut changer totalement, cela dépend des caractéristiques techniques et tactiques des joueurs. Je ne sais pas ce qui se passera. J’espère que nous pourrons conduire le jeu”.

Vous avez l’impression de ne pas dépendre du classement ?
“Nous entraîneurs dépendont tous du classement, je ne le regarde pas. Les résultats dépendent de notre travail, c’est ainsi”.

Vous vous attendez à des améliorations par rapport à Gênes ?
“J’aimerais voir contre le Milan la même Roma qu’à Gênes. En effaçant les erreurs nous avons une bonne chance de victoire. Pendant 90 minutes je n’ai jamais vu ce niveau de jeu”.

Vous avez parlé avec Guardiola vu qu’il a affronté et qu’il réaffrontera le Milan bientôt ?
“Non, on ne s’est pas parlé depuis quelques temps. On a tous deux trop de travail”.

Comment avance la récupération de Totti ? Il manque quoi ?
“Francesco est un joueur différent, une référence pour nous et les adversaires. Nous l’attendons comme tous les joueurs qui ne sont pas à disposition. Ceux qui joueront sont les plus importants”.

Vous avez noté un point faible du Milan ?
“Je vois le niveau de mon équipe et je décide d’attaquer où je pense que ça sera le mieux. Le Milan est une bonne équipe mais nous pouvons gagner. Je ne parle pas des points faibles de Milan”.

Il y a un syndrome des dernières minutes à la Roma ?
“Je pense que ça arrive souvent dans le football que la concentration baisse dans les dernières minutes. J’espère que ça changera, on y travaille.”