Site AS ROMA

Luis Enrique : « Je suis amoureux de mon effectif »

L’entraîneur de la Roma Luis Enrique a répondu aux questions des journalistes avant Sienne demain soir. S’il dit être amoureux de son effectif et de ses attaquants, il affirme que les résultats arriveront avec le beau jeu.

Comment la performance contre l’Inter a-t-elle influée sur la confiance de l’équipe ?
Je ne saurais pas le quantifier, mais elle nous a sûrement rendu plus fort. Soit du point de vue du jeu soit du mental. Cela a certainement été un coup d’arrêt du point de vue du classement, mais elle a été importante pour la confiance.

Les medecins ne se risque pas sur le temps de récupération de Stekelenburg… Les gardiens devraient être protégés par le réglement ? Qui le remplacera entre Lobont et Curci ?
Tous les joueurs devraient être plus protégés, quand ils recoivent des coups dangeureux pour leur carrière ou santé. Cela vaut pour tous les joueurs, pas seulement pour ceux de la Roma. Sur l’accident je répète tout ce que j’ai dit à Milan :  j’ai vu Lucio s’excuser et je ne crois pas qu’il avait de mauvaises intentions. Cela a été un accident qui nous a beaucoup effrayé. J’ai décidé qui jouera, mais je le dis en premier aux joueurs.

L’impression est que la Roma fera toujours belle figure avec les grands et aura de grandes difficultés avec les équipes qui ferment le jeu. De ce point de vue Sienne peut être un danger ?
Pour nous ce sera un match compliqué. Nous devrons attaquer, se créer le plus grand nombre possible d’occasion, mais aussi penser à la phase défensive, rester attentif à éviter le contre. Aussi les attaquants devront donner un coup de main sur le pressing. Ce sera un match très compliqué, mais auquel nous arrivons avec une grosse envie de gagner. Nous nous sentons redevable envers les tifosi. Le match arrive au bon moment. J’espère que nous ferons un grand match, nous aurons les mêmes intentions que nous avions à Milan, mais aussi contre Cagliari : je ne sais pas si nous gagnerons ou nous perdrons, mais je sais que nous ferons toujours le jeu contre tous les adversaires.

La victoire continue à manquer. Préférerie-vous moins de compliments pour le jeu et plus pour les résultats ? Qu’est-ce qu’il manque pour gagner avec le jeu ?
Nous continuons à jouer ainsi parce que je suis convaincu que c’est la meilleure manière pour arriver aux résultats. Je suis intéressé plus que tout par les résultats. Ce n’est pas le seul moyen d’avoir des résultats, mais je suis convaincu qu’il est le meilleur. Nous assumons nos risques. Maintenant les buts n’arrivent pas, mais ils arriveront vite. Je ne suis pas préoccupé, nous réussirons bientôt à concrétiser les occasions. Les compliments ne m’intéressent pas beaucoup, ils sont marginaux. Nous avons besoin d’une victoire, jeudi puis dimanche, parce que l’équipe travaille de la manière correcte et quand tu travailles bien les résultats arrivent. Ca servirait à retrouver la confiance et à la redonner au groupe.

Il manque encore un peu de vitesse en attaque ? Vous en attendez plus de Bojan ? A-t-il encore votre confiance ?
Nous devons encore nous améliorer dans plusieurs domaines et les joueurs doivent trouver une meilleur entente. Dans la dernière semaine, quatre joueurs sont arrivés, il est clair que ça fait parti des choses que l’on doit améliorer. Dans le football le travail n’est jamais fini. Pour moi Bojan est comme Borriello, Osvaldo, Borini et Okaka : je suis très heureux de toutes mes options en attaque. C’est la situation parfaite pour moi, je demande de la concurrence et je suis amoureux de mes attaquants : ce sont tous des buteurs. Je veux que les joueurs s’approprient le poste, soit en match, soit à l’entraînement. Je ne sais pas qui marquera ou jouera le plus, c’est à eux de le montrer.

Vous avez fortement alterné les joueurs dans vos formations : cette semaine nous aurons plus de turnover, avec trois matchs dans la semaine ?
Clairement oui, nous verrons comme je jugerai les joueurs physiquement. Nous ne sommes pas habitué à jouer trois matchs dans un laps de temps si court. A Milan j’ai eu seulement deux changements et personne n’était très fatigué. Puis dans la semaine j’ai vu les joueurs très bien physiquement : ils ont faim et la volonté de gagner. Ca on le verra après le match de demain. Pour le moment ce qui me préocuppe est le 4-4-1-1 de Sannino, le match contre Sienne, comment éviter les contres et comment aider mon équipe, les conditions des joueurs ne me préoccupent pas : si l’un n’est pas à 100%, il a des compagnons pour le remplacer. Je ne pense pas au singulier, une équipe possède 24-25 joueurs, bien sûr il y a des joueurs plus importants, mais dans un groupe je ne compte jamais sur seulement 11 titulaire. Je ne crois pas qu’avec 3-4 joueurs on peut aller loin.

A Milan, Pizarro a impressioné. Il est indispensable à présent ?
Ils sont tous indispensable. Je suis amoureux de mon effectif.

Vous avez changé d’avis sur Pizarro ? Il semblait sur le mercato, puis il s’est blessé et joue maintenant.
Je ne l’ai jamais mis sur le mercato, c’est pas mon travail. J’ai toujours compté sur lui, et toujours dit qu’il allait parfaitement dans mon schéma. Il a moins participé parce qu’il était blessé mais aujourd’hui il est à disposition comme tous les autres.

On parle beaucoup d’Osvaldo, l’acquisition que vous souhaitiez le plus et en même temps une des plus décevants. Il a compris les mouvements demandés ?
Quand un joueur arrive ici, pour moi ça ne compte pas si c’est Walter qui l’a demandé, ou si c’est moi ou quelqu’un d’autre. Ca n’est pas important. Ce sont tous des joueurs de la Roma, ils n’ont pas d’autres distinctions, il ne m’importe pas la nationalité ou autre. Ils défendent les mêmes couleurs et ils mettent le même maillot. Pour Osvaldo c’est le même discours qu’avec Pjanic ou Borini. Il est important d’avoir tranquillité et patience. Rome est une ville difficile, nous le savons et les joueurs le savent. Mais cela arrive dans toutes les villes difficiles. Nous sommes une équipe forte et j’ai confiance en tous. Aux joueurs nous demandons de se concentrer sur leur travail. Je confirme que je suis convaincu que les attaquants marqueront beaucoup, mais toute l’équipe participera : les milieux avec les passes et les défenseurs qui éviteront les offensives adverses.

Début de saison difficile aussi pour les deux milanais. La lutte pour le titre peut être plus ouverte ?
C’est prématuré d’en parler après deux journées. Ca me semble être un championnat plus ouvert que les autres années, je dis il me semble. Bien sûr j’espère qu’il en sera ainsi. Il sera important d’attendre les dix première journée pour faire les premiers bilans.

Hier un autre arrêt pour Lamela. Cela ralentit son adaptation ?
Je ne crois pas que ça soit grave. Aujourd’hui il ne s’est pas entraîné à cause d’un problème à la cheville. Pour moi il est important d’utiliser Erik quand il sera à 100%. Il est nouveau, il a des qualités qu’il veut montrer mais il devra attendre. Un joueur blessé doit d’abord récuperer à 100%,ca vaut pour tous, pas juste pour Erik. Je ne suis pas préoccupé, c’est un garçon avec beaucoup de qualités qui apportera beaucoup à l’équipe. Mais avant tout il doit récuperer.

La défaite de l’Inter contre Novara risque de réévalurer le match de la Roma à San Siro?
Non, ce sont deux matchs différents. A Milan j’ai aimé ce que j’ai vu. J’ai vu l’envie de jouer du début à la fin, contre tous les adversaires, du début à la fin, c’est mon discours. J’espère que ça cs’est vu et que nous continuerons ainsi. Si l’équipe affrontée perd ou gagne le match d’après, ça a une importance toute relative. Les résultats de l’équipe précédente ne m’interessent pas, le résultat de la partie de demain m’importe.

Gasperini est viré. Un manque de patience ?
No-comment, je le dis en anglais. Je répète ce que j’ai dit la semaine passée : c’est un entraîneur bien préparé, avec beaucoup d’expérience, sa carrière le montre, mais nous dépendons des résultats. Cela me déplaît mais c’est ainsi.

Pour moi contre la Roma, l’Inter a plus défendu que Cagliari. Ils ne sont jamais arrivés à jouer. C’est là la grande différence entre le foot italien et espagnol ? La Roma essaye toujours d’imposer son jeu…
Je ne sais pas, Cagliari avait réalisé une très bonne première mi-temps, je ne sais pas si c’est dû à leur qualité ou à notre mauvais pressing. En seconde mi-temps on a fait mieux et Cagliari a plus souffert, même si le résultat n’était pas au rendez-vous. En revanche contre l’Inter nous avons bien pressé pendant les 90 minutes, je pense que c’est pour ça qu’ils n’ont pas joué à leur niveau. Le discours est toujours celui-ci : on joue mal à cause de nous ou de la qualité de l’adversaire ? Je pourrai mieux parler des différences entre foot espagnol et italien d’ici une dizaine de journée. Dans tous les cas, ici les équipes ne sont pas habituées à avoir la possession de balle et le contrôle du match et je pense que cela joue en notre faveur. Nous voulons garder le ballon le plus longtemps possible, pas tellement pour du jeu latéral, mais aussi dans la moitié de terrain adverse. Nous voulons avoir la main mise sur le match et les initiatives et arriver au résultat. C’est certain que nous n’avons pas débuté comme je m’y attendais, mais je savais que ça ne serait pas facile. D’ici quelques journées nous verrons si les objectifs sont atteints.

Il me semble qu’un des trois attaquants, spécialement Totti, doit avoir des caractéristiques différentes. Comment tu le vois, il capitano peut aussi jouer en pure pointe ou c’est un joueur central qui doit rester en retrait et faire jouer les autres ?
On ne joue pas avec 3 attaquants, mais avec 11 attaquants et défenseurs. C’est notre idée. Nous attaquons avec le gardien, le central, les ailiers, les pointes, les terzini et le trequartista : on attaque tous ensemble et on a besoin de tous. Même chose pour défendre. 11, tous ensemble. Francesco peut jouer comme trequartista, comme pointe, tant de postes. Il peut recouvrir plus de rôles, car il a plus de liberté : c’est ainsi car c’est le joueur le plus douée et l’entraîneur doit d’adapter à un schéma avec les qualités de ses joueurs. Vous avez vu Totti imposé la manoeuvre, mais aussi rentrer dans la surface. Il a plus de liberté.

Quel est la meilleure alternative à Totti, quand il ne jouera pas ?
Il y en a tant, Verre, Lamela, Bojan, Menez… Non, Menez bien sûr non, mais ça aurait pu ! Pizarro, Pjanic… Il y en a tant.

Perrotta peut rejouer comme ‘terzino’ ? A Milan c’était dans l’urgence pour remplcacer Cicinhoou cela sera son nouveau rôle ?
A Milan il a très bien joué. Il ne joue pas comme terzino réellement, il joue très haut quand on a la possession de balle, quasiment comme un milieu. Perrotta peut jouer là, mais aussi interno, trequartista, et je crois qu’il peut jouer aussi derrière une pointe. Simone est grand pour cela et c’est grâce à ça qu’il a gagné le mondial : il a les qualités pour jouer à tellement de poste dans un bon niveau. Moi comme lui ? Non, je n’ai pas été champion du monde ! Chacun fait ce qu’il peut.

Qui joue à la place de Stekelenburg ? C’est l’unique certitude que l’on a…
Non, vous en avez une autre : Luis Enrique sur le banc, au moins pour cette semaine ! Le remplacent je le dis d’abord aux joueurs. J’ai l’équipe en tête mais je la dirai aux joueurs avant tout. Ou Lobont ou Curci, Pigliacelli pas encore.

Vous ne semblez pas prendre de mesures liées aux mouvements adversaires. Juste une impression ?
Évidemment. Je tâche toujours de contrôler ce que peut faire le rival, j’observe beaucoup leur jeu. Cependant les joueurs ne sont pas des voitures. Il arrive de perdre le ballon dans le terrain adversaire et courir des risques, comme c’est arrivé avec Zarate à Milan. Je peux dire que c’est un joueur technique, mais le marquer est un autre problème. C’est comme dire comment marquer Kun Aguero ou Messi ou Francesco : en théorie nous le savons, mais le foot est plein d’erreur. Elles doivent être anticipés, pour les éviter peut-être. Le football est un jeu d’erreur, qui se font sur le terrain ou sur le banc. Il est clair que je prête beaucoup d’attention à mon rival.

A Milan un grand De Rossi en position très basse. Mais on ne risque pas de perdre son impact offensif ?
Ca dépendra du match, il peut aussi faire l’intermédiaire avec une position plus avancé. Dans la semaine on a continué à travaille et Daniele dans n’importe quel poste devient le gouvernail de la Roma. Il a déjà marqué et est capocannoniere de l’équipe. Dans les autres matchs on pourrait le voir plus offensif. C’est un joueur qui s’insère bien dans la seconde ligne.

Viviani et Caprari peuvent réintégrer le projet de l’équipe première ?
Beaucoup de joueurs de Primavera sont suivis et peuvent intégrer l’équipe première. Parmis ceux-la certainement Viviani, Caprari et Verre. La semaine dernière j’ai vu leur victoire sur le but de Nego. Nous suivons de près la croissance de ces garçons. Nous compterons sûrement sur des joueurs de la Primavera, mais pas maintenant. Ils sont très jeunes et s’ils n’ont pas la possibilité de jouer avec l’équipe première, il est important qu’ils continuent à jouer et grandir. En tout cas je peux vous assurer que tant que j’entraînerai la Roma, je ferai appel à des joueurs de la Primavera car ils sont des qualités.

Vu les difficultés à gagner, l’apport des tifosi est important ?
Il est très important. Nous devons faire bien pour rentrer aux tifosi ce qu’ils nous donnent, nous leur devons quelque chose. Nous avons une tifoseria extraordinaire qui demande essentiellement d’honorer le maillot de la Roma à 100%. Ils ont vu notre engagement et nous ont applaudi. Savoir que tu as un soutien quand ça va mal est merveilleux.Mais nous devrons bien sûr arriver à des résultats. J’espère que nous donnerons cette joie aux tifosi, pour moi il est important d’avoir une relation très proche entre équipe et public.