Luis Enrique: « Je pense avant tout au groupe »

Après une semaine mouvementée, suite à la défaite face à l’Udinese et le « cas Osvaldo-Lamela », Luis Enrique s’est présenté en conférence de presse, à la veille d’un match important sur le terrain de la Fiorentina, elle aussi dans une mauvaise passe.

Cas Osvaldo : comment est venu le choix de l’exclusion du joueur ?
« La chose la plus facile aurait été de mettre seulement une amende. Nous voulons être un groupe, une équipe qui souffre lorsqu’elle perd, qui s’amuse lorsqu’elle gagne et respecte toujours tout le monde. Je ne veux pas que cet épisode se répète. Il faut avoir du respect pour tous. Osvaldo est un très bon gars, une personne avec un grand coeur, mais il faut savoir que faire certaines choses seront ensuite punis, malgré que cette mesure ensuite pénalisera toute l’équipe. Sûrement qu’il y aurait d’autres solutions, certains auront leur opinion, mais cela est mon choix ».

Pourquoi Borriello est peu utilisé ?
« Il s’est entraîné seulement deux fois cette semaine, et pour cette raison il ne sera pas à Florence, mais je n’ai aucun problème avec lui. Je ne peux faire jouer que 11 joueurs et je dois faire mes choix ».

De Rossi en défense centrale ?
« J’espère que non, si la série de blessure continue il le faudra peut-être, vu que nous ne sommes pas beaucoup en défense. Même Cassetti et d’autres peuvent de toute façon jouer dans l’axe. J’espère que tous vont récupérer rapidement ».

Cassetti est donc récupéré ?
« Il s’est entraînée toute la semaine, hier il est sortie à la moitié de la séance pour un petit problème mais je ne crois pas qu’il soit important, aujourd’hui nous verrons ».

Tu ne sembles pas avoir la sympathie de tous les tifosi, es-ce une chose qui te préoccupe ?
« Je n’ai pas encore reçu de mauvais mots à mon égard lorsque je rencontre les tifosi. Une autre chose est ce que disent les journaux. On sait que seul les résultats comptent, je ne vois pas cette chose. Je ne cherche pas à être sympathique ou antipathique, je cherche seulement à être moi-même et faire mon travail ».

Crois-tu que cela soit du au fait que ce projet ne décolle pas ?
« Il y a de nombreuses interprétations. L’an passé comment cela s’est passé ? Je suis toujours et je veux toujours m’améliorer ».

Totti par contre est très aimé, l’impression est que lorsqu’ il n’est pas là l’équipe est moins bien.
« Nous revenons toujours aux mêmes discours, aux joueurs individuels, d’abord Borriello maintenant Totti ».

Dans chaque équipe il y a un leader, comme Di Natale à Udine, peut-être lui ?
« Il n’y a pas de doute là-dessus. Nous devons penser d’abord à l’équipe cependant, les joueurs et l’entraineur passent, les tifosi restent. Je dois simplement faire mes choix et ceux qui ne jouent pas doivent seulement travailler plus. Je sais que ce n’est pas facile d’être l’entraineur d’une équipe importante comme la Roma ».

Baldini semble laisser penser qu’il faille faire des compromis. A l’avenir es-tu prêt à en faire et à être moins rigide ?
« Il serait plus facile d’enlever les salaires. Osvaldo marque et tous sont contents mais c’est une situation qui frappe le groupe donc ce n’est pas la solution. C’est ma pensée, elle est peut-être fausse. Ce n’est pas la meilleure période pour la Roma mais pour le futur et pour le groupe c’est le meilleur choix. Règles normales pour un groupe ».

Règles que tu feras respecter ?
« Comme se faire respecter sans règles ? Barusso oui et les autres non ? Si c’est Totti nous lui étendons un tapis rouge ? Ce sont des joueurs de football et les règles valent pour tous. Ce sont 3 règles pas milles, des règles de comportement. Nous représentons un club. Osvaldo est déçu car Florence est important pour lui, mais il y a des choses qui ne peuvent pas se faire. Je ne peux pas donner un coup de boule à l’arbitre. Le prochain saura qu’il ne peut pas le faire, le groupe avant tout ».

Certains sondage semblent te donner moins te crédit et se demande si tu es l’homme de la situation. Qu’en penses-tu ?
« Contre Lecce on nous a levé au dessus du ciel, maintenant il faut tout jeter, je ne comprends pas la question. Je sens les tifosi qui disent de ne pas lâcher. Je suis un bon entraîneur pas un grand, cependant je sens la confiance ensuite ne sais pas quels résultats nous ferons. Je ferai tout le possible, si je ne me considérais pas fort je ne serais pas ici ».

Sens-tu le poids du projet ?
« Je ne dois sentir aucun poids. Je me sens responsable et je sens la confiance. Je vois l’équipe travailler, je vois des améliorations. Le travail est là ».

Sens-tu la surcharge de responsabilité ?
« Comme le premier jour ! ».

Si tu devais choisir entre créer un groupe fort et gagner des matchs, qu’est-ce que tu choisirais ?
« Les deux ! Mon objectif est de faire une équipe forte et gagnante ».

Sur le match de demain, laquelle des deux équipes risque le plus ?
« Le résultat est la chose la plus importante. Leur situation est plus difficile mais l’objectif est différent, inférieur. J’ai beaucoup de blessés mais j’ai vu la Fiorentina. Ce sera un match difficile, ils font leur football, nous ferons notre jeu offensif. Je ne sais pas qui aura le meilleu ».

Rossi semble tenir beaucoup à ce match, pourquoi avoir donné un jour de repos ?
« Je suis l’entraîneur de la Roma, Delio de la Fiorentina. J’ai pensé à la solution meilleure pour la condition physique des joueurs. Chacun a sa façon de faire, mais personne n’a la formule magique ».

Es-tu très autocritique, où t’es-tu trompé ?
« Je dois tout améliorer, et c’est pour cela que je ne dors pas la nuit. À Barcelone, avec de bons résultats, je faisais la même chose. Le football m’use ».

Comment interprêtes-tu ce qui est arrivé entre Lamela et Osvaldo ? Qu’es-ce comme signal ?
« Jamais parler de ce qui se passe dans le vestiaire. Mais lorsqu’un match se finit par une défaite il y a forcément de la tesntion. Ce n’est pas grave, c’est une situation spécial qui ne se répétera pas, ce n’est pas digne de ce club. On peut gagner ou perdre mais tu dois toujours savoir que tu représente ce club ».

Il n’y a pas Osvaldo et Borini, à quel point sera important le retour de Totti ? Qui jouera entre lui et Lamela dans le rôle de trequartista ?
« Demain nous le verrons, tous sont importants. Totti en particulier ».

Un trident Bojan-Lamela-Pjanic peut être bien assorti ?
« Vous savez mieux que moi le football mais vous ne connaissais pas encore la formation ? ».

Après le match d’Udine il y a eu des déclarations différentes entre toi et Sabatini. En avez-vous parlé ?
« Aux journaux tous peuvent dire ce qu’ils pensent mais lorsque nous parlons ensemble c’est seulement pour s’améliorer. Je ne pense pas à ce qui disent les autres. Lorsque l’on perd on ne jette pas la croix sur l’équipe, on prends ses responsabilités. Je cherche à comprendre, on ne peut pas toujours jouer de la même manière. Avec l’Udinese jusqu’au 0-0 je pensais gagner. Avec Sabatini nous nous disons les choses en face ».

Contre l’Udinese tu as semblé dire en conférence que Juan ne pouvait pas jouer, et finalement il l’a fait. Cela peut-il se produire avec Borriello ?
« C’est ma pensée, il s’est entraîné seulement 2 fois. Sur Juan c’était une donnée concernant les matchs mais nous devons toujours contrôler son état physique ».

Beaucoup de joueurs de la Roma subissent des accidents musculaires. La cause vient des entraînements trop lourds ?
« Non, pas trop. Nous cherchons à nous adapter à ce que nous voulons. Et ce que nous voulons est d’avoir toujours plus d’intensité ».

Cicinho, qu’est-ce qui s’est passé ? Demain sera-il à Florence ?
« Nous sommes beaucoup. Cicinho s’entraîne bien, il peut y être. Au début je visais sur lui mais il s’est blessé deux fois de suite. Il n’a pas joué l’an passé, il y a deux ans… il a besoin d’une meilleure condition physique pour jouer. Il fait son travail et peut être dans futur il sera une solution ».

Changer de formation chaque dimanche sera une constante ou bien trouveras-tu une formation de base ?
« Avez-vous pensé à combien de fois ai-je pu compter sur tous ? En huit ou neuf rencontres je n’ai pas pu faire la même formation pour différentes raisons. La prochaine conférence de presse ce sera la même question, peut-être que je vous surprendrais… ».

La Fiorentina ne marque pu depuis le 30 octobre, à quel match t’attends-tu ?
« Que mauvaise chose que tu as dit… Cependant si je regarde l’effectif je vois des joueurs excellents, beaucoup de possibilités pour marquer. Ils souffrent et c’est pour cela qu’ils ont changé d’entraîneur mais je crois que Delio Rossi est bon. Ce ne sera pas facile et nous ne sommes pas une équipe qui peut jouer à un niveau normal, ou nous sommes à 100% ou bien cela sera très difficile ».

Es-tu satisfait d’être à un point par rapport au classement de l’an passé ?
« Je ne suis pas satisfait, je ne l’ai jamais dit ».

Tu as dit qu’on ne doit pas parler de ce qui arrive dans le vestiaire, comment cet histoire est-elle sorti alors ?
« Pas de moi en tout cas. Il est important que les tifosi sachent ce que se passe mais je n’ai pas parlé de ce qui se passe dans le vestiaire et ce n’est pas une chose que je pense depuis quatre mois mais depuis quinze ans ».