Site AS ROMA

Luis Enrique: « Gagner avec tout le groupe »

Luis Enrique s’est exprimé en conférence de presse, à la veille de la réception de l’Atalanta à l’Olimpico. Le dernier match avant la trêve internationale, pouvant permettre de lancer la saison, et fait anecdotique, passer pendant quelques heures leader égalité.

A quel match t’attends-tu contre Bergame, la premier « virtuel » de la série A ?
« Nous espérons un bon match, de faire une belle partie, comme je l’ai dit nous jouons contre la meilleure équipe du moment : ils auraient dix points sans les points levés pour le calcioscommesse et seraient en tête du classement. Une équipe difficile, forte, en passe courte, longue ou contre. Je me préoccupe de leur condition physique, très importante. C’est une équipe vraiment difficile pour nous. Nous arrivons bien après la victoire à l’extérieur et une semaine d’entraînement intense et de mon point de vu intéressante, nous essayons de trouver une symbiose avec les tifosi, nous savons qu’avec le soutien de l’Olimpico nous serons beaucoup plus fort, cependant pour l’instant ce n’est pas arrivé. On essayera de le faire demain. »

Quel type de problème a eu Bojan ?
« Aucun, je suis super content de l’avoir dans la rosa et pareil pour les autres. Cependant ils doivent comprendre que je dois voir la faim dans les yeux du le 11, la volonté de vaincre et de s’améliorer. Maintenant nous sommes dans une situation particulièrement positive, car tous mes attaquants sont dans ces conditions et je dois faire mon choix. Il n’y a aucun problème avec Bojan. »

Stekelenburg est prêt ?
« Il s’est entraîné toute la semaine, est dans la liste des convoqués et peut jouer. Il est à disposition et je ferai mon choix demain. »

Allegri dit que le championnat se gagne en encaissant le moins de but possible. Vous êtes d’accord ?
« L’an dernier en Italie ça s’est passé comme ça. Normalement l’équipe qui gagne doit bien défendre et ne pas prendre de but, mais doit utiliser toute occasion de marquer. S’il y a un équilibre entre phase offensive et défensive normalement la victoire est là, c’est la caractéristique des équipes qui gagnent sans aucun doute. »

Pizarro peut apporter quoi au milieu ?
« Il me donne de l’amour, de la sympathie, il me donne tout ! C’est un bon, on le sait tous. C’est un joueur très doué techniquement, qui n’a pas peur car il a de l’expérience, il peut jouer court ou long. Il sait dribblé, fixé l’adversaire… Je suis content de cette question et je suis heureux qu’il soit là et j’en veux encore plus. De sa part ainsi que des autres joueurs. »

Où en est la Roma sur l’aspect du jeu et l’assimilation de votre football ? Vous pouvez donner un pourcentage ?
« Je sais pas, je ne peux pas te le dire. Je crois qu’on est sur le bon chemin mais qu’il reste de la route. Cependant je vois de grandes améliorations et la volonté des joueurs à faire un travail différent. Je suis optimiste à la vu de ses améliorations, mais je ne sais connais pas le pourcentage. »

A 50% ?
« Je ne sais pas. »

Pendant la semaine tout le monde est remis en cause ?
« Non le rendement en match compte beaucoup. Un match se gagne à 11. Nous avons besoin de tous pour être plus fort. Je peux prendre une décision lundi et la changer mardi ou mercredi. Si je vois de la volonté de la faim, pour moi tous les joueurs sont très importants. Je ne fais pas de distinction entre titulaires et réservistes, j’ai besoin de tout le groupe. C’est ma façon de voir les choses et je le démontre au joueur que ce ne sont pas que des mots. A chaque entraînement et à chaque match ils ont la possibilité de montrer qu’ils sont prêts. »

Pjanic semble encore légèrement freiné. Est-ce que ça peut être un problème de rôle ? Vous pensez à un changement de position ?
« Je ne crois pas que ce soit un problème tactique. Nous pensons qu’il a 21 ans, il est arrivé il y a 3 semaines et il ne parle pas italien, mais un peu anglais et français. Les conditions ne sont pas réunies pour qu’il puisse se retrouver au mieux. Je suis très content qu’il soit ici et s’améliore toujours plus. Il a beaucoup de qualités, mais nous devons travailler : les footballeurs ne sont pas des robots mais des gens qui doivent vivre une situation normale avant tout, trouver maison et cetera. Je suis satisfait de son rendement et j’en attends encore plus de tous. Je crois qu’il joue dans une bonne position. »

Juan est mieux ? Convoquable ?
« Il s’améliore et je suis content pour lui, cependant il lui manque encore un petit quelque chose physiquement. Il travaille au maximum pour être prêt, mais il faudra encore un peu de temps. »

Contre Parma j’ai vu une Roma qui joue plus verticalement : vous modifiez les consignes ?
« C’est mon travail, je ne pense pas que les résultats arrivent en jouant d’une seule façon, en allant droit. On peut aussi faire des virages. C’est mon job : essayer de trouver le meilleur poste pour tous les joueurs. Ca ne change pas mon idée sur le jeu que l’équipe doit joueur ou la volonté de toujours aller sur le terrain pour donner le meilleur et faire le même match à domicile ou à l’extérieur, peu importe les difficultés. Ce sont des choses que je dois faire pour entraîner de la meilleure façon possible. »

Comment va l’équipe ? Heinze et Burdisso ont convaincu ensemble : ils peuvent être considérés comme les titulaires du moment ?
« Fernando Gago a recu un coup au mollet et c’est impossible qu’il joue demain, il ne s’est pas entraîné de la semaine. Il s’est blessé il y a deux matchs. Nico, Kjaer, Heinze et Marco Cassetti : tous peuvent être titulaire demain, nous verrons… »

L’Atalanta joue à un rythme élevé : vous comptez jouer leur jeu ou imposer le votre ?
« Plus directe et rapide ça sera et mieux nous irons. Je fais une petite demande de soutien, qui est fidèle à 100% : il manque de la confiance dans les joueurs et dans leur travail. Je crois qu’ils entendent déjà le soutien incroyable des tifosi, mais on en veut encore plus. Il ne sera pas facile de jouer contre l’équipe qui est la meilleure du moment au niveau des résultats, ca sera difficile de défendre sur leur contre, sur Schelotto à droite et Denis, ou de leur ligne au centre. Nous essayerons de trouver un rythme rapide mais ça sera pas facile. Nous voulons une équipe offensive, comme toujours et peu importe l’adversaire. Ce que l’on veut est simple. Marquer tôt, presser haut, faire un match qui plaît aux tifosi de la Roma. Nous chercherons à faire ça, et si on y arrive pas ça sera la faute de l’équipe adverse, pas la notre. »

Lamela, après une rééducation, est de retour à l’entraînement. Comment va-t-il ? Il y a toujours de la hâte à sa reprise ? De Rossi va bien ? Dans le cas contraire qui le remplacera ?
« Il n’y a pas de hâte avec Lamela, c’est quelque chose de particulier qui arrive quand un joueur veut retrouver le groupe. Il n’y a pas de hâte, c’est une situation normale dans le foot. Il travaille hors du groupe et nous espérons le retrouver au plus vite. Daniele a eu des petites blessures fortuites et s’est reposé une journée. Aujourd’hui il s’est entraîné et est à disposition. Son remplacement ? Aujourd’hui Viviani s’est entraîné avec nous car j’aime le voir évoluer. Si Daniele ne s’était pas entraîné j’aurai cherché une solution. Viviani est toujours là, tout comme Matteo Ricci. Verre par contre est avec la Nazionale. »

A Parma aussi la Roma a souffert en fin de match. C’est un problème physique ou une caractéristique de ton jeu ?
« Je ne regarde pas les caractéristiques, elles m’intéressent mais je les regarde pas trop. Ce n’est pas un problème physique vu le rendement de mes joueurs ces jours-ci et en match. La situation est mentale : c’est arrivé dans deux parties où nous avions l’avantage et nous n’avions pas encore la confiance recherchée, nous avions la peur de perdre le ballon et de prendre un contre rapide, une des meilleures qualités des équipes italiennes. Pour moi il est important que dans les 60 minutes nous n’avons pas subi, c’est une situation que je dois convertir : nous ne devons pas souffrir pendant 90 minutes. Pour moi c’est mieux de défendre balle aux pieds dans la partie adverse, en cherchant d’aller de l’avant, c’est mon but. Ce n’est pas ce qui se passe en ce moment, c’est normal, on a besoin de temps. Je ne demande pas de temps pour moi, les résultats condamnent et je le sais. Mais ce travail, que je cherche à faire le plus vite possible, n’est pas facile. Même si les joueurs sont d’un excellent niveau et cherche encore à s’améliorer. Je suis content.Si on peut le faire pendant 60 minutes, on doit pouvoir le faire 90 minutes. Celui qui court après le ballon se fatigue plus que celui qui l’a. »

La Roma a souffert entre les lignes. Il y aura une attention particulière à Maxi Moralez ?
« C’est normal, pointes et trequartisti sont les joueurs les plus dangeureux et nous les marquons toujours par prévention. Nos centraux, notre milieu défensif ou nos terzini savent ce qu’ils doivent faire. Dans le foot on peut dire ‘marque Moralez’, mais après il a des qualités. Tout le monde sait comment joue Messi, mais il passe quand même. De qui est la faute ? Personne, c’est la beauté du foot. »

Maintenant l’objectif est de gagner sans encaisser de but et d’en marquer plus ?
« Je signe pour 1-0. L’objectif est de faire un beau match, gagner à l’Olimpico où nous devons être très fort, pour donner de la joie aux tifosi. C’est l’objectif. Je n’ai aucun doute sur le fait que ça arrivera, et quand ça arrivera, on pensera à marquer des buts. Pour le moment je pense à gagner contre une équipe très forte comme l’Atalanta. »

Ici à Rome on parle du Derby très tôt : vous l’avez ressenti dans le vestiaire ? Ca serait important d’y arriver avec une victoire ?
« C’est toujours mieux d’arriver avec une victoire. Il reste beaucoup de temps avant le derby et on va en parler pendant deux semaines. Pour l’instant l’objectif est de gagner l’Atalanta, ce sera une grande stimulation pour nous ainsi que pour les tifosi. »

A propos de la convocation de Stekelenburg avec les Pays-bas, il jouera ou pas ?
« C’est spécial, ca arrive toujours ainsi : les joueurs sont convoqués en équipe nationale et les entraîneurs des clubs n’aiment pas les savoir loin. Si j’étais l’entraîneur de Nazionale j’essaierai d’y penser. Pour les joueurs il est important d’aller en Nazionale : Stekelenburg peut faire son travail au mieux quand il est ici et il y n’a pas problème quand il doit aller en Nazionale. »