Luis Enrique : « Ce n’est pas une saison de transition »

Luis Enrique s’est présenté à 13h en conférence de presse, pour s’exprimer au sujet de la rencontre de demain face à Parma. Il revient sur l’arrivée de Marquinho et les déclarations de Sabatini.

Les motifs des hauts et bas de la Roma ?
« Ce n’est ni tactique, ni physique, ni mental. Ca dépend de notre niveau et de celui de l’adversaire pendant le match. Depuis 2 mois je vois l’équipe faire la même chose, puis il y a des match où on met l’adversaire en difficulté, d’autre où c’est plus dur ».

Marquinho est prêt pour être convoqué ?
« Il n’est pas encore à 100%. Il est arrivé il y a deux semaines, il doit encore apprendre les mouvements de l’équipe, il doit se mettre au niveau physique de l’équipe ».

Pour justifier l’irrégularité vous disiez que c’était une équipe jeune, Sabatini parle seulement de joueurs forts..
« J’ai jamais dit que cette équipe était jeune. L’âge ne m’interesse pas par rapport aux qualités footballistiques. Pas seulement celui qui tire bien, le foot c’est plus que cela. Je pourrai choisir un mec de 38 ans à la place d’un mec de 17, il y a de bons et de mauvais joueurs ».

Sabatini a dit que la Roma ne trouve pas les contres..
« Que voulez-vous qu’il dise ? »

Sabatini a donné les objectifs, si le championnat se terminait aujourd’hui, la Roma serait pas qualifiée pour l’Europa League..
« Il ne finit pas aujourd’hui, seul le prochain match me préoccupe ».

Le ds a aussi parlé du mercato estival, avec du changement..
« Mes joueurs savent qu’ils doivent travailler tous les jours pour pouvoir continuer dans cette merveilleuse équipe. Tous peuvent s’en aller, tous peuvent rester ».

Osvaldo peut être titulaire ? Jouer 90 minutes ?
« JIl peut débuter, il a déjà joué 30 minutes contre Siena. Il peut être titulaire».

Après Bologna vous avez dit que ça pouvait être une saison blanche. Selon vous, l’équipe le ressent ?
« J’ai dit ça ? Je crois pas. Je ne le sais pas en espagnol. Ce qu’a dit Walter Sabatini me va très bien. Elle n’est pas blanche pour ce que je vois tous les jours à l’entraînement. Moi je ne parle pas de transition, je veux tout faire pour gagner Parma, je veux gagner Parma. Et si on perd je me relèverai et preparerai le prochain match, c’est ma philosophie. Quelle transition ? Quelle saison blanche ? Pour moi l’entraînement de ce matin est le plus important ».

Parma est votre première victoire avec la Roma. Quels sont les pièges ?
« IIls ont plusieurs modules : le 3-5-2 dépent du profil des joueurs. Il peut être très offensif ou défensif. Ce qui est sûr c’est que Parma a un autre entraîneur avec une pensée qui lui est propre. J’aime beaucoup Floccari et Giovinco. Ce sont des pièges plus grand qu’à l’aller. Nous avons travailler sur comment battre Parma, on verra si on y arrive ».

Pourquoi la Roma est parmis les équipes qui concèdent le plus de buts dans le dernier quart d’heure ?
« Qu’est-ce que tu veux que je te dise, ça arrive, ça dépend de comment nous prenons le but. Je ne me rappelle pas, peut-être est-ce en contre quand nous donnons tout pour gagner ».

Vous ne pensez pas à la Roma de l’an prochain avec Sabatini ?
« C’est ainsi ! Au moins publiquement.. »

On a la sensation que quand la Roma rencontre un adversaire agressif elle perd confiance. C’est parce que les joueurs n’ont pas encore mémorisé les mouvements ?
« e ne pense pas. Je crois que c’est parce que ce n’est pas ton match, que tu n’as pas la même intensité que l’adversaire, quelque soit le module. Si l’équipe adverse a plus faim, cela fera toujours la différence ».

Que pensez-vous de l’Inter ?
« Je parle de la Roma pour laquelle je travaille ».

Au jour d’aujourd’hui vous confirmez votre rosa ?
« L’examen c’est demain, je ne confirme personne, même pas moi. C’est le veritable message. Le mercato c’est demain, nous verrons qui veut rester à la Roma. Ce qui m’importe pour l’année prochaine ? Aujourd’hui c’est un entraînement exam, demain ce sera le vrai examen car il y aura les tifosi. Avec ce message la Roma deviendra grande ».

Aujourd’hui joue la Primavera, vous regarderez ?
« Je les suis toujours, parfois ils s’entraînent avec nous. Ici il y a une différence entre Prima Squadra et Primavera, en espagne ce n’est pas ainsi. Quand ils sont avec nous, ils ont plus de difficultés qu’en espagne, leur niveau est bas par rapport aux joueurs de la Serie A. Viviani en Primavera joue avec une supériorité qui ne le fait pas progresser. C’est juste mon idée, je ne demande rien. Je voudrais que ces garçons se confrontent au vrai football. Celui de la Primavera est beau cependant… »