Site AS ROMA

Luis Enrique: « Aller à Naples pour imposer notre jeu »

Luis Enrique s’est présenté ce samedi matin en conférence de presse, à la veille d’un chaud déplacement face au Napoli. Un match où les valeurs montrés face à la Juventus devront de nouveau être de mise pour rapporter quelque chose du San Paulo.

Roma et Naples sont deux équipes très différentes, quelle type de difficulté t’attends-tu ?
« C’est une bonne équipe, d’un niveau très élevé, la Champions et le championnat de l’an passé l’indiquent. Ils ont une qualité de contre-attaque d’excellent niveau, une très grand attaque, je crois qu’ils essayeront de profiter de nos erreurs pour repartir ».

Le coup de gueule de Totti en semaine, en as-tu parlé avec lui ?
« J’ai parlé avec lui en semaine et je l’ai vue s’entraîner bien, heureux, comme toujours. Je n’ai vu rien d’étrange. Vous avez toujours dit que Rome n’est pas facile, c’est un lieu différent, mais il ne se passe rien, nous devons continuer à faire notre travail ».

De Rossi rejouera-t-il en défense centrale ?
« Je ne peux rien anticiper, d’abord je le dis aux footballeurs par respect, de toute façon j’ai déjà décidé e que je ferai. Les blessures ne me préoccupent pas, je suis satisfait par le comportement dans lequel ils luttent pour surpasser ses blessures. Pendant la saison il est normal de subir des blessures ».

Il y a eu des incompréhensions entre toi et Totti ? Vois-tu un Capitano un peu démotivé ?
« Je l’ai vu en forme, j’ai un rapport excellent avec lui. Je sais ce que pense un footballeur, même si pas de son niveau parce que je n’étais pas aussi bon, mais je sais ce que pense un footballeur lorsqu’il joue et lorsque il ne joue pas. Je l’ai vu très bien en entraînement ».

Le fait de ne pas encore avoir marqué peut créer des problèmes ? Certains le disent hors du projet ?
« Il a toujours marqué, pourquoi ne devrait-il pas le faire cette année aussi. Il fait partie du projet et nous le voulons avec l’attitude qu’il a toujours eu ».

Comment sens-tu ce match compliqué ?
« Il faut toujours aller de l’avant, autrement je n’aurais pas de motivations. Il manque encore beaucoup mais on ne peut pas tout changer en une semaine, ni même en cinq mois ».

La rencontre face à la Juve a montré une Roma qui a eu une grande intensité pendant tout le match.
« Contre la Juve il y avait une motivation particulière, tout le monde veut faire bien contre la Juve. Même contre Naples il y aura une grande motivation et nous n’aurons pas un football supérieur à Naples sans avoir au moins la même intensité que l’adversaire ».

Tu as utilisé une sorte de 4-2-3-1 face à la Juventus. Malgré que sur le terrain il y avait, Lamela, Pjanic, Osvaldo et Totti on a dit que tu as joué à « l’italienne ».
« Je joue toujours avec des joueurs offensifs. Un attaquant doit changer de mentalité en phase défensive. Je n’ai pas changé, j’ai pensé que le meilleur joueur adverse, Pirlo, devait être arrêté, mais pas avec un joueur défensif parce que je voulais rapidement récupérer le ballon, en maintenant notre jeu. Dans le football les schémas ne comptent pas, il y a deux situations : offensif et défensif. Une équipe ne joue pas en 4-2-3-1, continuellement le système change et les rôles changent. La formation titulaire dépend que si les latéraux sont plus forts, rapides, techniques. Je ne pense pas beaucoup au module, il me plaît d’aller de l’avant avec les footballeurs qui savent faire les deux phases. J’aime plus attaquer, en cela suis je plus étrange. Je pense que si un joueur sait bien attaquer, alors tu peut lui apprendre à bien défendre. Si un joueur sait seulement défendre c’est plus difficile. Un joueur offensif tu peux lui enseigner à défendre, en lui disant « mets-toi ici, places-toi derrière la balle ».

On attend Cavani ou Lavezzi comme attaquant central ? Totti a manqué 3 de ses 10 derniers penalties. Comment gères-tu la situation ?
« Je décide toujours. Je vois les entraînements. Mais Francesco je le vois toute la vie. Le prochain penalty sera encore tiré par Francesco, à moins que lui me dise de ne pas être en condition.
J’attends autant Cavani que Lavezzi. J’aime beaucoup le travail défensif que peut faire Cavani : c’est la mentalité d’un grand joueur. Ses qualités m’ont surprises. Un joueur de ce niveau n’attend pas que le ballon arrive, mais pense à comment aider l’équipe. Un travail que font les pointes de Barcelone et du Real Madrid ».

Hier a eu lieu le tirage au sort des compétitions européennes. Es-tu déçu que la Roma ne puisse pas les jouer, et des regrêts par rapport au Slovan ?
« Je ne veux pas y repenser, j’avais fais mon travail avec l’effectif que j’avais à ma disposition, je me suis trompé et sûrement je continuerai à me tromper. Peut-être que jouer une fois par semaine sera un avantage. A l’époque nous n’étions pas en mesure de faire mal à l’adversaire ».

La Rome semble avoir la juste attitude, mais ensuite un épisode change le match.
« Nous devons encore beaucoup nous améliorer, je me rappelle du match face au Genoa avec les erreurs sur coups de pied arrêtés, le football est un sport d’erreurs, si tu en fais des faciles il est normal que se passent ces choses, nous travaillons pour être plus concentré »

Cela fait quelques jours que reviennent les rumeurs sur la cession de Borriello. Comment l’as-tu vu ?
« Bien. Son futur sera décidé à noël et tout le monde sera plus serein. Je l’ai vu vraiment bien et je suis surpris ».

Un bilan de ton travail avec le groupe ? Ont-ils assimilé ta méthode de jeu ?
« Après 5 mois et demi, j’ai vu les progrès. Je parle avec les joueurs chaque jour, savoir comment ils prennent les victoires et défaites. Ils voient le rôle de notre travail. Je vois l’envie de bien faire et une bonne attitude. Dans ce cas je suis content de notre rapport. Certes il serait mieux pour tous si les résultats arrivaient rapidement et s’il y avait un peu de chance. Chaque groupe est difficile à porter en avant, de n’importe quel nature ou type, il a ses caractéristiques. Il manque beaucoup et nous devons nous améliorer. Un vote ? Sommes-nous à école ? Alors mets-le moi. Je respecte tous les journalistes et les personnes, vous me respectez. Mets moi le vote que tu penses. Je fais mon travail avec sérieux et respect, j’attends la même chose ».

Face à la Juventus on a vu une Roma plus attentive aux caractéristiques de l’adversaire, cela montre que vous pouvez vous adapter au jeu de l’adversaire ?
« Non, je cherche à imposer mon jeu, l’idée était la possession de balle, mais après avoir marquée suite à cinq minutes, ils ne nous l’ont pas permis. Nous ne sommes pas encore en mesure de jouer tout le match à la même intensité, le but nous a conditionné. Nous irons à Naples pour imposer notre joue, avec possession de balle ».

De Rossi te plait en défense centrale ?
« Il m’a beaucoup plus, très bon, nous savons qu’il n’est pas un joueur normal, il peut jouer au milieu et en défense »

La Rome en déplacement n’a gagné que deux fois. Selon toi l’équipe est prête pour une rencontre de ce niveau au San Paolo ?
« Je crois que cela soit notre objectif pour demain. Aller dans un lieu difficile avec des tifosi chauds et faire notre jeu. Ne pas faire d’erreurs faciles et jouer plus en profondeur. Et faire ce que nous devons pour gagner ce match ».