Luis Enrique : « A la Roma jusqu’en 2013 »

Luis Enrique s’est présenté à 11h30 en conférence de presse, pour s’exprimer au sujet de la rencontre de demain face à Bergamo. Il parle de l’absence de Totti, du futur adversaire mais aussi de son futur..

Demain pas de Totti. Vous pensez à Pjanic ou Lamela dans ce rôle : quelle différence entre les deux ?
« La qualité de ces joueurs rend leur rôle différent : s’il préfére la balle dans les pieds ou en profondeur. Je n’ai pas que deux options, Lamela et Pjanic, ça peut aussi être Marquinho, Perrotta, Bojan… Il y en a beaucoup, et pour moi c’est parfait car je peux choisir entre 4-5 joueurs et ainsi tous gardent les yeux grands ouverts comme je le souhaite. La différence ? Tu la connais quand tu vois les joueurs : Lamela passe plus facilement l’adversaire et veut la balle dans les pieds ; peuvent aussi jouer Osvaldo ou Borini, ça dépend de ce que je veux et de l’adversaire. Mais je peux aussi changer durant le match, sans même faire rentrer de joueur sur le terrain ».

Marquinho va comment ? Roma pour lui est un tremplin ou une finalité, il doit rester ici longtemps ?
« IMarquinho va mieux, mais je sais pas pour 90 minutes, nous le verrons aujourd’hui à l’entraînement : il se remet en forme avec les autres mais je sais pas encore s’il est à 100%. Parler du futur dans le foot est une utopie, le futur n’existe pas. La seule chose sûre c’est que quand j’ai trouvé l’accord avec Franco Baldini je pensais à respecter entièrement mon contrat. Et je ne peux pas ne plus penser maintenant que la società m’a redonné sa confiance. Je vis au présent et pour améliorer mon équipe jour après jour : après la Roma je ne sais pas si j’arreterai le foot ou irai ailleurs. La seule chose sûre c’est que si la società me le permet je serai là jusqu’en 2013, et content de l’être ».

Comment expliquer la différence de rendement entre match à domicile et extérieur ?
« Si je regarde derrière je vois beaucoup d’amélioration et au départ c’est l’inverse qui se passait. Je crois que c’est normal dans un processus d’adaptation à une nouvelle chose. Pour moi l’équipe fait quasi toujours ce que je veux, avec plus ou moins de chance pour le résultat. Je vois les entraînements et les matchs et je pense que l’amélioration est nette ».

Les compliments vous font plaisir ?
« Je préfére qu’on parle bien de moi que l’inverse, mais ça m’interesse pas. Je n’ai rien apporté de nouveau, le foot a toujours été ainsi. J’ai toujours respecté les autres entraîneurs et voir leur respect me fait plaisir. Pour la presse il y a deux mois j’étais une autre personne et à l’inverse je suis le même qu’au début et c’est pour cela que le respect des tifosi à l’Olimpico me fait plaisir. Je ne m’en préoccupe pas, ça dépend des résultats.»

Sans pénalisation bergame serait à 4 points. C’est la réelle différence entre les deux équipes ?
« Je sais pas, je sais juste que l’Atalanta a bien joué et lutterait pour des objectifs plus importants. Nous savons que nous affrontons une équipe dangeureuse, qui sait quoi faire. Et jusqu’à la 38ème journée nous ne serons pas ce que nous valons : il reste 14 matchs, puis on verra si on a fait une bonne ou mauvaise saison. Aujourd’hui on ne peut pas le dire».

Le derby aller fut un mauvais match pour Kjaer. Où en est-il ? Il est prêt à revenir au niveau auquel on l’a vu avant ?
« Je ne me rappelle pas de ce match et Simon Kjaer est un joueur de très haut niveau : il a 22 ans, il a joué un mondial, 2 saison en italie et une en allemagne. Il a un excellent physique et mental pour un joueur de foot : il a un grand présent et un grand futur. Quand des choses arrivent et peuvent influencer l’entraîneur, tu dois le gérer et j’ai autant confiance en Kjaer qu’ne ses coéquipiers. C’est ainsi quand tu tombes tu dois te relever : Kjaer le fait, comme il l’ont tous fait, Borini, Bojan, Francesco, Juan, Cassetti, Heinze etc. Si nous parlons des erreurs, parlons des erreurs de tous, pas des joueurs ».

Dans vos choix vous tiendrez compte des avertissements de Gago et Juan ?
« Absolument pas».

Denis est troisièùe au classement des buteurs. Quest-ce qui vous préoccupe d’autre chez l’Atalanta ?
« Elle me préoccupe en tant qu’équipe : comme il reparte en contre et comment la prépare Colantuono. Je pense qu’ils fermeront derrière et si l’on ne joue pas de manière très concentrée ça sera dure.Cigarini, Brighi, Schelotto, Denis me préoccupent… Ils prit seulement 4 points de moins que nous : ils ont débuté de manière spectaculaire et mérite leur place».

Vous ne penserez pas au derby ?
Non, le futur ne se connaît pas. Le match le plus important est celui de Bergamo, avec de la chance après celui-ci la saison se finit et on en joue plus ! (sourire) ».

La Lazio vit un moment difficile. Le derby peut être une occasion de prendre la 3ème place ?
« Ces deux équipes peuvent arriver 3ème mais aussi 5 ou 6. Je ne parle jamais des autres équipes, si ce n’est pas en bien. Seul la Roma m’interesse, je ne parle pas des autres. »

Schelotto est un bon joueur. Il pourrait être interessant pour vous et votre Roma ?
« Demandez-le à Walter Sabatini : il s’y connaît énormement et je m’en remets à son jugement. Je pense seulement au bien de l’équipe. Tous les joueurs de qualités sont importants à la Roma. »

Ce soir un match attendu entre Milan et Juventus ? décisif pour le scudetto ?
« Je pense pas qu’il sera décisif. Ce sont deux équipes de très grand niveau, très proches. Je m’attends à voir un match de bon niveau et je veux qu’elles perdent toutes deux ! (sourire) Le résultat ne m’interesse pas, que le meilleur gagne. Je suivrai le match mais je sais pas qui gagnera: la juve jouera son jeu tout comme le Milan. Deux grandes équipes, la Juve a plus faim, mais Milan a ses qualités. Les deux entraîneurs sont très bons et je m’attends à un gros match. ».