Photo tirée du site Youtube.com

Le président de l’AS Roma, James Pallotta, s’est livré à un interview improvisé en compagnie de Kostas Manolas et Justin Kluivert, qui a été diffusé sur Roma TV :

Pallotta à Kluivert: « Qu’as-tu pensé du grand nombre de tifosi présents à l’aéroport pour ton arrivée ? ».
Kluivert: « Pour dire la vérité, je ne m’y attendais pas. Très beau, un moment inoubliable. Voir autant de tifosi à m’attendre a été très beau ».
Pallotta: « Tu m’as vu au dernier rang ? J’étais aussi là à t’attendre (rire, ndlr) ».

Pallotta à Manolas: « Tu as quasi participé à une rixe avec Džeko ? ».
Manōlas: « Il ne sait rien passé, et je ne sais pas ce qu’il m’aurait mis, cela aurait du être une vraie rixe ».
Pallotta: « Nous pourrions organiser ça après l’entraînement du jour. Si tu l’attaques vers le ba tu peux le faire, peut-être en visant le genou… ».
Manōlas: « Oui, mais nous devrions prendre un autre avant-centre ».
Pallotta: « Nous avons une bonne assurance (rire, ndlr) ».

Manōlas à Pallotta: « Qu’est-ce qu’il vous ait passé par la tête quand vous vous dirigiez vers la fontaine après la qualification contre Barcelone ? ».
Pallotta: « Je n’ai jamais imaginer faire cela, ça s’est fait sur le moment. Je ne me souviens pas bien qui a marqué le troisième but… La chose intéressante est que quand on a marqué je n’ai pas exulté mais je me suis mis à regarder le stade, je ne réussissais pas y croire en voyant toutes ces personnes heureuses, c’était incroyable, puis il y avait toi (Manolas, ndlr) qui courait comme un enfant. Une très belle chose, cela a montré l’essence du sport. Même si tu es un professionnel, dans un moment comme ça tu redeviens un enfant, une pure joie. Quand nous sommes revenus à l’hôtel à Piazza del Popolo, il y avait tout le personnel : 25 personnes qui portaient maillots et écharpes de la Roma. Je suis entré dans l’hôtel et un d’eux m’a dit qu’il y avait des centaines de tifosi à la fontaine, et que je devais aller les saluer. Zecca et les autres essayaient de m’en dissuader mais j’ai pensé que ça serait amusant. Alors qu’on y allait, je me suis mis à regarder la fontaine et puis les tifosi. J’ai commencé à enlever ma veste et ma cravate, ce n’était pas la première fois que je suis allé dans une fontaine. Je ne crois pas que j’y ai vraiment réfléchi, je sais seulement que 4h après, quand je me suis réveillé, je me suis dis que peut-être c’était interdit de faire cela. Et une heure après on m’a mis une amende, mai ça en valait la peine ».

Pallotta à Manōlas: « On dit que chaque matin et chaque soir tu regardes le but contre Barcelone, vrai ou faux ? ».
Manōlas: « Vrai, je le regarde de nombreuses fois. Avant le match de l’International Champions Cup, beaucoup de tifosi m’ont envoyé des messages après ce but, cela a été un moment très important. J’aime entre les commentaires en direct, disant que c’était le but du grec ».
Pallotta: « Si cela te motive ? ».
Manōlas: « Oui, cela me pousse à essayer de le refaire ».

Manōlas à Pallotta: « Quel a été le joueur le plus difficile à faire partir ? ».
Pallotta: « Salah me plaisait beaucoup. Beaucoup ne savent pas encore que nous n’avions pas le choix, nous devions le laisser partir. Il avait encore une année de contrat, il a demandé à être cédé parce qu’il sentait de devoir démontrer quelque chose en Premier League, cela a été difficile. Même avec Alisson ça a été difficile, Radja est un guerrier. Parfois on n’a pas le choix. Vu de l’extérieur les gens pensent que si, mais parfois ça n’est pas le cas, on essaie de faire progresser l’équipe et on espère acquérir des joueurs de personnalités qui soient meilleurs ou du moins au même niveau que ceux partis. Les tifosi pensent que c’est facile d’acheter et vendre des joueurs, mais pour moi et le staff ça n’est pas simple, il y a beaucoup de facteurs à prendre en considération ».

Kluivert à Pallotta: « Les joueurs plus vieux disent que vous offrez une Lamborghini à ceux qui marquent au moins 10 but, est-ce vrai ? ».
Pallotta: « J’ai offert une Lamborgini, mais les autres étaient des Ferrari ».
Kluivert: « Vous le ferez encore cette saison ? ».
Pallotta: « Seulement si tu marques 30 buts ! Tu veux une Lamborghini ? Quelle voiture tu veux ? Quelle voiture tu as ? Tu as le permis ? ».
Kluivert: « Oui ! ».
Pallotta: « Je pensais que tu étais trop jeune… une Mercedes te vas ? ».
Kluivert: « Oui, ça m’irait ».
Pallotta: « Nous devrions y penser, une Lamborghini pour 10 but, ça peut en valoir la peine ».
Manōlas: « Je pense que cette question est pour moi ».
Pallotta: « Pour toi ? Tu penses pouvoir marquer 10 buts ? ».
Manōlas: « J’en marquerais 5… ».
Pallotta: « Si tu en marques 10, je t’offre une Lamborghini, puis vous devenez tous fous ! ».
Manōlas: « J’en ai déjà une ! ».
Pallotta: « Vraiment ? De quelle couleur ? »
Manōlas: « Blanche. Elle arrive, des USA. Je ne l’ai pas encore payé, vous voulez le faire ? ».
Pallotta: « Si tu marques 10 buts, je te paye l’essence pour 5 ans ».

Manōlas à Pallotta: « Quand De Rossi arrêtera, ça sera moi le capitaine ? ».
Pallotta: « Très bonne question, mais ça n’est pas à moi de décider cela. Je crois que c’est aux joueurs de devoir le faire. Qu’ils soient capitaine ou non, les joueurs doivent être leader de l’équipe et aider à guider les coéquipiers. Depuis que tu es arrivé, tu as beaucoup changé de manière positive durant toutes ces années. Je crois aussi que moi et l’équipe pensons que par le passé tu as aussi été un peu présomptueux, et cela a été positif que tu ais du traverser cette période. Tu as beaucoup grandi, tous me le disent, tu es devenu une personne mature et un grand coéquipier. Je ne vois pas la raison pour laquelle tu ne pourrais pas continuer cette route, en continuant à être un cadre de l’équipe. Je suis très content de ce que tu as fait ces années et je suis content que tu sois ici ».t

Manōlas à Pallotta: « Etes-vous le chef du compte Twitter de la Roma ?”
Pallotta: « Non, j’en gère quelques uns au Nigeria ».

Manōlas à Pallotta: « Que pensez-vous du recrutement de Ronaldo à la Juventus ? ».
Pallotta: « J’ai pensé que c’était bien pour la Serie A, je ne l’ai pas pris comme une chose négative pour la Roma. On parle d’un joueur extraordinaire, probablement un des plus forts au monde. Lors des dernières saisons, la Serie A était un peu sous-évalué, je crois que c’est un excellent championnat. En Espagne il y a 4-5 équipes fortes, en Allemagne et en France moins, en Angleterre 6-7 et en Serie A autant. Pour beaucoup d’équipes c’est difficile d’aller à jouer sur certains terrains, avec des matchs tactiquement différent. Je n’ai jamais pensé qu’il viendrait ici et marquerait 60 buts, j’espère qu’il le fera pas, mais il aura potentiellement plus de difficulté qu’en Espagne. Puis j’essaie de comprendre comment ils l’auraient payé ! ».

Kluivert à Pallotta: « Que faisiez-vous à mon âge ? Pensiez-vous avoir ce succès ? ».
Pallotta: « Quand j’avais 19 ans j’avais fini ma première année de college, une année positive. Mon père m’avait demandé à ce que je pensais faire, et je lui avais répondu que je ne savais pas. Je n’avais pas d’idée de ce que je voulais faire, je ne pensais qu’au lendemain ».

Pallotta à Kluivert: « J’ai vu une déclaration où tu disais rêver de jouer pour Barcelone… tu sais que je ne te vendrais pas pour ? ».
Kluivert: « Pas de problème ».
Pallotta: « Jouer pour Barcelone était ton rêve ? ».
Kluivert: « Mon père jouait là-bas, je disais cela pour cette raison. Mais je suis heureux ici ».

Kluivert à Pallotta: « Tu as fait arriver onze joueurs, suis-je votre préféré ? ».
Pallotta: « Certainement ! A peine je sors de la pièce, quand Pastore me demandera la même chose, je lui ferais la même réponse (rire, ndlr) ».

Pallotta à Kluivert: « Si tu n’étais pas devenu footballeur, quel métier aurais-tu fait ? ».
Kluivert: « J’ai toujours été intéressé par le tennis. J’ai commencé à jouer au tennis, puis je suis passé au football ».
Pallotta: « Mon préféré ? ».
Kluivert: « Nadal, je pense qu’il est le meilleur. Et vous ? ».
Manōlas: « Pour moi c’est Federer ».

Pallotta à Manōlas: « Qui as-tu le plus hâte d’affronter ? Ronaldo ou Radja ? ».
Manōlas: « Radja est un ami, je suis impatient d’affronter Ronaldo, il est un des joueurs les plus forts au monde, j’ai hâte de jouer contre lui et de faire une bonne prestation ».
Pallotta: « En plus il sera dans ta zone de terrain, n’est-ce pas ? ».
Manōlas: « Nous verrons qui sera le meilleur… ».

Kluivert à Pallotta: « A la radio vous avez dit que je ressemble à Allen Iverson quand j’étais jeune. Que vouliez-vous dire ? ».
Pallotta: « Je le disais par rapport à sa façon d’éliminer ses adversaires avec ses mouvements. Allen le faisait beaucoup, il était capable de laisser son adversaire sur place ».
Manōlas: « Je rappelle qu’il a perdu en demi-finale contre la Grèce au Mondial. Vous vous en souvenez ? ».

Pallotta à Kluivert: « Dans ta playlist il n’y a pas Jay-Z et Kayne West. Trop vieux pour toi ? ».
Kluivert: « Non, si j’avais plus de place je les mettrais. J’aime beaucoup ce genre de musique, ce sont de grands artistes ».
Pallotta: « Qui me plait ? ».
Kluivert: « Drake ».
Pallotta: « Je le ferais venir ici pour toi « .
Kluivert: « J’aime cette idée ! Je crois que c’est le meilleur ».
Pallotta: « Si tu marques 20 buts nous ferons venir Drake, ça te va ? ».
Kluivert: « Affaire conclue ».

Pallotta à Manōlas: « Après le match contre Barcelone tu t’es mis à pleurer, tu n’as jamais ressenti ce genre d’émotion ? ».
Manōlas: « Je pense que ça a été le moment le plus important de ma carrière et je crois que cela a été l’un des plus importants de l’histoire de la Roma ».
Pallotta: « Sûrement, au moins depuis que je suis ici ».
Manōlas: « Nous avions beaucoup de pression, quand on gagne 3-0 on voit les tifosi en fusion, fou comme toi, c’était un moment où j’étais seul et je me suis exprimé de cette façon ».
Pallotta: « J »ai pleuré moi aussi, quand j’étais tout seulL ».