L’ex-entraîneur de la Primavera de l’Inter présente Zaniolo

0
1009
Photo tirée du site Asroma.com

Stefano Vecchi, ex-entraîneur de la Primavera de l’Inter et aujourd’hui sur le banc de Venezia, s’est exprimé au sujet de Nicolo Zaniolo (passé cet été des nerazzurri à l’AS Roma pour 4,5 millions d’euros) dans un interview au journal Il Romanista :

« Il est vrai que la convocation de Zaniolo en sélection d’Italie m’a surpris, avant même de débuter en Serie A. Sûrement cela est une prime, mais ça sera aussi une ultérieure stimulation pour lui, cela peut le pousser à démontrer qu’il peut faire aussi en pro ce qu’il a déjà fait en Primavera. Aussi parce que Di Francesco est un entraîneur qui lance volontiers les jeunes. Pourquoi cette convocation selon moi ? J’imagine que cela part de l’Italie U19, en juillet : il a fait un excellent Eur, amenant l’Italie en finale. Mancini a suivi ce tournoi. Quand l’ai-je vu pour la première fois ? A l’Entella Primavera, où il avait amené son équipe en finale de Coppa Italia, contre la Roma. Nous les avions affonté, et il m’avait fait une excellente impression. Il avait déjà 7 présences en Serie B ? Une période où l’Inter avait décidé d’investir sur la Primavera, c’était un de nos objectifs primaires. Et nous avons ensuite gagné le scudetto. A quel prix nous l’avions eu ? Je dirais environ 1,5 millions, peut-être aussi quelques bonus. Avec lui on a gagné tous les titres, mais l’Inter les a tous vendu cet été pour le Fair-Play Financier ? L’Inter a toujours monétisé ses jeunes quand elle a pu le faire. Et la Roma a fortement insisté pour Zaniolo. Nous sommes content d’avoir donné notre contribution : nous n’avons pas amené de joueurs en équipe première, c’est vrai, mais nous avons aidé le club à ne pas vendre ses joueurs cadres. Quel joueur est Zaniolo ? Quelqu’un qui a de grandes qualités physiques et techniques. Il a une belle structure, et un beau pied gauche. A âge égal, il faisait la différence sur ses adversaires. Puis il est clair qu’il peut encore s’améliorer en tout, comme chaque joueur de son âge.

Il a déjà joué autant meneur de jeu que milieu relayeur ? Il n’est pas un vrai et pur meneur de jeu. Il y jouait à l’Entella, mais surtout parce que c’était le meilleur. Et aussi à l’Inter je l’ai mis parfois là. Mais pour moi, à haut niveau, en Serie A, il a les caractéristiques pour devenir un relayeur moderne. Un joueur à la Lampard, à la Gerrard. En tant que meneur de jeu il peut profiter de son grand physique et sa capacité dans les insertions offensives, un peu comme le fait Nainggolan. Mais avec un peu de pratique il peut s’insérer aussi comme relayeur : c’est pour moi le rôle qu’il peut faire dans sa carrière. Et ses défauts ? En Primavera, avec nous, il faisait la différence. Il réussissait tout tellement facile, que parfois il se reposait un peu sur ses acquis. A la Roma, pour conquérir une place en équipe première, il devra se donner à 100%. A l’Inter, il n’a cependant pas joué en pro ? Il était dans les radars de l’équipe première. Il a fait la préparation avec Spalletti, et i s’est souvent entraîné avec eux durant l’année. Mais la saison passée il y avait moins de compétitions : pas de coupe d’Europe et éliminé rapidement en Coppa Italia, et l’effectif était large, ce n’était pas facile de trouver sa place parmi les grands. Quel caractère a-t-il ? Un bon gars, qui se comporte bien et veut bien faire. Sur le terrain c’est quelqu’un qui tire les autres, mais avec les faits : ce n’est pas quelqu’un qui parle beaucoup. Avec Bettella (vendu à l’Atalanta), Zaniolo a été le meilleur en Primavera l’an passé. Maintenant que je suis en Serie B, ai-je essayé de le prendre ? Bien évidemment. On devait vendre Pinato, qui est finalement resté, mais j’avais coché son nom. Nous avons appelé la Roma, pour demande le prêt, mais on nous a répondu que Di Francesco ne voulait pas le faire partir ».