Site AS ROMA

L’éternel Totti, C’è Solo un Capitano

« Un bambino biondo parlava con la palla. Sarabbe diventato il miglior calciatore del mondo e il re di roma. »

Il y a 35 ans naissait à Rome celui qui deviendra l’idole d’une ville, d’un peuple. Avant d’être joueur de la Roma, le jeune Francesco qui a pour idole Giannini a fait ses premiers pas à Porta Metronia. On peut dire qu’il a le football dans le sang car à peine âgé de 9 mois il veut déjà dormir avec un ballon. Il commence le foot à 8 ans au Fortitudo puis au Lodigiani. Il est très vite repéré par les émissaires des grands clubs de la Série A et Mamma Fiorella refuse de le voir partir au Milan. Mais lors d’un match amical de son club contre la Roma il est repéré par son (futur) club de toujours. Mais, fait amusant, il n’était pas sur le terrain. Il jouait sur le côté, avec son cousin. C’est ainsi que naquit l’une des plus belles histoires d’amour du football.

Totti entame cette année sa vingtième saison sous les couleurs de la Roma, ses couleurs. Lancé dans le grand bain par Vujadin Boskov le 28 mars 1993, Totti a à peine 16 ans et joue avec son idole Giannini. Il avait joué la veille en Primavera, mais après avoir inscrit un doublé, l’entraîneur l’avait fait sortir à la mi-temps puis l’a envoyé avec l’équipe première à Brescia. Un beau week-end pour le jeune homme. Il marque son premier but, du gauche, à Foggia en septembre 1994. Pour le féliciter, son oncle lui offre une bicyclette. Il ne cessera de grandir au côté d’entraîneur comme Zeman ou Mazzone (qu’il considère comme un second père). Même si entre-temps sous Carlos Bianchi, Totti est à un pas de signer à la Sampdoria. En effet, l’entraîneur argentin ne veut pas de lui. Il reste finalement à Rome et son ascension est fulgurante. Capitaine à 22 ans, buteur, passeur, rien ne l’arrête. Il remportera le scudetto en 2001, marquant dans le dernier match face à Parme.

A partir de là, Totti espoir Romain, devient une star nationale voire internationale. Aimé ou décrié, il ne laisse personne indifférent. Il est réclamé par tous les plus grands clubs. Milan, l’Inter et surtout le Real se l’arrachent. Et le Real justement, est l’autre club que Totti a toujours aimé et dont il a toujours révé porter le maillot. Alors qu’il est très proche de signer à Madrid, il décide de rester dans sa ville pour montrer son attachement au club. Il en deviendra une légende. Il Capitano, devient l’ambassadeur de la Roma, son image, son âme. On ne peut parler du club sans parler de son capitaine. On lui écrit des chansons, tagge son visage sur les murs de la ville. Mais suivront les blessures et les critiques. Totti s’en est toujours relevé, a toujours fait taire ses détraqueurs, allant jusqu’à remporter le mondial en étant qu’à 70% mais titulaire à tous les matchs, finissant meilleure passeur de la compétition et sera élu dans l’équipe-type de la coupe du monde 2006. Pas mal pour un joueur victime d’une double fracture 4 mois auparavant. Malgré tout il ne connaîtra jamais le même rayonnement avec la Nazionale qu’avec la Roma.

Totti est un joueur complet, atypique, mais aussi un homme engagé au grand coeur. Parrain de l’unicef, il s’est servi de son image de « potache » en Italie pour récolter des fonds en vendant des livres de blague sur lui-même. Il s’est aussi investi dans la SPA de Rome et d’autres mouvements humanitaires. Il a notamment ouvert une école de football à Rome.

Il faudrait bien plus qu’un article pour décrire Totti et son emprise sur la Roma. Mais celui qui entame sa 20ème saison et qui a participé à 614 matchs pour 262 buts, n’a pas l’air de faiblir. Sa fin de saison dernière était vraiment bonne, il finit encore avec plus de 10 buts, quatorze pour être exact, sur 32 matchs joués. Sur les 5 premiers matchs de l’ère Américaine, il est toujours parmis les meilleurs, montrant que dans le nouveau projet, il faudra encore compter sur lui. On peut même espérer le voir encore gagner des places dans le classement des buteurs de la Serie A. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

TANTI AUGURI A TE FRANCESCO TOTTI ! C’E SOLO UN CAPITANO !