Les Top et les Flop de l’AS Roma à la mi-saison

Alors que nous sommes en pleine trêve de noël, le site Cesololaroma.org effectue un petit bilan de cette première partie de saison, en distribuant les bons points et les bonnets d’âne des élèves de Rudi Garcia. La décision, restrainte, a été prise de placer 3 joueurs dans chacune des 4 catégories.

Les « Top » :

Kostas Manolas: Véritable muraille et rempart défensif, il n’a quasiment rien à se reprocher sur le plan défensif, au point d’être le vrai leader de la ligne arrière. Le grec fait un quasi sans faute depuis son arrivée de l’Olympiakos il y a 18 mois, prenant de belle manière la succession de Mehdi Benatia. Seule reproche ? Une relance désastreuse.

Mohamed Salah: Si on peut être un peu déçu comparé à ces 6 mois passés à la Fiorentina, l’égyptien connaît malgré tout une belle adaptation. Jusqu’au derby, où il se blessera à la cheville pour environ un mois, le n°11 aura inscrit 6 buts et apporté sa vitesse. Il aura manqué de rythme à son retour pour les trois derniers matchs, en espérant retrouvé un Salah bien rodé début janvier.

Gervinho: Il est incontestablement la meilleure progression de l’année 2015. Méconnaissable de janvier à juin (exception de l’Europa League), il est l’homme de ce début de saison. Comme pour Salah, il y a une moyenne de points avec et sans l’ivoirien. Alors que son dernier but en Serie A remontait au 30 novembre 2014, le n°27 inscrit 5 buts entre la 6ème et la 10ème journée, coïncidant à une série de 5 victoires consécutives. Comme Salah, sa série s’arrête au derby (où il marque en fin de match), avec ensuite une blessure en sélection. Il ne reviendra que pour ce dernier match face au Genoa.

Les « en progrès » :

Wojciech Szczesny: Un peu en dent de scies depuis le début de saison, notamment avec la défaite 3-2 face au BATE Borisov où il passe complétement à côté de son match, le polonais a réalisé un mois de décembre exceptionnel. A chaque rencontre il réalise un arrêt déterminant, avec en point d’orgue celui en Champions League lors de la 6ème journée face aux biélorusses, permettant d’arracher la qualification. Il a permis d’obtenir trois clean-sheet durant les trois derniers matchs, entre Serie A et Champions League. S’il continue ainsi, il pourra être une arme en plus pour cette seconde partie de saison.

Antonio Rüdiger: Très critiqué à son arrivée, où beaucoup le surnomme le « Mapou allemand », le joueur de 22 ans a su relever la tête malgré les critiques. Passant à travers de certains matchs, notamment pour un mauvais placement et des soucis tactiques, le défenseur allemand a montré qu’il est capable d’amener une certaine solidité et former une belle paire au côté de Manolas. Il semble cependant plus à l’aise en jouant sur le côté droit de la charnière, comme ce fût le cas en Coupe d’Italie avec Leandro Castan. Comme le grec, il devra progresser au niveau technique, mais sa marge de progression semble intéressante.

Daniele De Rossi: Après avoir connu un très gros passage à vide lors du premier semestre 2015, le « Capitan Futuro » semble retrouver le niveau qui est le sien en ce début de saison. Juste avant la trêve internationale, le n°16 inscrit 3 buts en l’espace de quelques jours : face à Empoli pour sa 500ème en giallorosso et puis un doublé sur la pelouse du Bayer Leverkusen en Champions League. Face au Genoa, le week-end dernier, De Rossi sera un des rares (pour ne pas dire le seul) à avoir un niveau correct durant la première période, montrant une grinta et une justesse technique, que les autres avaient laissé au vestiaire.

Les « en régression » :

Lucas Digne: Le latéral français avait démarré la saison sur les chapeaux de roues. Arrivé depuis quelques jours à Trigoria, le joueur de 22 ans est d’entrée titularisé face à la Juventus, où il réalise une prestation impeccable. Il enchaînera les matchs avec une belle aisance, mais il semblera s’essouffler avec le temps (ayant déjà joué quasiment autant de matchs que la saison dernière au PSG). Son entente avec Falque (que nous aurions pu aussi mettre dans cette catégorie) s’est liquéfié au fil du temps. Ces dernières prestations sont trop insuffisantes, et le n°3 devra recharger les batteries pour ramener de l’ordre dans le couloir gauche, autant pour les intérêts sportifs de la Louve que les siens avec l’Euro en prévision. 

Alessandro Florenzi: Il serait trop facile de donner comme argument son but face au Genoa (qui a donné la charge mentale de l’équipe) pour l’enlever de cette catégorie. Repositionné à un poste d’arrière-droit, il performera  en début de saison, comme sa prestation défensive face au FC Barcelone, où ses buts face à ses mêmes blaugrana ou sur la pelouse du Hellas Verona à la première journée. Depuis le match du Torino, il semble tirer la patte, et montre des carences tactiques flagrantes qu’il n’avait pas montré jusqu’ici. Comme Digne, Florenzi va pouvoir profiter de cette courte trêve hivernale pour revenir à son meilleur niveau.

Miralem Pjanic: Pourquoi « Mire » au lieu de Gervinho et Salah ? Contrairement aux deux attaquants, lui n’a pas été blessé, et a sombré ces derniers temps en étant sur le terrain. C’est bien simple, depuis son penalty face au Bayer Leverkusen en Champions League (permettant d’arracher la victoire) et son carton rouge face à l’Inter, on a perdu notre « Petit Prince ». Auteur de 9 buts toutes compétitions confondues, le n°15 a permis d’obtenir de nombreux points, notamment par ces précieux coup-franc. Comme toute l’équipe, dont il est censé être le métronome, il a totalement sombré depuis la dernière trêve internationale.

Les « Flop » :

Vasilis Torosidis: Certains transforment en or tout ce qu’ils touchent, malheureusement cela n’est pas le cas du grec. Rentrant régulièrement en fin de match dernièrement, les tifosi ont à chaque fois eu peur en leur voyant rentrer sur le terrain. Et cela a commencé face à Bologne, où il commet l’irréparable en fauchant Giaccherini dans sa propre surface, dont Destro se chargera de transformer le penalty égalisateur. Face au Torino, il arrivera à se blesser quelques minutes après avoir foulé la pelouse. Certains prendront presque comme une bonne nouvelle cette blessure musculaire de trois semaines.

Juan Manuel Iturbe: Alors qu’il a failli rejoindre le Genoa au 31 août dernier, l’argentin n’a jamais réussi à se débrider techniquement. S’il a toujours montré une grande grinta et envie, dont il est impossible de lui enlever, ses carences balles au pied ne lui auront jamais permis de se mettre dans les meilleures conditions. S’il aura usé les défenses par ses mouvements et ses accélarations, il n’obtiendra au mieux que des coup-franc (comme celui face au Torino transformé par Pjanic) ou penalty (comme celui face à Bologne). L’AS Roma s’en sortirait à merveille si elle récupérait 24 millions d’euros de son départ à Bornemouth.

Edin Dzeko: Beaucoup auraient parié sur sa présence dans les « Top » en début de saison, dont les milliers de tifosi présents lors de son arrivée à l’aéroport. Si cela avait plutôt bien commencé, avec notamment ce but de la tête face à la Juventus, il avait ensuite connu une bonne série avec notamment des ouvertures du score face au Bayer Leverkusen et à la Lazio. Oui mais voila, s’il se donne et participe au jeu collectif, le bilan est au final bien trop maigre : 5 buts en 20 apparitions, et des occasions « faciles » qui auraient du trouver le chemin des filets, comme face à l’Inter notamment. La Louve doit retrouver son buteur !

Twitter: @Romanista35