Photo tirée du site Sport.Sky.it

Alors que l’Italie U19 va jouer cet après-midi (17h30) sa qualification pour les demi-finale de l’Euro (et en même temps valider son billet pour le Mondial U19 qui se jouera l’année prochaine), 3 joueurs liés à l’AS Roma se se sont exprimés aux divers journaux italiens :

Andrea Marcucci (milieu de l’AS Roma) à Il Romanista: « La seconde victoire face au Portugal (après celle face à la Finlande, ndlr) ? Ils étaient très forts. Nous avions vu les vidéos, ils font circuler le ballon de manière exceptionnelle, ils ne lâchent rien. Eux aussi ont quelques joueurs qui jouent déjà en pro. Le premier but part de moi ? Je prends le ballon à un défenseur central, je monte un peu, je vois Frattesi qui s’insère bien. Je lui donne le ballon, il contrôle et trouve Capone qui conclut une belle action. Désormais il ne manque qu’un point ? Mais ça sera très dur aussi contre la Norvège, peut-être le plus difficile de la poule. La génération 99, où il manque notamment Donnarumma, est peut-être la plus talentueuse du vivier azzurro ? Nous sommes un beau groupe, avec beaucoup de joueurs forts, certains ne sont pas là (comme Mirko Antonucci, ndlr). Se qualifier vaut aussi la qualif au prochain Mondial U19 ? Nous voulons y aller, cela serait une chose très importante, on ne joue pas un Mondial tous les jours. Mondial qu’on pourrait disputer avec Luca Pellegrini ? Nous l’espérons, il peut apporter énormément à cette équipe. Lui est déjà en équipe première, tandis que moi je ne sais pas où je jouerais la saison prochaine ? Je suis seulement concentré sur cet Euro, on verra le reste ensuite. Si nous gagnons cet Euro, j’aurais sûrement plus de propositions ».

Nicolo Zaniolo (meneur de jeu de l’AS Roma) au Corriere dello Sport: « J’ai hâte à ce que la nouvelle saison commence. J’essaie de ne pas trop penser à la Roma, mais seulement au maillot azzurro. Mais je sais que cette expérience scandinave est importante pour mon futur. Penser que je fais partie de la Roma me remplie de joie. J’ai tout de suite ressenti à des sensations incroyables. J’ai été accueilli de manière fantastique, je me suis senti de suite comme partie intégrante du projet, de l’équipe, comme une famille. Pour cet Euro, c’est une expérience utile, ce n’était pas facile. Au début nous avons affronté le pays hôte, la Finlande, équipe dure, capable de défendre et jouer le contre. Mon but a été beau parce qu’il est né d’un renvoi du gardien Plizzari. 4 touches et nous avons marqué. Une émotion immense ».

Gianluca Smacacca (attaquant de Sassuolo, formé à l’AS Roma) à la Gazzetta dello Sport: « La Norvège ? Le match le plus dur de la poule. Il s’agit d’une équipe forte et structuré : cela sera comme une finale et on ne jouera pas pour le nul. Si on peut aller jusqu’au bout ? Oui, si nous n’avions pas l’envie de gagner l’Euro on serait resté chez nous. On a un groupe fort : beaucoup d’entre-nous se connaissent depuis les U15, l’aspect solidaire se voit sur le terrain. A cet époque j’étais à la Roma, avant de rejoindre le PSV Eindhoven ? Je reste un tifoso giallorosso, per Roma-Liverpool j’étais au stade. Totti reste mon idole, le premier maillot que j’ai eu a été celui de Batistuta. Le but de la tête face au Portugal rappelle Ruud van Nistelrooy, que j’ai eu comme entraîneur aux Pays-Bas ? Un de mes maestri, je joue à son rôle, c’est normal qu’il avait beaucoup de conseils à me donner. Je dois beaucoup également à Roberto Muzzi, qui m’a coaché à la Roma : lui aussi ex-attaquant… ».