Photo tirée du site Gettyimages.fr

Formé au Virtus Foligno, Leonardo Spinazzola, passé récemment de la Juventus à l’AS Roma, est décrit par les deux premiers entraîneurs qu’il a connu.

Federico Ranucci: « Il est arrivé quand il avait 5 ans. Rapidement on a compris qu’il était très doué footballistiquement, mais surtout au niveau humain il était fantastique, toujours enclin à aider ses coéquipiers. Souvent on le faisait jouer une catégorie au-dessus et malgré tout il faisait la différence, il était toujours le meilleur. Il était très bon pour dribbler et il était très rapide. Je crois que même aujourd’hui sa meilleure caractéristique est celle de réaliser des gestes techniques à grande vitesse. La dernière fois que je lui ai écris fut quand il a été transféré à la Roma, où je lui ai souhaité bonne chance. Il semblait très heureux d’être arrivé en giallorosso. C’est un environnement très passionné et je crois que cela puisse être l’étape définitive pour le débloquer ».

Angelo Romagnoli: « On voyait qu’il était né pour jouer au football. Ses qualités le faisait jouer surtout devant, souvent comme meneur de jeu. Je me souviens d’une année où il a joué en binôme avec un autre attaquant et qu’ils ont marqué 100 buts. Il était très humble, même s’il était le meilleur de l’équipe, et pour cela il était apprécié de ses coéquipiers. Il était très altruiste, cherchant toujours à favoriser le coéquipier. Il avait 14 ans quand il a rejoint Sienne et déjà des équipes de Serie A le suivait. Mais les toscans étaient ceux qui l’avaient cherché avec le plus d’insistance. Cela ne fut pas facile pour lui au début parce qu’à cet âge ça n’est pas simple de tout quitter et ses parents ont été important. Il a toujours eu cette très grande capacité de course, même si je lui dis souvent qu’il doit marquer beaucoup plus. Lui me répond toujours qu’il est tout autant content de faire marquer ses coéquipiers. Rome est le juste environnement pour lui ».