Site AS ROMA

Les deux géants se défient déjà

Auteur chacun de 5 victoires en autant de rencontres (et un goalaverage respectif de +8 et +10), l’AS Roma et la Juventus se défient ce dimanche (18h) à Turin pour s’approprier la place de leader, d’une Serie A qui voit déjà un duel à deux équipes se profiler. Un match qui arrive après une semaine européenne, où la Juve a perdu contre l’Ateltico Madrid, et l’AS Roma a obtenu un point à Manchester City.

.

La conférence de presse de Garcia.

« Beau d’affronter les champions de plusieurs pays »

« L’importance psychologique du match ? Ce qui est beau demain, c’est qu’on a joué les champions de Russie et d’Angleterre, et maintenant ceux d’Italie avant de jouer ceux d’Allemagne. C’est fantastique. On voudrait faire cela toutes les semaines. C’est ça qui est est. Puis il y aura l’affrontement sur le terrain, nous ferons tout pour jouer notre jeu avec confiance et ambition. Si le match de Champions nous a rendu plus conscient de notre force ? C’est ce qu’on doit continuer à faire. On a vu aussi un moment difficile, avec le désavantage au score qui n’est pas facile à combler. On a aussi eu la possibilité de gagner. Si certains se demandent si la Roma joue toujours pour gagner, voici peut-être une réponse. Chaque match est différent, nous jouerons comme on l’a fait mardi. Avec l’ambition de rendre le match difficile à la Juventus, en sachant qu’ils ont leur qualité. Différences entre la Juventus de Conte et d’Allegri ? Le module est le même. Puis il y a des différences que je garde pour moi. Ils ont des forces et faiblesses comme toutes les équipes. On devra s’en servir. Je pense que leur position tactique est plus haute que l’an dernier sans la balle, cela ouvre des espaces intéressants pour nous. C’est la seule chose que je vous dirai. Si la défaite du 5 janvier m’a appris quelque chose ? Je vous laisse le passé, c’est une nouvelle saison, avec une nouvelle rosa. Nous sommes à la 6 ème journée avec ce match chez la Juve, il ne faut pas penser au passé, on ne peut le changer. La vérité d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui, même les joueurs qui ne peuvent pas jouer voudrait le faire. Un défi de faut niveau, ils veulent le jouer. Si l’engagement de mardi me suffirait ? Mieux d’avoir un résultat ou du jeu ? Le résultat est la conséquence de bien jouer, notre engagement ne changera pas. Cela ne veut pas dire que parfois en jouant mal on ne peut pas arriver au résultat, mais demain on a des convictions, on doit être intelligent, bien réfléchir, ne pas s’adapter mais changer quelque chose si cela nous mène à la victoire. On ne doit pas être contraint à ne faire qu’une chose, on a déjà montré qu’on pouvait en faire plusieurs.

« Gagner ce match donnerait un plus sur le plan psychologique »

L’an dernier la Juventus laissait le ballon à la Roma, si je m’attends à une Juventus agressive ou patiente ? Ils ont l’impact physique, ils ont de bons joueurs. C’est un des paramètres de cette équipe, mais nous sommes prêts. Nous aussi nous devons aller au duel, un engagement comme l’Altetico Madrid. Eux aussi font un pressing agressif, nous devons être prêts. Nous devons pouvoir récupérer le ballon, ça ne se fait pas en ballerine. Quels joueurs ne peuvent pas tenir les 90 minutes ? Personne, on a eu 5 jours. J’avais dit qu’on avait quasiment une semaine complète, ils sont tous au top. Qui a le plus à perdre ? Il y a trois points à gagner. Le scudetto ne se décide pas sur ce match, même si l’on gagne ça ne sera pas fini, ça serait manqué de respect aux autres. Sur le plan psychologique ça peut être intéressant, on le verra après le match et on aura la réponse après la trêve. Ce que je veux c’est bien finir cette série de 7 victoires, de la meilleure des façons. On a très bien fait jusqu’à maintenant, mais la série se termine à 20h dimanche. On fera tout pour avoir un résultat positif. Ce qui a contribué à se rapprocher de la Juventus ? On a les mêmes points après 5 matchs et gagner 5 matchs de suite n’est pas rien. On a fait en sorte de réduire l’écart, mais la réponse sera en fin de championnat. Il est clair qu’ils sont favoris, je ne change pas d’avis, par bon sens. Quand une équipe ne vend personne et prend au moins trois joueurs de qualité après avoir gagné 3 scudetti elle est favorite. Cela ne veut pas dire qu’on ne pourra pas dire la notre, puis on verra ce qui arrivera. Avec une équipe à 18 points ou deux à 16 ça changera pas grand chose, ça serait mieux que cela soit nous à 18.

« Tevez est le plus dangereux, mais attentions à tous »

L’arme en plus de la Roma ? Je sais pas, on a un engagement d’équipe qui nous fait jouer à 100%, pas seulement pour gagner mais pour montrer que chaque joueur est au service de l’équipe. On l’a vu lors des derniers matchs. Cela veut dire qu’on peut surpasser les moments difficiles, comme après la troisième minute du dernier match. Ce n’est pas facile de maintenir cet engagement, la saison est longue et je m’attends toujours à avoir cet engagement. Sur l’adversaire, il faut demander à Allegri. Si un nul conviendrait mieux à la Roma  ? Dépend du match, si une équipe mérite de gagner et qu’elle fait nul elle sera déçue. S’il y a une souffrance telle qu’un point convient, qu’il en soit ainsi, cela semble positif. On verra le match, l’important est d’être prêt. Il y aura 95 minutes, j’espère voir un beau football, ça sera un match vu dans le monde entier, l’Italie a répondu cette semaine en obtenant de très bons résultats en Europe sur le fait que c’est un championnat sous-évalué. Ces matchs doivent être une pub du foot italien. Le joueur que je crains le plus ? On ne peut pas faire un plan anti-intel. Tevez est le plus décisif, mais une équipe complète et de qualité n’est pas une équipe imbattable. Aucune équipe ne peut gagner les 38 matchs. Je suis concentré sur mon équipe, avec nos forces on a montré que le niveau était toujours bon, j’ai confiance en mes joueurs pour ces matchs. Castan, son état ? Cela fait deux jours qu’il est à la maison, il a eu un virus gastro-intestinale, les enfants rentrent de l’école avec cela. C’est un contre-temps pour son retour sur le terrain, avec la cuisse et l’oreille. Par chance on a 15 jours, pas seulement pour lui, mais pour tous les autres, je ne fais pas la liste. L’important est qu’ils seront tous là contre le Chievo ».


Du côté de Trigoria

L’AS Roma va débuter sa seconde saison sous la houlette du mister Rudi Garcia. Un groupe qui a peu été chamboulé par les départs, puisque « seuls » Benatia (Bayern Munich) et Dodo (Internazionale) ont fait leur départ concernant d’éventuels titulaires potentiels. A côté de ça, des joueurs de rotation ont également quitté le navire comme Toloi (retour à Sao Paulo), Taddei (Perugia) et Bastos (fin de prêt). Niveau arrivée, l’entraîneur français aura cette saison la possibilité d’effectuer un turnover conséquent quand il le souhaite. Défensivement il récupère Manolas (Olympiakos), Astori (Cagliari) et Mapou Yanga-Mbiwa (Newcastle) dans l’axe, ainsi que Cole (Chelsea), José Holebas (Olympiakos) et Emanuelson (Milan AC) à gauche. Au milieu, Keita (FC Valence) vient apporter son expérience, tandis que Paredes (Boca Junior) et Uçan (Fenerbahçe) viennent amener leur jeunesse et leur technique. Enfin, devant Iturbe (Hellas Verona) vient compléter l’aspect tactique du mister, pendant que le jeune Sanabria (FC Barcelone) vient pour bousculer la hiérarchie.

Niveau préparation, la Louve a pu se frotter au gratin européen durant cette préparation estivale. Le bilan global est de 6 victoires, 1 nul et 2 défaites. En point d’orgue, on notera les succès sur le score de 1-0 face à Liverpool et le Real Madrid, et les défaites face à Manchester United (3-2) et l’Inter (2-0). Le match à l’Olimpico de samedi dernier face au Fenerbahçe (3-3) aura permis aux giallorossi de reprendre leurs marque à la maison. Malgré les doutes durant cette préparation, la Louve a sorti les crocs il y a 15 jours, en remportant assez tranquillement sa première victoire, face à la Fiorentina à domicile, grâce à des buts de Nainggolan et Gervinho. S’en est suivi un succès, compliqué, sur la pelouse du promu Empoli (grâce à une frappe de Nainggolan) et une belle entrée en matière en Champions League, avec une victoire 5-1 face au CSKA Moscou. S’en est suivi une troisième victoire en Serie A, face à Cagliari, grâce à des buts de Destro et Florenzi, puis un quatrième succès (à l’arraché), sur la pelouse de Parme avec un score de 2-1. Ce bon début de saison s’est confirmé avec un 6ème succès, difficile, face à Verona à la maison (2-0), puis le premier faux-pas, avec un bon match nul (1-1) sur le terrain de Manchester City en Champions League.

Rudi Garcia a révélé la liste des 23 joueurs qui ont été convoqué pour la 7ème journée de Serie A, qui se jouera ce dimanche (18h), face à la Juventus (sur BeIn Sports Max 6 et Sport+). Outre les absents de longue date, Federico Balzaretti et Kevin Strootman, l’infirmerie se vide très légèrement, avec notamment le retour de Salih Uçan. Leandro Castan (gastro), Davide Astori (genou) et Daniele De Rossi (mollet) feront eux leur retour juste après la trêve internationale, contrairement à Marco Borriello (cuisse) qui devrait patienter encore un bon mois. A signaler les nouvelles convocations de Michele Somma et Arturo Calabresi, ainsi que la première dans le monde professionnel pour Gabriele Marchegiani (gardien, classe 96), fils de Luca ex-gardien de la Lazio et du Torino.

Concernant le onze de départ, Skorupski gardera de nouveau la cage giallorossa. La défense centrale sera composé des recrues Manolas et Yanga-Mbwia, tandis que les couloirs seront pris par Maicon à droite et Cole à gauche. Keita évoluera dans sa position devant la défense, avec Nainggolan et Pjanic pour animer le jeu devant lui. Devant, le trident du moment sera composé de Totti ou bien Destro en attaquant axial, avec Gervinho et Iturbe (ou peut-être Florenzi) en soutien.

.

L’adversaire du jour

Après avoir remporté trois scudetti consécutifs, la Juventus redémarre avec de nouvelles méthodes et un nouvel entraîneur, en la personne de Massimiliano Allegri. Et le moins que l’on puisse dire est que cela commence aussi bien que la saison dernière s’était conclu. Comme la Louve, les bianconeri ont début leur saison par 6 victoires consécutives, avec 10 buts inscrits et aucun encaissé. Il est cependant à signaler le petit accroc, sur la pelouse de l’Atletico Madrid, avec leur premier but encaissé et surtout leur première défaite de la saison. Cela s’annonce donc un match équilibré, entre les deux cadors du championnat italien. Niveau adversaire, la Juve a notamment été l’emporté sur la pelouse du Milan AC en début de saison, et n’a pour le reste pas rencontré de grosses équipes.

Sur le mercato, l’effectif de la Juventus a peu bougé. Le principal transfert à noter est le départ, inattendue, de l’entraîneur Antonio Conte (parti ensuite coacher la sélection d’Italie). Les dirigeants bianconeri ont du vite se retourner pour lui trouver un remplaçant, et ces derniers ont jeté leur dévolu sur Massimiliano Allegri. Niveau arrivée, Patrice Evra (Manchester United) vient apporter son expérience dans le couloir gauche, tandis que les jeunes Alavaro Morata (Real Madrid) et Kingsley Coman (PSG) viennent amener de la concurrence au duo titulaire en attaque. La « vieille Dame » a vu aussi l’arrivée de deux jeunes joueurs polyvalent, avec Romulo (Hellas Verona) et Roberto Pereyra (Udinese). Côté départ, Pablo Osvaldo a rejoint l’Inter, Federico Peluso vers Sassuolo, Mauricio Isla à QPR, Mirko Vucinic à Al-Jazira et Fabio Quagliarella au Torino.

L’équipe sera composé demain de Buffon dans la cage. La défense sera constitué par une ligne de 3 joueurs, où l’on retrouvera Caceres, Bonucci et Chiellini. Au milieu, on retrouvera un trio avec Marchisio, Vidal et Pogba dans l’axe, avec Lichtsteiner et Asamoah pour animer les couloirs. Enfin devant, Tevez tournera autour de Llorente.

.

Les dernières confrontations

2000/2001 Juventus 2-2 AS Roma (Nataka, Montella)
2001/2002 Juventus 1-2 AS Roma (Batistuta, Assunçao)
2002/2003 Juventus 2-1 AS Roma (Montella)
2003/2004 Juventus 2-2 AS Roma (Chivu, Zebina)
2004/2005 Juventus 2-0 AS Roma
2005/2006 Juventus 2-3 AS Roma (Mancini, Tommasi, Perrotta) [Coppa Italia]
2005/2006 Juventus 1-1 AS Roma (Kharja)
2007/2008 Juventus 1-0 AS Roma
2008/2009 Juventus 2-0 AS Roma
2009/2010 Juventus 1-2 AS Roma (Totti, Riise)
2010/2011 Juventus 1-1 AS Roma (Totti)
2010/2011 Juventus 0-2 AS Roma (Vucinic, Taddei) [Coppa Italia]
2011/2012 Juventus 3-0 AS Roma [Coppa Italia]
2011/2012 Juventus 4-0 AS Roma
2012/2013 Juventus 4-1 AS Roma (Osvaldo)
2013/2014 Juventus 3-0 AS Roma

Ces deux équipes se sont rencontrés à 16 reprises depuis le début de ce siècle (championnat et coppa confondus) pour un bilan de 4 victoires giallorossi, 8 victoires bianconeri et 4 nuls. Les quatre derniers matchs ont été un vrai calvaire pour la Louve, avec 14 buts encaissés pour 1 seul marqué. Outre deux victoires récentes en Coupe d’Italie (une fois au Delle Alpi et une fois au Stade Olympique de Turin), l’AS Roma n’a gagné qu’à deux reprises en championnat sur le terrain de la Juventus, d’abord en 2001/2002 avec des buts de Batistuta et Assunçao puis en 2010/2011 grâce à Totti et Riise. De son côté, Francesco Totti tentera de marquer au Juventus Stadium, l’un des rares stade où il n’a pas encore trouvé le chemin des filets..

.

Le duel du match

Paul Pogba / Radja Nainggolan : Cela pourrait être le véritable duel au milieu de terrain, entre deux joueurs qui possèdent un gros coffre et un gros volume de jeu. Si Daniele De Rossi et Kevin Strootman sont absents côté romanisti, tandis qu’Andrea Pirlo est à peine remis d’une blessure et qu’Arturo Vidal peine à retrouver son meilleur niveau, les clés pourraient donc être donné d’un côté au jeune français et de l’autre au néo-international belge. Arrivé de Manchester United, où il n’avait joué que 7 matchs professionnels sous les ordres de Alex Ferguson, Pogba a explosé en l’espace de deux saisons, où il a très vite obtenu une place de titulaire au sein de son club et ensuite avec l’Equipe de France. La saison 2012/2013, il dispute 27 matchs de Serie A (5 buts), 2 matchs de Coupe d’Italie et 8 matchs de Champions League. Il y joue également ses deux premières sélections avec la France. Mais c’est surtout la saison dernière, 2013/2014, qu’il explose totalement. Avec notamment 36 matchs de championnat (6 buts), 1 matchs de Coppa (1 but), 14 matchs européen (dont 6 rencontres en Champions, et 1 but en Europa League). En sélection, il joue 14 matchs sous les ordres de Didier Deschamps (pour 3 buts). En l’espace de deux saisons, il joua en tout 104 matchs et inscrit 17 buts. Nainggolan a de son côté eu une trajectoire moins linéaire, et a exploser sur le tard. Arrivé très jeune en Italie, il signe à Piacenza en 2005, arrivant de Germinal Beerschot en Belgique. Il y jouera 5 saisons, dans les divisions inférieures, avec 74 apparitions et 4 buts. Cela lui permet en 2010 de signer à Cagliari, où il découvre la Serie A avec le club sarde. C’est durant cette période qu’il se fera un nom, avec notamment 137 rencontres joués et 7 buts inscrits. Annoncé lors du mercato d’été 2013 et de janvier 2014 dans tous les grands clubs italiens, il rejoint finalement l’AS Roma à la surprise générale. Profitant notamment de la longue blessure de Strootman, l’international belge (absent du Mondial, mais convoqué lors des dernières sorties) a en quelques mois joué 26 matchs, et inscrit 3 buts.

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Mr Gianluca Rocchi. Âgé de de 39 ans, cet arbitre dirige sa 11ème saison. Dans ce laps de temps il a dirigé à 32 reprises l’AS Roma : Pour 13 victoires (dont le derby de la saison passée, 2-0 avec des buts de Balzaretti et un penalty de Ljajic), 10 nuls (dont le 1-1 à Milan de la saison dernière) et 9 défaites (deux fois sur le terrain de Napoli en 2013/2014, Serie A et Coppa). Cela sera la 5ème fois que l’homme en jaune dirigera un Roma-Juventus, mais la première fois sur la pelouse de Turin. Jusqu’ici, la Louve l’avait emporté une fois (2012/2013) et 3 défaites (2008/2009, 2009/2010 et 2010/2011). La Juventus a de son côté un bilan de 18 victoires, 2 nuls et seulement 3 défaites, en 23 rencontres.

.

Les équipes probables

AS Roma (4-3-3):
Skorupski
Maicon-Manolas-Mapou-Cole
Keita
Pjanic-Nainggolan

Iturbe-Totti-Gervinho

Remplaçants: Lobont, Marchegiani, Emanuelson, Holebas, Torosidis, Somma, Calabresi, Uçan, Paredes, Florenzi, Destro, Ljajic, Sanabria.
Blessé(s): Balzaretti, Strootman, Castan, Astori, De Rossi, De Sanctis.

Juventus (3-5-2): Buffon; Caceres, Bonucci, Chiellini; Lichtsteiner, Vidal, Marchisio, Pogba, Asamoah; Tevez, Llorente.