Site AS ROMA

L’ère DiBenedetto peut enfin commencer

C’est donc en ce 14 juillet que Thomas DiBenedetto a officiellement lancé son aventure avec l’AS Roma. Et c’est à Trigoria qu’a eu lieu la présentation de cette nouvelle aventure. L’américain a tout d’abord tenu à remercie Unicredit et la famille Sensi : « merci à tous, c’est un plaisir d’être ici. Je remercie Cappelli et Unicredit pour avoir travaillé avec nous, pour avoir nommé un nouvel organigramme : la capacité de croire et de rejoindre certains objectifs ont été fondamentaux. Je remercie l’équipe que j’ai à peine connu et la famille Sensi qui m’a précédée. Une nouvelle ère est en train de commencer, qui changera le football par son management, un rêve qui sera partagé par les tifosi. Il faudra un peu de temps, mais nous travaillerons tous, en cherchant à donner le maximum. Nous voulons développer une nouvelle culture et une équipe qui donne le meilleur d’elle-même et d’obtenir le rendement maximum des joueurs. Dans cette phase je vous remercie pour être tous ici ». Le néo-président giallorosso est ensuite revenu brièvement sur les ingrédients pour arriver rapidement au plus haut, mais aussi sur Francesco Totti : « Les priorités à court terme ? Tout commence du management, notre objectif numéro un est ce qui se produit sur le terrain. Dans les prochaines semaines nous aurons une idée plus claire du futur de l’équipe. Nous suivons des jeunes talents et devons être patients. La priorité est d’améliorer l’équipe, en mettant le football devant tout. Totti au centre du projet ? Nous espérons gagner le Scudetto le plus tôt possible. Totti est le plus grand joueur que nous avons, dans l’histoire de la Roma et de l’Italie. Il veut vaincre, et nous aussi. Notre équipe de managers feront le maximum pour mettre sur le terrain la meilleure équipe possible. Quel stratégie pour un meilleur football ? Les équipes peuvent faire beaucoup plus pour concrétiser de l’amour des tifosi, ils doivent employer ce qu’aiment les tifosi autour d’un stade. Les équipes italiennes devraient tirer bénéfice des nouvelles technologies et nous chercherons à le faire.

Il développe ensuite plus particulièrement sur les hommes qui constitueront le côté sportif du projet : « Sabatini n’a pas parlé de budget mais de faire la meilleure équipe ? Ce qui se produit en Italie se produit dans le monde, le discours économique a un impact sur tout et même sur le bien-être de l’équipe. Notre projet est sur le long terme. Nous espérons que la situation des marchés s’améliorera et nous pourrions étaler pleinement le projet. Le budget ? L’objectif est d’avoir une dette flexible pour pouvoir mettre différents joueurs à la disposition de Sabatini et de l’entraîneur. Nous ne déciderons pas sur les joueurs, mais cela sera aux hommes que nous avons mis de le faire : Baldini, Sabatini et Luis Enrique. Nous déciderons sur la base de leurs demandes et à ce qu’offrira le marché. Les joueurs devront s’adapter au jeu de l’équipe ». Avant de parler d’un côté financier important : les recettes, qui proviendront surtout du stade et des droits télévisés : « Le nouveau stade ? Nous rencontrerons prochainement la CONI. Nous avons beaucoup d’expérience et nous l’offrirons. Nous analysons la situation du nouveau stade. Une des aires fondamentales est le marketing, nous avons différentes personnes avec de l’expérience dans ce domaine, et nous les utiliserons pour le développer et croître. Nous devons également développés les média. Les droits TV ? Mon objectif est que la Roma devienne la meilleure équipe qu’elle puisse être. Nous augmenterons les ressources pour avoir des meilleurs joueurs. Mais il y a d’autres équipes qui ont également de grands objectifs ». S’il estime Totti important, il n’en pense pas moi de l’autre romanista de naissance : « Nous admirons De Rossi et voulons qu’il reste à la Roma, il est le vice-capitaine de cette équipe, tous nous le connaissons et travaillerons ensemble avec lui pour que cela se produise ».

Il est ensuite revenu sur les difficultés de cette négociation, et a tenu a rassurer les tifosi sur sa présence prochaine dans la capitale : « Si j’ai pensé à faire marche arrière ? Notre voyage a débuté il y a un an, j’ai pensé qu’il ne pouvait pas se concrétiser mais je suis très déterminé. Ici il y a des bases pour une opportunité à prendre et à transférer au niveau international. Il y a eu des difficultés mais nous n’avons jamais lâché. Même si cela doit prendre encore quelques mois, je vous assure que je serais un président très proche, voir peut-être trop. J’ai également délégué des pouvoirs à Baldini qui sera également très présent. Je vais bientôt venir habiter à Rome, c’est fondamental, pour comprendre la culture. J’ai toujours aimé cette ville et je sais ce que représente le football dans cette ville. C’est une marque reconnaissable et je veux le porter dans le monde. On pourra engendrer des produits et cela est une opportunité réelle »Il conclut sur le choix de l’entraineur, et sur son choix personnel d’avoir repris la Roma : « Pourquoi le choix de Luis Enrique et de miser sur les jeunes ? Le talent que nous portons à Rome est très haut, même si certains sont de jeunes joueurs. Les joueurs d’expérience devront les encadrer et les tifosi aimeront ces jeunes. C’est comme un enfant, tu l’aimes mais tu dois comprendre qu’il n’est parfois pas prêt, mais Luis Enrique fera tout pour rendre l’équipe compétitive. Pourquoi avoir choisi la Roma ? Mon nom est DiBenedetto, mon père est né en Italie et j’ai choisi la Roma parce que j’ai des origines italiennes ».

Luis Enrique a ensuite pris la parole, pour la première fois directement face aux journalistes : « Excusez-moi pour mon mauvais italien, il sera meilleur dans le futur. Je crois que depuis que la Roma m’a choisi comme entraîneur j’ai voulu prendre un groupe de jeunes pas seulement pour le jeu, mais aussi pour les valeurs. Nous avons besoin de renforts, je remercie le club pour m’avoir choisi et avoir choisi mon staff. Une philosophie offensive ? Lorsque le club m’a contacté, il l’a fait en cherchant un entraineur qui aime attaquer et faire plaisir aux tifosi. Il est important que les tifosi viennent au stade, c’est une façon de jouer très attrayante. D’aujourd’hui à quelques semaines nous verrons comment se comportera cette équipe ». Après s’être exprimé de façon générale, l’espagnol entre dans l’équipe en elle-même : « Le gardien ? Sabatini y travaille, qu’il soit Stekelenburg ou Kameni, ce sont des options importantes. Les joueurs actuels ? J’ai eu l’occasion de jouer contre Totti, je suis content d’entraîner également De Rossi et Perrotta. Je laisse la décision sur Vucinic à Sabatini, je veux transmettre une mentalité gagnante et faire bien jouer l’équipe. Mes impressions ? Je suis content du staff, des personnes qui travaillent à Trigoria. Je suis dépositaire du pari du club de viser sur des jeunes avec les idées claires. Comment cela se passe avec l’équipe ? Je l’ai vu peu pour le moment, avec seulement 3 entraînements. J’ai remarqué l’attitude et je cherche à commencer un travail fructueux ».

Le nouveau mister demande également un peu de temps et de patience aux tifosi : « La comparaison avec Guardiola ? Je suis très loin du succès de Guardiola, le travail parlera. C’est avec le travail que se gagnent les titres. Quelles sont les ambitions de la Roma ? Je ne connais pas très bien l’équipe pour pouvoir parler d’ambitions, nous affronterons chaque match avec l’envie de vaincre, non pas avec une attitude défensive ou spéculative. Les tifosi devront être patients ? Cette tranquillité transmise par le président me plait. Une sorte de changement d’identité est en cours, j’aime cette alliance de fraicheur et d’expérience. Ayez confiance. Nous connaissons le football, tout dépend des résultats. Nous jouerons de façon offensive, je chercherai à gagner du crédit. Si je ne le fais pas, il y aura quelqu’un à ma place. Il conclut ce qu’il pourra apporter à cette équipe : Que manque-t-il à cette équipe ? Cela fait déjà un mois que nous travaillons avec Sabatini, nous devrons évaluer l’effectif complet. Nous allons vérifier les ambitions de tous les joueurs. C’est ma façon d’interpréter le football. Exporter le modèle Barca ? Je n’entends pas le porter ici à Rome, je veux amener ici mes idées, l’idée de jouer au football. Le système de jeu dépend des joueurs dans l’effectif, avec le staff technique nous nous réunirons et déciderons du système de jeu. Quelques joueurs espagnols qui me plaisent ? Un joueur de la Roma est de la Roma, la nationalité ne compte pas ».

L’actuel président par intérim, Roberto Capelli est revenu sur les choix qui ont poussé à choisir les américains, et quelle sera la position d’Unicredit : « Bonjour à tous, merci à vous d’être venus aussi nombreux, nous sommes dans une phase de passage de témoin avec l’ancienne propriété. Je remercie la famille Sensi pour tout ce qu’elle a fait dans ces années, je remercie en outre la ligne manageriale qu’a suivi la famille Sensi. Certains continueront à collaborer avec nous, d’autres non et surtout à ces derniers vont nos remerciements. Maintenant la propriété est là, solide, et déjà aujourd’hui nous sommes pleinement opérationnels sur le marché et avons déjà placé notre équipe dirigeante. Ils ont été choisis par les nouveaux propriétaires : nous parlons de Baldini, qui nous rejoindra prochainement, Fenucci et Sabatini qui ne sont pas ici car il est interdit de fumer dans cette salle (rire, ndr), pour finir à Luis Enrique. Ils sont tous des choix partagés. Un projet sérieux, qui aura des valeurs également ethiques. La fermeture de la négociation va arriver à la fin du mois, malheureusement ces choses prennent du temps mais aucun de nous vit la situation avec anxieté vu que la società mais surtout le management sont en place, donc il n’y a pas de problème. Les américains décident ou bien Unicredit aura son mot à dire ? Lorsque l’on gère un club il faut seulement une voix à décider. Certainement la banque ne fera pas de gestion sportive, la nouvelle propriété nous a proposé des lignes de management que nous avons partagé. Nous avons déjà débuté et tout va bien. Nous sommes cependant conscients que les rennes sont dans les mains de Tom et de son équipe ».

Claudio Fenucci, reponsable de la partie financière, s’est lui aussi présenté brièvement : « C’est un type de conférence de presse dont je ne suis pas habitué, étant donné le nombre de personnes présentes, mais surtout à l’importance de la chose pour la Roma et tous les sportifs. Je me présente brièvement : j’ai une expérience de 15 ans à Lecce, où nous avons su dépasser nos attentes que ce soit sportivement ou financièrement. Je viens ici avec un bagage d’expérience que je veux mettre à disposition pour les objectifs que le club m’indiquera. Je veux remercier la nouvelle et l’ancienne propriété pour cette opportunité, je suis content de pouvoir travailler avec des professionnels dont je suis lié d’une profonde amitié. Un cher salue à tous les tifosi de la Roma ».

Tulio Camiglieri qui supervisera la communication du club a conclu cette présentation : « Je vous remercie tous pour être ici, dans cet instant important de l’histoire de l’AS Roma. C’est un passage important et je voudrais faire une prémisse. L’AS Roma et Unicredit sont cotés en Bourse et une série de thématiques doit avoir de spéciales attentions pour ne pas avoir de répercussions sur les titres, donc les choses qui ne sont pas encore connues ne trouveront pas de réponses et je vous prie de le respecter. Seulement par le respect des règles. Les investissements feront l’objet de communications après la fermeture de l’affaire et seront alors rendus public. Le stade ? Nous voulions une loi qui aurait donné l’opportunité de construire rapidement des stades dès maintenant. Vous pourrez poser d’autres questions à Luis Enrique lors du ritiro. Pour toute information additionnelle vous pourrez vous référer à la partie communication gérée par Elena Turra et Daniele Lo Monaco »