Site AS ROMA

Le match qui valait 20 millions (et 4 points)

Alors que ces 2 équipes se sont déjà rencontrés à 3 reprises cette saison (2 succès giallorossi, et 1 défaite), ce match s’annonce déjà comme un premier tournant à la lutte de cette 2ème place (6 points d’écart, avec un match en moins pour la Louve), synonyme de qualification directe à la prochaine Champions League, ce qui rapporterait quoi qu’il arrive 20 millions d’euros au club concerné. Rudi Garcia et l’AS Roma vont à Naples sans De Rossi et Totti, mais récupère Maicon et Strootman. Avec le goalaverage particulier, si l’AS Roma ne perd pas avec plus de deux buts d’écart, elle empochera un point de plus en cas d’égalité à la fin de saison.

.

La conférence de Rudi Garcia

« La pression est sur le Napoli. S’ils perdent c’est quasi fini »

« Match décisif pour la 2ème place selon Benitez ? Ce n’est pas la finale du championnat. Il leur reste 11 matchs, nous 12. On a 6 points d’avance, avec un match en moins, donc la pression est sur eux. S’ils perdent c’est quasi fini pour eux. Pour nous cela ne change rien. Le Napoli est fort comme nous. J’espère voir un spectacle comme l’aller de Coppa Italia, avec un Napoli fort, un bon arbitre, une bonne ambiance et du fair-play. Strootman ? Par chance c’est juste un coup, il a récupéré. Le Napoli nous a mis 5 buts en 2 matchs ? Ils ont une attaque forte, cela signifie que ce sont deux équipes de haut niveau et que tout peut arriver. On doit faire en sorte, comme après la défaite contre la Juve, de gagner le match suivant. On ira là-bas avec de l’ambition. Le meilleur gagnera. J’espère voir un beau match et il faut que les joueurs soient à 100%. Si je volerais un joueur au Napoli ? Non, je suis content de mes joueurs. Je ne pense jamais à ça. On est second avec une Roma quasi record, j’ai un effectif de qualité et cela fait mon bonheur. Contre l’Inter on a joué avec de longs ballons.

« Ne pas revoir les erreurs défensives du match de Coppa Italie, nous travaillons sur la concentration »

Trop de longs ballons contre l’Inter ? Il n’y a pas un problème physique pour l’équipe, mais seulement pour quelques joueurs. On aurait pu gagner, même en seconde période, donc cela veut dire que ça va. On a de la qualité dans tous les secteurs, on peut marquer à tout moment et il faut être plus efficace derrière par rapport au dernier match contre le Napoli. Ce que je ne voudrais pas revoir par rapport au match de Coppa Italia demain ? Ne pas revoir ces erreurs défensives individuelles mais on travaille dessus, c’est une question de concentration. Puis on doit mieux défendre et attaquer sur coups de pied arrêtés, qui peuvent être déterminants dans ce match de haut niveau. L’idée que je me suis faite de l’arbitrage italien et de la justice sportive ? Ici ça marche comme ça et je respecte. Pourquoi la TV est utilisée d’une façon et pas d’une autre ? Ou bien la TV est utile ou bien elle ne l’est pas. Il faut aider les arbitres. Leur métier est difficile, ils doivent décider très rapidement et on ne peut plus continuer ainsi. On est au 21ème siècle. Normalement avec 12 yeux on voit mieux qu’avec 6 mais ça ne change rien. Les assistants manquent de responsabilité. J’ai déjà dit tout ça. Dans d’autres sports on a pris des engagements pour changer cela. 

« Le football est un sport de contact, pas du ping-pong »

Le code éthique ? Avoir un code éthique est bien. Le problème est que toutes les choses qui portent à différentes interprétations est compliqué. Je n’ai pas apprécié que De Rossi soit déjà condamné par les chaînes TV et par la non-convocation en équipe nationale. Il aurait été plus juste de le convoquer dans un premier temps et ensuite, au moment où la justice sportive a rendu sa décision, l’exclure de la Nazionale. La TV ne voit pas tout. Il est vrai qu’on ne peut pas faire ce genre de chose dans une surface mais tous ont vu le geste, arbitre et assistants, et rien n’a été sifflé. Je ne veux pas défendre Daniele. En voyant les images ce geste mérite un carton rouge, mais Daniele ne s’est pas rendu compte de tout ce qu’il s’est passé, tout comme Icardi. Le football est un sport de contact, et non pas du ping-pong. Ce n’est pas facile de trouver une mesure juste pour tous. Un partage des points serait un bon score ? Oui, mais si on joue pour prendre un point, on a plus de chance de le perdre. Il faut toujours jouer pour gagner et être ambitieux. Si nous ne gagnions pas, cela ne sera pas forcément un résultat négatif. Bastos ? Sa condition physique s’améliore grandement. Il est arrivé ici avec une fracture du bras, nous le savions. Il s’est intégré de manière exceptionnelle, c’est quelque de bien et un bon joueur. J’ai un groupe intelligent qui facilite l’insertion des nouveaux joueurs. Il s’améliore et il pourra bientôt aider l’équipe.

 

Du côté de Trigoria

« Une grande équipe ne perd pas deux matchs de suite ». Cette phrase connue a été vérifié à deux reprises par l’AS Roma depuis ce début d’année 2014. En effet, après avoir subit une lourde défaite face à la Juventus, les giallorossi ont su enchainer une série de 6 victoires consécutives (dont 3 en Serie A et 3 en Coupe d’Italie). S’en est alors suivi un léger coup d’arrêt avec un match nul lors du derby (0-0), puis une seconde défaite sur la pelouse du Napoli (3-0). Mais là encore, les hommes de Rudi Garcia ont su relever la tête, avec deux victoires, d’abord à domicile contre la Sampdoria (3-0), puis sur la pelouse de Bologne (1-0). Petit accroc cependant avec ce score nul et vierge du week end passé face à l’Inter. Cependant, depuis son revers face à la Juve, les romanisti n’ont encaissé qu’un seul but en 7 matchs de championnat, contre 14 buts marqués. Sur ce début d’année 2014, le bilan est de 8 victoires, 2 nuls et 2 défaites. Le mister va notamment pouvoir compter sur quelques retours importants, comme celui de Maicon. Cette rencontre peut quasiment définitivement offrir cette seconde place aux giallorossi. Au delà du match en lui même, l’important sera d’au moins conserver ses 6 points d’avance (qui pourrait passer à 9 en cas de succès contre Parme), et empocher un point de plus, grâce au goalaverage particulier sur les deux rencontres.

Rudi Garcia a livré sa liste officielle de convoqués pour la 27ème journée de Serie A, qui se jouera dimanche à 20h45 face au Napoli. Le mister français a appelé 23 joueurs. Parmi les absents on retrouve Federico Balzaretti, Francesco Totti (en phase de reprise) et Tin Jedvaj (blessé suite son retour de la Croatie U21); ainsi que Daniele De Rossi suspendu. Maicon et Dodo font leur retour. Luca Mazzitelli, de la Primavera, est de nouveau appelé.

Concernant le onze de départ, De Sanctis gardera logiquement la cage. La défense centrale sera de nouveau guidé par Benatia et Castan, avec Maicon et Torosidis (en ballottage favorable sur Romagnoli) sur les côtés. Strootman et Nainggolan formeront la paire de récupérateurs, avec Pjanic un cran plus haut pour animer le jeu. Destro se verra avoir une nouvelle chance en pointe, avec Florenzi et Gervinho pour l’entourer.

.

L’adversaire du jour

Le Napoli connait lui un début d’année 2014 paradoxal, où ce club a montré un jeu à double visage. D’abord celui convainquant qui a notamment battu le Milan et la Roma sur sa pelouse, en inscrivant à chaque fois trois buts. Puis une équipe qui a perdu énormément de points face à des équipes dites « faibles » : Défaite à Bergame, Nul à Bologne, à Livorno, et à la maison contre le Genoa et le Chievo. 11 points de perdus durant ces 5 rencontres, pourtant bien abordable sur le papier. Mais Benitez peut cependant être sur de ses forces, avec un collectif et un 11 type bien rodé, qui apprend à se connaitre de mieux en mieux. Si le domaine offensif est le véritable point fort des azzurri (51 buts en Serie A, soit 2 de plus que la Roma), l’aspect défensif laisse lui un peu à désirer avec 29 buts encaissés, bien loin des 11 petits buts subits par Morgan De Sanctis et la Louve. C’est donc sur une série de deux matchs nuls en championnat que le Napoli aborde cette « finale » dans la course à la seconde place.

Sur le mercato, le Napoli a du faire face à des changements importants l’été dernier: A commencer par les départs du leader défensive Campagnaro et de l’entraineur Mazzarri du côté de l’Inter, ainsi que celui du buteur Cavani au PSG. Pour palier à cela, un recrutement qualitatif a été fait, avec trois recrues du Real Madrid : le défenseur Albiol, l’ailier Callejon et le buteur Higuain. Viennent s’ajouter à cela les jeunes joueurs offensifs Mertens (belge) et Zapata (colombien). On oubliera pas le gardien brésilien Rafael (qui a été proche de la Louve cet été) et le croate Radosevic. Le mercato de janvier a été une nouvelle révolution, avec plusieurs joueurs à arriver : Reveillère (un peu plus tôt dans la saison, en tant que joker), Jorginho (Hellas Verona), Henrique (défenseur brésilien) et Ghoulam (arrière gauche de Saint Etienne). Cela a notamment été compensé par le départ d’Armero à West Ham.

L’équipe sera composé demain de Reina dans la cage. La défense sera constitué par une ligne à quatre avec Maggio, Fernandez, Albiol et Ghoulam. La paire de récupérateurs sera constitué de Jorginho et Inler. Devant, Hiugain sera soutenu par une ligne de trois trequartista où on retrouvera Callejon, Hamsik et Mertens.

.

Les dernières confrontations

2012/2013 Napoli 4-1 AS Roma (Osvaldo)
2011/2012 Napoli 1-3 AS Roma (Lamela, Osvaldo, Simplicio)
2010/2011 Napoli 2-0 AS Roma
2009/2010 Napoli 2-2 AS Roma (Baptista, Vucinic)
2008/2009 Napoli 0-3 AS Roma (Mexes, Juan, Vucinic)
2007/2008 Napoli 0-2 AS Roma (Perrotta, Totti)
2005/2006 Napoli 0-3 AS Roma (Aquilani, Nonda, Okaka) [Coppa Italia]
2000/2001 Napoli 2-2 AS Roma (Baptistuta, Totti)
1997/1998 Napoli 0-2 AS Roma (Totti, Di Biagio)

Sur les 9 derniers déplacements sur le terrain de Naples, le bilan est de 5 victoires, 2 nuls et 2 défaite. Ces deux dernières défaites ont cependant été concédé durant les trois dernières saisons. Pour les superstitieux, la Louve n’a jamais perdu deux fois de suite sur la pelouse du Napoli. La Roma a également toujours marqué au moins un but, sauf durant la saison 2010/2011. A noter qu’aucun des joueurs convoqués pour cette rencontre n’a marqué en Serie A en déplacement à Naples.

Il s’agit de la 4ème confrontation entre ces deux équipes cette saison, avec 2 victoires giallorossi (à chaque fois à domicile, 2-0 et 3-2) et 1 défaite (3-0 à Naples). Une opposition qui s’annonce donc une nouvelle fois riche en buts.

 

Le duel du match

Rudi Garcia / Rafael Benitez : L’élève défie le maitre. Les chemins de Garcia et Benitez, tous deux d’origine hispanique, se sont déjà croisés par le passé. En effet, alors qu’il est dans le staff de Saint-Etienne, le mister français avait effectué il y a environ 10 ans un stage sous la houlette de l’entraineur de Valence de l’époque (double champion d’Espagne et finaliste de la Champions League). Rudi avouera avoir beaucoup appris tactiquement de l’entraineur espagnol, et lui voue un véritable culte. Encore méconnu, Garcia avait été pris sous son aile par Benitez qui lui avait offert toute sa disponibilité. Quelques années plus tard, en 2010, les deux hommes se retrouvent ensemble pour la première fois sur les deux banc de touche : Garcia avec Lille et Benitez avec Liverpool. Largement favori, ce dernier accède au 1/4 de finale de l’Europa League avec une victoire 3-0 au retour (pourtant défait 1-0 à l’aller). Mais l’entraineur français lui avait déjà donné du fil à retorde, avec un effectif pourtant peu étoffé. Pour l’anecdote, comme le mister français le raconte au sein de son livre, Benitez lui avait déclaré suite à ce match retour : « Rudi, ce soir, ton équipe était bien trop ouverte défensivement. Elle a laissé beaucoup trop d’espaces et de possibilités à nos joueurs. A ce niveau-là, ce n’est pas possible. Tu dois être plus solide ». Avec la meilleure défense de toute l’Europe (11 buts encaissés, et 17 matchs sans prendre le moindre but), Garcia semble avoir retenu la leçon, même s’il voudra lever l’affront de cette défaite 3-0 il y a quelques semaines au San Paolo. Pour cette 4ème confrontation de la saison, le français mène 2 rounds à 1 sur l’espagnol, balle de break ou balle de match demain soir ?

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Mr Gianluca Rocchi. Âgé de de 39 ans, cet arbitre dirige sa 10ème saison. Dans ce laps de temps il a dirigé à 31 reprises l’AS Roma : Pour 13 victoires (dont le derby de cette saison, 2-0 avec des buts de Balzaretti et un penalty de Ljajic), 10 nuls (dont le 1-1 à Milan cette saison) et 8 défaites (la 1/2 finale retour de Coupe d’Italie à Naples cette saison).

Côté Napoli, on retrouve un bilan de 7 victoires, 3 nuls et 7 défaites.

.

Les équipes probables

AS Roma (4-3-3):
De Sanctis
Maicon-Benatia-Castan-Torosidis
Nainggolan-Strootman
Florenzi-Pjanic-Gervinho

Destro

Remplaçants: Skorupski, Lobont, Toloi, Dodo, Bastos, Taddei, Mazzitelli, Ricci, Ljajic.
Blessé(s): Balzaretti, Totti, Jedvaj
Suspendu: De Rossi (3 matchs)

SSC Napoli (4-2-3-1): Reina; Maggio, Fernandez, Albiol, Ghoulam; Inler, Jorginho; Callejon, Hamsik, Mertens; Higuain.