Le casse tête des places « extra-communautaires »

A chaque mercato son lot de dilemmes pour Walter Sabatini , le principal et le plus récurent d’entre eux : les places d’extra communautaires. De nouvelles réglementations sont apparues dans l’indifférence générale ,l’équipe CSR fait le point sur les conséquences que cela pourrait avoir sur le mercato.

Il faut savoir que chaque saison les clubs italiens doivent vendre à l’étranger au minimum 2 joueurs considérés comme extracommunautaire afin d’accueillir au maximum 2 nouveaux joueurs extracommunautaires.

Qu’est-ce qu’un joueur communautaire/extracommunautaire ?

En Italie, comme dans de nombreux championnats et compétitions, il existe un système de quotas pour réguler l’afflux de joueurs étrangers, appelés joueurs extracommunautaires. Les joueurs communautaires le sont pour différentes raisons :

-Soit le joueur en question possède la nationalité à la naissance, ou obtient un passeport au cours de sa vie, d’un des pays de l’Union Européenne ( + la Suisse, le Lichtenstein, l’Islande ou la Norvège).
-Soit il est extracommunautaire à la base, mais est transféré d’un club italien à un autre. A ce moment là son statut d’extracommunautaire disparaît (exemple : Adem Ljajic passé de la Fiorentina à la Roma, ou ce qui pourrait « par exemple » être le cas de Bruno Peres du Torino), soit son dernier contrat dans un club italien se termine avant le début de la période de transfert (exemple : Romero ).
Tous les joueurs n’entrant pas dans ces cas sont des joueurs extracommunautaires .

Quelles conséquences pour le mercato ?

La première conséquence, c’est qu’il va falloir vendre au minimum deux joueurs extracommunautaires à l’étranger .
Les joueurs concernés dans l’effectif actuel sont : Maicon, Castan, Keita, Pjanic, Ljajic, Gervinho, Doumbia, Iturbe. Et s’ajoute à cette liste les joueurs prêtés cette saison notamment Tallo, Marquinho, ou encore Paredes, Sanabria, Golubovic ou encore Radonjic.
Ce dernier est d’ailleurs un cas emblématique. A l’essai il y a environ un an, il rejoint finalement Empoli en début de saison. En janvier, la Louve le récupère finalement, et donc faisant disparaitre son statut-extracommunautaire. Cela pourrait être une technique pour le vendre à l’étranger cet été (retour en Serbie ?), et de ce fait libérer une place extra-communautaire.

La deuxième conséquence c’est que Sabatini doit manœuvrer avec peu de marges , il doit en effet choisir, au maximum, trois joueurs dans la liste des joueurs extracommunautaires que l’on suit : Dzeko, Mitrovic, Yarmolenko, Salah, Alex Sandro, Abdul Rahman Baba, ect …
La bonne nouvelle est que Edin Dzeko pourra être acquis, sans devoir attendre de libérer une place extra-communautaire côté ventes. Une nouvelle loi de la Lega Calcio permet de prendre un joueur ayant au moins 2 sélections avec son pays durant la saison précédente. Ensuite, en cas de deux ventes extra-communautaires (hors Italie), Sabatini pourra acquérir de nouveau deux joueurs extra-communautaires. Le scénario le plus intéressant est Baba et Salah.

Mais une nouvelle règle pourrait bien encore plus compliqué la tâche. Les effectifs de Serie A devront comporter au maximum 25 joueurs, dont 4 formés au clubs (Romagnoli, De Rossi, Florenzi et Totti) et 4 autres formés en Italie (De Sanctis, Nainggolan, Ljajic et Destro). Autrement dit, encore de départ de Ljajic ou Destro, la Louve devra recruter un italien à la place. Encore pire, en cas de vente de Romagnoli, il faudra obligatoire un autre joueur formé au club à la place (Aquilani ? Ou bien un joueur de la Primavera).

10% de Remise, Code Promo « UCR2015 »

Anthony F.