Site AS ROMA

La série de victoires consécutives prend fin

La série de 8 victoires consécutives s’arrête avec ce partage des points face à l’Inter (1-1), à l’Olimpico. On retiendra cependant l’égalisation, méritée, à la 84ème minute de Nainggolan qui évite la défaite face à un concurrent direct.

45 000 : Comme le nombre de tifosi présents au Stadio Olimpico. Soit, environ, 10 000 de plus que face à la Fiorentina et 20 000 de plus que contre Palerme.

62 : Comme le nombre de buts marqués pour l’AS Roma en Serie A cette saison. Ce qui permet de conforter le statut de « meilleure attaque du championnat ». Le total de la saison dernière est déjà largement battu, puisque la Roma avait marqué 54 buts lors de la saison 2014/2015.

60 : Comme la possession de balle (en pourcentage) de l’AS Roma face à l’Udinese. Côté giallorosso, cette possession a été utilisé à 54% dans sa propre moitié de terrain, tandis que côté bianconero cette possession a été à 62% utilisé dans leur propre moitié de terrain. L’Inter n’aura dominé que le second quart d’heure de la première période.

26 : Comme le nombre de buts marqués depuis l’arrivée de Luciano Spalletti, en 11 rencontres.

26 (bis) : Comme le nombre de points obtenus par Spalletti depuis son retour, sur 33 possibles. Un bilan de 8 victoires, 2 nuls et 1 défaite (soit une moyenne de 2,36 points/match).

14 : Comme le nombre de buts marqués durant le dernier quart d’heure.

12 : Comme le nombre de frappes des joueurs romanisti hier face à l’Inter, dont 6 ont trouvé le cadre du gardien adverse. Côté bianconeri, 4 frappes ont été tenté, pour 2 trouvant le cadre de Szczesny.

12 (bis) : Comme le nombre de km (12,3) parcourus par Perotti durant ce match. L’argentin est de façon régulière (pour ne pas dire toujours) le joueur a courir le plus durant chaque rencontre. Il devance Pjanic (12,1km) et Nainggolan (11,5km).

10 : Comme le nombre de ballons récupérés par Pjanic durant cette rencontre, soit le maximum de tous les joueurs. Il est cependant le joueur romanista à en avoir perdu le plus, au nombre de 9.

9 : Comme le nombre de matchs, sur 11, où Szczesny a toujours encaissé un but. Si depuis l’arrivée de Spalletti la Louve n’a connu que deux « clean-sheet », le gardien polonais n’a jamais encaissé deux buts durant la même rencontre (en championnat).

9 (bis) : Comme le nombre de matchs consécutifs, en Serie A, sans la moindre défaite, avec un bilan de 8 victoires et 1 nul.

8 : Comme le nombre de matchs consécutifs sans défaite à la maison pour la Louve, avec un bilan de 5 victoires et 3 nuls (Milan, Verona, Inter).

3 : Comme le nombre de buts marqués par Nainggolan cette saison. Ironie du sort, tous ont été marqué à l’Olimpico et tous depuis l’arrivée de Spalletti.

Twitter: @Romanista35