Photo tirée du site Ilromanista.eu

« Dans trois ans, il entraînera le Real Madrid ». Ce sont les mots d’un joueur de l’AS Roma, exprimé sous anonymat à un journaliste du journal Il Tempo, après les premiers jours de travail à Trigoria. Paulo Fonseca donne déjà de sa personne pour expliquer (dans un mix d’anglais et de portugais, pendant qu’il étudie l’italien) ses consignes tactiques et les concepts qu’il souhaite mettre en place. Les caractéristiques qui le désignent sont l’humilité, l’intensité (ne laissant place à aucune distraction durant les 2h d’entraînement, et avec deux séances par jour où l’on utilise souvent le ballon), profil bas et ambition. C’est notamment lui qui a demandé à ce que les séances se fassent à huis-clos (exception d’un quart d’heure ouvert à la presse durant un entraînement).

L’AS Roma a officialisé 5 matchs amicaux, qui se joueront entre le 18 et 27 juillet

Et ce fut notamment le cas lors d’un taureau à deux équipes, basé sur la possession et le jeu en une ou deux touches de balle. Dès que la balle sort du terrain, l’objectif est de relancer immédiatement un ballon à l’autre bout. « Dès que vous perdez le ballon, allez immédiatement presser et préparez-vous à recevoir le ballon », dit à ses joueurs le mister portugais. Ou encore: « Si nous ne bougeons pas en bloc alors nous serons en infériorité numériques ». Durant cet exercice, Steven Nzonzi semblait visiblement perdue, peut-être conscient aussi de ne pas rentrer dans les plans de l’ex-coach du Shakhtar. Contrairement à Cengiz Ünder, malgré qu’il semble être en difficulté de part la barrière de la langue, dont Fonseca veut fortement miser sur lui.