La meilleure Primavera de ce début de siècle ?

Après avoir atteint le dernier carré dans les 4 compétitions la saison dernière, la Primavera version 2015/2016 espère bien faire mieux et laisser une trace dans l’histoire de l’AS Roma. Au vue de l’effectif, les hommes d’Alberto De Rossi semble en avoir les moyens.

Le mercato

La Primavera a d’abord connu un classique mouvement de génération. En effet, la classe 96 est majoritairement parti se faire les dents en prêt. C’est notamment le cas de joueurs cadres comme Arturo Calabresi, Matteo Adamo, Francesco Di Mariano, Daniele Verde ou encore Tomas Vestenicky. A l’inverse, certains ont décidé de rester une année de plus à Trigoria. C’est le cas de Elio Capradossi (malheureusement ayant subit une rupture du ligament croisé), Jose Machin (s’entraînement régulièrement avec le groupe professionnel) et Emanuele Ndoj. Certains joueurs de la génération 1997 (censé constitué le socle de cette saison 2015/2016) ont eux aussi plié bagage pour trouver du temps de jeu : Simone Ricozzi (Genoa), Nicholas De Santis (fin de contrat), Valerio Trani (prêté à Frosinone) et Aimone Cali (Lazio). A l’inverse, Alberto De Rossi récupère la génération 1998, qui a en grande partie remporté le scudetto en Allievi Nazionali la saison passée, dont Riccardo Marchizza (défenseur central) et Marco Tumminello (avant-centre) semble les plus aptes à brider une place de titulaire. Plusieurs joueurs ont également été recruté durant cet été. A commencer par le défenseur du FC Barcelone, Maoudo Diallo (classe 99). Deux nigérians (classe 97) arrivent de La Spezia (où ils ont notamment fait forte impression lors du final-eight face à la Louve) : Abullahi Nura (arrière droit) et Sadiq Umar (avant-centre). Enfin, deux milieux terrain ont aussi faire leur arrivée : le maltais (classe 97) Connor Borg et le camerounais (classe 98) Joseph Perfection.

L’effectif et la mise en place tactique

Exit le 4-3-3, Alberto De Rossi passe à un 4-3-1-2 plus adapté à son système de jeu. Un schéma qui repose sur plusieurs principes primordiaux : tout d’abord le rôle de Lorenzo Di Livio en soutien des deux attaquants et en position de meneur de jeu (dont le mister avait déjà dit la saison passée qu’il le voyait plus dans une position axial), ou encore le rôle des latéraux défensifs, devant prendre au maximum le couleur lors des phases d’attaques. Nura a notamment ébloui lors de cette première journée de championnat face à Empoli, où il a inscrit 1 but, délivré 2 passes décisives et ayant aussi été impliqué dans les 2 autres buts. Ce dernier semble déjà se montrer comme l’un des éléments indispensables de cette équipe. Sa doublure Niccolo Tofanari (classe 98, international U17) va probablement devoir ramasser les quelques miettes à ce poste. La concurrence pourrait être beaucoup plus forte dans le couloir gauche. Si Silivio Anocic démarre titulaire, notamment de par son âge et sa plus forte expérience (ayant fait toute la préparation avec l’équipe première), Luca Pellegrini aura forcément sa chance assez vite. Rare classe 99 de cet effectif, ce dernier fût approché par de nombreux clubs européens cet été, mais a finalement décidé de signer dans la Capitale son premier contrat professionnel (dont son agent n’est autre que Mino Raiola). Doté d’un profil polyvalent, il a notamment joué défenseur central avec l’Italie U17 il y a quelques jours. Concernant la défense centrale, là aussi la concurrence sera forte. Si Eros De Santis (classe 97) et Riccardo Marchizza (classe 98, ayant joué une vingtaine de matchs dans cette catégorie la saison passée) ont débuté titulaire ce week end, Andrea Paolelli (classe 97, capable de jouer aussi à droite) et Stefano Ciavattini (classe 98) attendent leur tour avec les crocs aiguisés.

Et au milieu, la concurrence sera aussi très forte. En championnat, la Roma pourra compter sur l’expérience de Jose Machin (qui a lui aussi fait toute la préparation avec l’équipe A) et Emanuele Ndoj (révélation de la phase retour la saison passée), qui ne pourront cependant pas jouer en UEFA Youth League (limitation d’âge). Cela explique notamment qu’un joueur comme Christian D’Urso (probablement le meilleur joueur et plus régulier de la saison passée) a démarré ce samedi sur le banc. Pas forcément parmi les plus utilisés la saison dernière, Lorenzo Vasco (joueur très adroit techniquement, tirant les corners et coup franc) récupère lui le brassard de capitaine, laissant supposé qu’il sera un titulaire indiscutable dans chaque compétition. Et derrière ces 4 joueurs ? Il en faudra au moins un pour accompagner Vasco et D’Urso en Youth League. Et cela dépendra du profil recherché : Lorenzo Grossi a des caractéristiques à la Daniele De Rossi (sentinelle du milieu, mais qui a beaucoup joué en défense l’an passé) et peut donc postuler à un poste de numéro 6 dans l’entre-jeu giallorosso. Cela est aussi le cas de Emanuele Spinozzi qui a de grandes qualités dans la phase défensive. A l’inverse, Alessandro Bordin possède lui un profil plus offensif. Ailier de formation, il a été replacé par le mister Federico Coppitelli comme « regista » devant la défense (à la Verratti), mais peut aussi évoluer en numéro 8 ou meneur de jeu, étant donné ses grosses qualités techniques. Un poil inférieur, c’est aussi le profil d’Antonio D’Alena, qui peut amener ses qualités dans la phase de possession. Ces 4 derniers sont tous des classe 98. On oubliera évidemment pas les recrues Borg et Perfection (avec un nom comme ça ^^), qui pourraient être de belles surprises en cours de saison.

Et devant alors ? Comme indiqué plus haut, Di Livio sera le titulaire indiscutable au poste de meneur de jeu. Auteur de 7 buts en 23 matchs la saison passée, le fils de l’ex-footballeur Angelo (passé notamment par la Juventus, mais tifoso giallorosso) est un véritable talent. S’il a du corriger son comportement (qui l’a notamment fait perdre les sélections de jeunes d’Italie depuis quelques saisons), le néo-numéro 10 a tout pour prendre les rennes du jeu romanista à son compte cette saison. Une véritable explosivité et capacité à éliminer. Dans cette position, il pourra ne pas se soucier des tâches défensives, et donc se consacrer à la construction du jeu. Mais il n’est pas le seul à pouvoir briller à ce poste. Sa doublure sera probablement Francesco Di Nolfo (classe 98). Fervent artisan du scudetto Allievi Nazionali la saison dernière, il possède une belle patte gauche lui permettant de marquer des buts dans n’importe quelle position. Si lui aussi est plutôt habitué à évoluer sur un côté, il saura à coup sur s’adapter à ce recentrage. Autre possibilité, Bordin pourra également évoluer dans cette position. Comme cela fût le cas en fin de match (avec Di Livio et D’Urso sur les côtés), le mister De Rossi se réserve la possibilité de re-basculer dans un schéma en 4-3-3. Enfin devant, 3 voir 4 buteurs tenteront de mettre en difficulté leur entraîneur. Edoardo Soleri est le seul à ne pas être nouveau au sein de l’effectif de la Primavera, où il avait marqué 9 buts en 28 matchs la saison passée. En l’espace de 90 minutes, il a déjà inscrit un triplé. Pour le reste, on retrouve deux autres classe 97 arrivés cet été : le capocanoniere 2014/2015 de la catégorie, Umar (26 buts en 24 matchs avec La Spezia) et Ezequiel Ponce (arrivé dans les dernières heures du mercato) qui devrait évoluer en Primavera pour les matchs de UEFA Youth League. Enfin, on rajoutera Marco Tumminello (dont son idole est Bobo Vieri) qui a terminé meilleur buteur en Allievi Nazionali la saison dernière.

Les objectifs de la saison

Vous l’aurez compris à la lecture de cet article, l’objectif est de faire mieux que la saison dernière en terme de résultats, et donc de au moins soulever un trophée. Et cela ne sera pas forcément chose aisé, puisque la Louve a atteint le dernier carré dans chacune des compétitions : finale perdue en Coupe d’Italie et Tournoi de Viareggio, ainsi que des défaites en 1/2 finale de la UEFA Youth League et final-eight du scudetto. Alberto De Rossi aura la chance d’avoir un groupe où chacun des postes sera doublé, voir triplé. Pouvant faire tourner dans chaque compétition. Mais au-delà des objectifs collectif, le fil rouge de la saison sera de faire progresser les joueurs individuellement et en amener le plus possible vers l’équipe première. Au vue de l’effectif large, on pourra regretter le fait que deux générations ne puissent évoluer que dans une catégorie, cela faisant que nombreux joueurs de la classe 98 passeront leur saison sur le banc. On pourra aussi critiquer le fait que la Primavera ne jouera que très peu de matchs à un haut niveau dans le championnat italien (quid d’une équipe B ? Comme en Espagne ou en France). Heureusement, donc, qu’il y aura ses matchs européens pour acquérir un maximum d’expérience, comme ce fût le cas avec un magnifique parcours la saison dernière…

10% de Remise, Code Promo « UCR2015 »

Twitter: @Romanista35