Site AS ROMA

La conférence de presse de Spalletti et Perotti

A la veille d’affronter le Real Madrid en 8ème de finale retour de Champions League (au Bernabeu), Luciano Spalletti et Diego Perotti ont répondu aux questions des journalistes.

Questions à Diego Perotti :
Pourquoi renais-tu en Italie par rapport à ta période Espagnole ?

“Je n’ai pas de secret, je suis arrivé au Genoa et je m’y suis bien senti. Je n’ai pas eu les blessures que j’ai eu en Espagne et pareil à la Roma, je suis content de jouer sans blessure »

Ton rendement dépend de ta position à la Roma ?
“Mettre plus de buts est quelque chose que je veux travailler, je suis un joueur offensif. Je suis arrivé et j’ai tout de suite jouer, je me sens bien. Ma qualité est toujours de faire l’assist mais j’aimerais mettre plus de buts ».

Tu as vu le dernier match de Ronaldo ?
“C’est un joueur qui a beaucoup marqué, il ne s’est jamais blessé et je l’admire beaucoup »

Tu as encore beaucoup de marge de progression ?
“On peut toujours s’améliorer, je suis là pour jouer avec le coach et les grands joueurs qui sont avec moi. Je suis là pour m’améliorer et beaucoup marquer, j’ai encore à donner et j’espère le faire à la Roma pour longtemps »

L’an dernier Schalke était dans la même situation que la Roma. Vous pensez avoir une réelle possibilité de passer ?
“Je me rappelle bien de ce match, on est là pour mettre au moins deux buts, plus ça serait mieux. On sait qu’on a une chance et on la jouera demain. Dans un match de football tout peut arriver, on sort de 7 victoires de suite et demain on fera tout notre possible »

Je te sens convaincu de pouvoir passer…
“J’ai toujours confiance dans mon équipe, 7 victoires sur 7 possibles en jouant bien et marquant te donne un point de référence. Demain on est obligé de mettre 2 buts, ça ne sera pas facile dans un match où tout peut se passer »

Questions à Luciano Spalletti :
Vous pensez au match d’il y a 8 ans ?

“Ce sont deux situations différentes, c’est un plaisir de se rappeler de cela mais il y a peu de joueurs pour rejouer le match. C’est important que les joueurs sachent que tout dépendra de la force qu’ils mettront sur le terrain. Le résultat de l’aller nous pénalise mais ils ne doivent pas y penser : si on pense toujours à mettre 3 buts ça devient difficile. Mais dans le football les revers psychologiques peuvent influer. Si on marque un but, dans la tête tu vois le match différemment. Un but, on doit mettre un but. Eux, ils peuvent rester équilibrer avec le résultat de l’aller »

Futur au Real Madrid ?
“C’est beau d’entendre ça mais ça reste dans le moment. C’est bien de lire que des équipes te veulent, pour moi ce match peut changer notre histoire ».

A quel point l’adrénaline de ces matchs t’a manqué ?
“En étant patron de ma vie, c’est toujours un choix ce que je fais. Quand le DS m’a contacté j’ai donné ma disponibilité, puis il y a des changements qui te créent des problèmes et te donnent de la pression et de l’énervement. C’est un choix de vie que j’ai fait et j’espère le vivre tant que je le peux ».

Une partie des tifosi espèrent sortir de manière digne : que pensez-vous de cette position ?
« En ce moment je pense que c’est une erreur, on doit envoyer un massage clair à l’équipe. Tous ceux qui font mon métier en demande beaucoup, moi je demande l’impossible. En voyant l’équipe s’entraîner, je l’ai vu prête à donner plus. On avance sur ce chemin et puis les faits de jeu décident du match. On ne doit pas avoir la faiblesse de penser que l’on joue pour perdre, c’est horrible. Celui qui pense comme ça, je le fais même pas s’entraîner »

Dzeko ?
« Il fait son travail de manière correcte. J’ai fait les choix sur mon raisonnement et pas sur son rendement. L’équipe joue un bon football et donc les choix n’ont pas été mauvais. Il a des caractéristiques différentes de mes derniers choix tactiques. En pendant au match contre le Real, il a un avantage, il peut donner un coup de main dans notre comportement. Il a qu’une envie : celle de me montrer qu’il peut mieux faire ».

Vous pourriez changer quelque chose tactiquement ?
« Le discours regarde Dzeko, c’est possible qu’il débute car il faudra vraiment pénétrer dans la surface adverse. Et Dzeko a les caractéristiques pour forcer ces situations ».

Vous n’avez pas peur de la série de but de Ronaldo ?
« Ce n’est pas la serie de Ronaldo qui est inquiétante mais le joueur qui a de très très grande qualités. Ils peuvent rentrer sur le terrain et attendre, nous on doit forcer car le résultat de l’aller nous pénalise. Dans les détails on a été malchanceux, les intentions qu’on a eu aurait dû être récompensées. On jouera ce match comme le précédent ».

Que prendriez-vous de la Roma d’il y a 8 ans ?
« La comparaison s’arrête sur le fait que ce groupe là jouait depuis un moment ensemble et avait une idée de jeu, qu’on jouait partout, et quand la qualité se rajoutent aux comportements tout est plus facile. Cette Roma là avait quelques années de vécu en commun, celle d’aujourd’hui 9 matchs. Mais il y a des marges importantes et cette équipe est intéressante ».

Qu’a trouvé El Shaarawy à Rome ? Qu’avez-vous en tête pour demain ?
« Il a trouvé l’enthousiasme d’une ville qui transmet aux joueurs de l’amour et de l’affection. A Rome si les joueurs font ce qu’il faut on leur donne beaucoup. En moi il n’a pas trouvé de cheveux, il a de la volonté et il a tout fait seul. Il s’est remis en question car sa saison jusque là n’était pas à la hauteur de ses qualités et il le sait. En parlant avec son agent il avait les idées bien claires sur son comportement et la disponibilité à donner. Il a tout fait tout seul et je le complimente, c’est un joueur fort et italien et donc à disposition de Conte ».

On doit s’attendre à une Roma plus courageuse ?
« Peu importe les derniers matchs, dans notre football on joue plus la balle à terre comme en Espagne. Puis le Real fait les choix et tu dois t’adapter, ce qui n’est pas leur cas. Ca ne sera pas facile d’avoir le courage de proposer des idées. A travers ça tu trouves de l’espace en plus quand ils ne réussissent pas à commander le jeu. Durant l’entraînement on a travaillé la possession, il y a des qualités qui perturbent l’adversaire. On a la qualité pour tenir le ballon ».

Zidane ?
« Je ne peux pas parler de son travail, je ne l’ai pas vu travaillé. Pour moi il a fait passer des idées et je pense au joueur qu’il était, il a montré qu’il était un top de partout. Il suffit qu’il se rappelle ce qu’il était et il le transmet aux joueurs. Ces joueurs furent des leaders et ils savent les choses, moi j’ai dû apprendre en fréquenter le vestiaire. Mais j’ai eu à faire avec des champions qui m’ont beaucoup appris ».

Bale ?
« On doit faire le match, se regrouper veut dire concéder du terrain à l’adversaire et rester les pieds sur la ligne centrale ? On ne parle pas le faire mais on doit choisir des moments pour attaquer ou attendre. On doit être convaincus de faire le match de l’aller, on a perdu 2-0 mais si on pense aux actions d’El Shaa ou 4-5 autres, tout pouvait être différent et donc le match a été bien préparé. Puis ta conviction peut déterminer ce qui change ces événements. Le souvenir de tout ça te donne encore plus de confiance. Si on avait fait cette effort mentale on l’aurait bien vu, maintenant on ne doit pas avoir la faiblesse de penser qu’on ne peut pas passer. Bale sait tout faire, il sait aider l’équipe et contrer, il marque de la tête et des pieds. C’est facile de le complimenter, je préfère garder mes éloges pour mes joueurs ».

Twitter: @Cyrilbaldassari