Site AS ROMA

La conférence de presse de Nainggolan et Spalletti

Radja Nainggolan et Luciano Spalletti étaient ce mercredi soir en conférence de presse d’avant-match face à l’Olympique Lyonnais, pour le 8ème de finale aller d’Europa League.

Les questions à Radja Nainggolan :

Un excès de critique sur la Roma ?
« Difficile de répondre, je suis un joueur et je pense qu’un peu de critique c’est normal. Mais à la fin on a perdu deux matchs, on a pas tout perdu. En Coppa Italia on peut revenir, en championnat on est toujours deuxième. Je pense qu’on fait un très bon championnat, on est en course partout. Les défaites font bien sûr mal, maintenant c’est à nous de montrer qu’on peut faire mieux et qu’on doit faire mieux ».

Après la video qui était sortie, vous avez fait vos meilleurs matchs. Motivation en plus ? Aujourd’hui, vous vous sentez être un leader du vestiaire ?
« Je pense que les joueurs sont fait pour ça, on travaille tous les jours pour être prêts, puis si tu es dans une équipe qui fait plus de compétitions, c’est normal de devoir se préparer. Moi j’ai été toujours été ainsi, je veux jouer tous les matchs, puis bien sûr il y a des matchs où quelqu’un qui joue moins peut jouer, ou selon le jeu de l’adversaire. Moi je veux jouer, je me sens prêt pour tous les matchs, et puis il faut voir comment évolue le match. Il y a des choses que l’on voit après ».

Vous pouvez assurer que la Roma sera votre maison l’an prochain ?
« Je pense bien faire comme j’ai toujours fait, puis il y a des choses que l’on verra plus tard. Je suis heureux ici, bien, j’aime jouer dans cette équipe. Ce sont des choses qu’on verra ».

Les questions à Luciano Spalletti :

Vous avez repensé au match d’il y a 10 ans ?
« On prend un peu tout avec nous, c’était une équipe différente avec un championnat différent, Lyon avait gagné 7 championnats d’affilé. Maintenant elle est un peu en retrait mais le championnat a grandi, c’est moins facile de les surprendre. Ils ont des gros matchs en continue qui leur permettent de maintenir un niveau de garde très élevé ».

Le moment que vit la Roma ?
« Il y a de la fatigue qui touche les muscles et la tête, d’après moi c’est de là que partent les contributions pour le travail musculaire. On ne gagne rien à le dire en continue, on peut essayer de trouver de nouveaux stimulus, mais on savait que ça serait une période fondamentale. Pour ce qu’on a vu on s’est un peu trop reposé sur les victoires, pour cela qu’il faut regagner, ça nous appartient. Le match de demain arrive au bon moment ».

Trop de défaitisme autour de la Roma ?
« C’est clair que c’est notre monde, ce qui regarde la Roma, c’est un peu comme ça. Nous voulons être les premiers toujours en tout et quand quelque chose ne va pas bien ça devient facile de jeter une année de travail. On a perdu deux matchs et on a bien fait une année de travail, il faudra plus d’engagement, il faudra mieux s’organiser dans notre futur immédiat, mais c’est encore à porter de main ».

En quoi s’est amélioré Spalletti en tant qu’entraîneur ?
« Des expériences en plus, on a bougé dans le monde pour voir comment faisaient les autres et ça fait qu’on a des bagages en plus. Si tu restes faire le journaliste à Rome…. (rire) ».

Parfois vous perdez patience ?
« Moi je suis très sensible à tout, j’arrive très peu à me relaxer. Les derniers résultats m’ont déplu et me poussent à devoir m’impliquer et faire participer tout ce que je peux à la prochaine rencontre, au prochain match. Sous cet aspect je dois encore m’améliorer ».

Qu’est-ce que vous avez pensé du Napoli d’hier ?
« Le Napoli est une bonne équipe, la Roma n’a rien fait de mauvais comme ça s’est dit, elle a pas été très chanceuse comme elle le voulait dans les dernières minutes et ils ont conquis un résultat important. C’est un adversaire à craindre, fort. Hier soir ils ont fait un très bon match, je suis d’accord sur l’analyse du jeu, ils ont joué un football exceptionnel et pour des détails la chance a tourné. Tout pouvait arriver. [Spalletti revient après être parti] J’avais oublié de souhaiter toutes les femmes une bonne fête, sincèrement du fond du coeur ».

Cyril