Site AS ROMA

La conférence de presse de De Rossi et Spalletti

Daniele De Rossi et Luciano Spalletti étaient ce mardi soir en conférence de presse d’avant-match face au FC Porto en tour préliminaire aller de Champions League.

Les questions à Daniele De Rossi :

Cette révolution défensive peut donner des sensations positives ?
« Le fait d’être ici depuis longtemps m’a enseigné qu’en août on ne peut rien prévoir. Généralement les équipes qui changent le mieux sont mieux, la défense est un secteur délicat il faut faire un gros travail, eux devront faire plus de travail pour unir les esprits. De bons joueurs sont arrivés, d’expérience, qui s’adapteront très vite. Je suis sur que c’est un secteur fort ».

Te sens-tu d’être dans une condition physique positive ?
« Le dire aujourd’hui n’est jamais très intelligent, il faut attendre quelques matchs et voir la condition. Mais je me sens bien, j’ai eu une petite confirmation de ce que j’ai toujours pensé et que l’entraîneur m’a dit, que bien travailler ne suffit pas. Il faut travailler très durement, plus fort que ce que je faisais, surtout quand on devient encore plus vieux. Avant ce que je faisais me semblait suffisant, désormais je dois faire plus. C’est ce que je continue à faire, chaque entraîneur a ses méthodes, nous avons plus de temps et nous pourrons récupérer avec plus de calme par rapport au fait que nous les internationaux sommes rentrés plus tard ».

Ce match est caractérisé comme fondamental. En tant que joueur de grande expérience que tu es et probable capitaine, quel message te sens-tu de dire ?
« Je n’ai jamais joué de tour préliminaire de Champions League, j’a fais quelques finales de Supercoppa en août mais c’est différent. C’est important mais ce playoff donne la sensation qu’il changera toute la saison et notre aspect mental. C’est un quart, un 8ème de finale. Un match fondamental, je n’ai pas de conseils, eux ont une très grande expérience, je sais qu’ils ont compris l’importance du match, et les jueurs de Porto le savent aussi, nous affronterons une équipe préparée ».

Il n’y a plus Keita et tu es le vétéran au milieu du terrain. Comment vis-tu ce rôle ? Quel est ton comportement avec les plus jeunes ?
« J’essaie toujours de donner un coup de main, de donner confiance. Malgré que je ne sois pas un ballon d’or je suis quelqu’un avec qui un jeune peut se sentir en difficulté, mais il ne doit pas. J’ai un excellent rapport avec tous, j’aime être ce que je suis en réalité, un coéquipier avec plus d’expérience à qui on peut demander quelques conseils et avec qui on peut plaisanter comme si j’étais jeune, ce rôle de joueur expérimenté ne me gêne pas, cela me donne des responsabilités, cela me donne la sensation que je dois être un exemple ».

Qui t’a le plus surpris parmi les nouveaux arrivants ? Selon toi, les équipes portugaises peuvent tirer beaucoup de bénéfice de la victoire du Portugal à l’Euro ?
« Les nouveaux se sont bien intégrés, nous nous sommes peu entraînés ensemble mais ce sont des joueurs que je connais, affirmés, sur qui ont peut compter. Ce qui m’a le plus impressionné pour ses progrès est Paredes, il est revenu plus mature que quand il était parti, il était un tout jeune joueur, et il a fait une bonne dernière saison. Au Portugal, il y a une onde d’enthousiasme, mais je ne me souviens pas combien de joueurs de Porto y ont participé. Les grands stars jouent à l’étranger, mais l’enthousiasme sera une aide pour le pays, et je pense que cela leur donnera un grand coup de main, comme cela fût le cas pour nous en 2006. Cela n’a pas duré longtemps mais nous nous sommes sentis un peu plus forts ».

Porto a beaucoup changé par rapport à la saison dernière. Individuellement, quels sont les joueurs les plus dangereux selon toi ?
« Ils ont pas mal changé, mais la force de Porto est celle-là. Vendre des joueurs très côtés et retrouver des joueurs plus jeunes et talentueux. Je n’en crains pas un en particulier. Il faut faire attention à leur collectif, leur façon de jouer et se recycler, cela ne doit pas nous faire être tranquilles, aussi parce que ceux que nous connaissons moins seront à la hauteur ».

Les questions à Luciano Spalletti :

Un jugement sur Bruno Peres, que peut-il donner de plus ?
« C’est un joueur que nous avons voulu parce qu’il est fort, la Roma veut être un club fort et pour cela il faut avoir des joueurs forts et des remplaçants également forts. Bruno Peres a ses qualités, il est fort et il trouvera d’autres joueurs forts. Il a des caractéristiques bien désignés, c’est un joueur de couloir, et nous avec ce qui nous est arrivé (la blessure de Mario Rui, ndlr) nous avions besoin dans ce rôle de pouvoir choisir de faire jouer des deux côtés, il a déjà joué comme latéral gauche. Florenzi en sélection a aussi joué à gauche, cela donne une opportunité en plus avec ses caractéristiques ».

Si le modèle Barcelone te convainc dans la gestion es gardiens ? Le rodage de Strootman est arrivé à un point où il peut jouer ?
« Strootman joue. Concernant les gardiens, je ne le sais pas parce que dans les autres rôles je peux choisir et dans celui-là non. Je n’ai pas la solution absolue pour gagner le match, je sais ce que je dois faire pour ne pas perdre : faire la formation rend tous contents ».

A quel point cette Roma est différente de celle récupérée en janvier ?
« Je suis arrivé et des joueurs forts sont partis, ce sont des situations qui ne donnent pas la possibilité d’utiliser des joueurs forts, et à l’inverse d’autres joueurs forts sont arrivés, avec une expérience importante dans des clubs importants. Je pense que nous avons donné une poussée de professionnalisme et d’expérience au vestiaire, quand il y a la qualité, alors le caractère vient de conséquence. Et nous sommes une équipe forte, nous sommes forts dans tous les secteurs et nous sommes prêts pour ce défi important ».

Demain Dzeko peut être importante d’un point de vue défensif, il peut aider l’équipe à reprendre son souffle ?
« J’attends cela de tous ceux qui commenceront le match, je veux des joueurs qui font leur match. Je fais ensuite mes évaluations. Dans un match il y a 55 minutes de jeu effectif, et je pense aux 22 joueurs que j’ai, un joueur touche la balle durant environ 1 minutes 30, donc les autres doivent apporter autre chose durant 88 minutes 30. Si tu touches seulement une fois le ballon c’est trop peu. Il faut que chacun aide les autres ».

Cet été on a beaucoup parlé de Héctor Herrera sur le mercato, est-ce un joueur qui vous plaît ? Concernant Bruno Peres, il pourra jouer le match retour ?
« Nous voulions insérer Peres pour le match retour oui. Mais comme il devait faire la visite médicale et régler les derniers détails bureaucratiques, nous n’avons pas voulu l’emmener ici, il sera disponible dans quelques heures. Concernant Herrera, je sais que certains clubs italiens ont cherché à le prendre. C’est un joueur fort, je ne sais pas si par le passé la Roma a déjà essayé de le faire venir, mais ça n’a pas été le cas cet été. Je n’ai jamais demandé à la Roma ce joueur. J’ai d’autres joueurs forts comme lui et je suis content des miens ».

Vous avez choisi Alisson pour demain ? Avec l’arrivée de Bruno Peres, la Roma peut stablement passer en défense à 3 ?
« Concernant la formation, cela est plus juste que je l’annonce d’abord aux joueurs. On ne jouera pas toujours avec la défense à 3. Lui sait jouer dans une défense à 4, il sait aussi faire le 5ème milieu de terrain, c’est un joueur fort, qui a des qualités, il doit s’améliorer dans d’autres domaines, dans d’autres engagements. Mais nous chercherons à l’utiliser dans ces deux rôles, il manquait un joueur qui pouvait faire ce rôle, il manquait ce joueur capable de jouer à plusieurs postes. Nous avons 4 matchs en 11 jours, tous très importants. Nous sommes face à un match très très important, pour moi et pour les joueurs, pour leur vie et leur carrière, puis il y en aura un autre important, il faut une vingtaine de joueurs forts qui peuvent tourner. Puis il faudra voir comment ils travaillent ensemble, pour être bon il ne faut pas seulement être une somme, il faut voir comment chacun respecte son rôle, et ait la volonté d’aider les autres.Tous doivent participer à la disponibilité de savoir que les coéquipiers sont également forts ».

Romanista35