Kostas Manolas élu CSR D’OR 2015

Comme à chaque début d’année, le site CSR vous dévoile le classement des meilleurs joueurs de l’AS Roma de l’année qui vient de s’écouler. Un classement représentatif des membres du forum, qui ont dicté leur Top 5 de l’année 2015, pour cette 7ème édition. Voici donc le classement du CSR 2015, du panel de 33 membres du forum.

1. CSR D’OR – Kostas Manolas, 262 points : Arrivé l’été 2014 pour palier au départ de Mehdi Benatia, le défenseur grec s’est très vite fait apprécier des tifosi giallorossi. Autant lors de la phase retour de la saison 2014/2015 que lors de cette phase aller cette saison, le joueur de 24 ans a été tout du long de l’année 2015 le véritable pilier de cette défense. En effet, sauf blessure ou suspension, il est l’un des rares joueurs à ne jamais avoir laissé sa place. Si sa relance et sa qualité technique constitue son véritable point faible, Manolas est un vrai mur physiquement. Impassable dans le domaine aérien, il dispose également d’une vitesse impressionnante. Sa grinta (parfois trop) le caractérise également très bien. Depuis son arrivée, l’ex-joueur de l’Olympiakos a joué 72 matchs (55 en Serie A et 17 matchs en Coupe d’Europe, dont 13 en Champions League). Pour relativiser, sa présence à cette première place est forcément du aux problèmes offensifs, et à l’irrégularité des joueurs offensifs, de la Louve en cette année 2015.

2. CSR D’ARGENT – Radja Nainggolan, 216 points : Vainqueur de l’édition 2014, le « Ninja » ne pointe « que » à la 2ème place de cette édition 2015. Cela est avant tout signe de sa régularité, autant en club qu’en sélection, où il est devenu l’un des piliers de la Belgique. Le joueur de 27 ans est, comme Manolas, l’un des indéboulonables de cette équipe romanista. Sa force est clairement sa polyvalence, et sa capacité à exceller autant dans la phase défensive que offensive. Nainggolan est autant capable de récupérer un grand nombre de ballons, que d’effectuer un pressing constant, ou encore se projeter rapidement vers l’avant. Son principal défaut reste encore son manque de finition, surtout du à son ratio de frappes. Depuis son arrivée, Radja a inscrit 7 buts en Serie A (sur un total de 59 rencontres). Au milieu, Nainggolan peut être utilisé à tous les postes : n°6, n°8 voir n°10 (comme dernièrement avec Luciano Spalletti). Nul doute qu’il sera un des joueurs à suivre du prochain Euro.

3. CSR DE BRONZE – Alessandro Florenzi, 190 points : Il est la grande progression de ce classement. 7ème l’année précédente, Florenzi monte cette fois-ci sur le podium. Outre son coeur et son amour pour la Louve, c’est surtout sa capacité à être bon dans n’importe quel position qui a motivé ce vote. Milieu récupérateur de formation, Rudi Garcia le replace comme ailier. Lors de cette année 2015, il est transformé comme latéral. S’il doit encore progresser défensivement, notamment dans le placement, cela permet d’amener un apport offensif plus conséquent dans l’équipe. Mais attention, car cette polyvalence pourrait bien se retourner contre lui avec le temps. Luciano Spalletti devra peut-être trancher en ce sens. Capable de marquer des buts extraordinaire, son point d’orgue fût forcément son but du milieu de terrain face au FC Barcelone.

4. Daniele De Rossi, 100 points : Malgré ces 32 ans, le « Capitan Futuro » est toujours présent. 5ème l’année passée, il grignote une place en 2015. De Rossi continue d’apporter cet équilibre, lorsqu’il est placé juste devant la défense. Récupérant beaucoup de ballons, il amène cette technicité, autant dans les transversales que son jeu court. En fin d’année, il a également brillé devant le but, avec un but face à Empoli pour sa 500ème avec la Roma, puis un doublé sur la pelouse de Leverkusen quelques jours plus tard. Avec le déclin de Totti, c’est lui qui porte régulièrement le brassard de capitaine sur la pelouse. Sa fin de carrière pourrait bien être en défense centrale. En effet, depuis son retour le mister toscan a souvent utilisé une défense à 3, plaçant « DDR » entre les deux autres centraux de métier.

5. Miralem Pjanic, 98 points : S’il avait eu cette constance dans ces prestations, Pjanic aurait surement dominé ce classement. S’il n’a marqué qu’une seule fois en ce début d’année 2016, le bosnien avait inscrit 9 buts entre la fin août et la fin décembre. Capable de débloquer les matchs grâce à ses coup franc direct, il délivre également régulièrement des passes décisives à ses coéquipiers. Malheureusement, trop souvent, il disparait de certains matchs, partiellement ou totalement. Là aussi, Spalletti devra trancher sur la position à l’utiliser. « Mire » ne semble pas être très à l’aise dans cette position à la David Pizarro, alors qu’il a été très à son avantage contre Palerme dans une position de meneur de jeu, libre de ses mouvements. Cela lui permet notamment d’être plus proche du but adverse, et surtout de son compatriote Edin Dzeko. La magie doit venir de ses pieds.

6. Szczesny 17 points
7. Gervinho 16 points
8. Totti 13 points
9. Salah 8 points
10. De Sanctis, Yanga-Mbiwa 7 points

 

Les autres distinctions :

Le CSR de la révélation – Mohamed Salah : S’il n’est pas au sens propre une révélation, car il a déjà montré de belles choses à la Fiorentina notamment, l’égyptien montre une bonne capacité d’adaptation et de progression dans le temps. Le n°11 a su très vite se rendre indispensable, autant dans le jeu que par ses stats. Preuve en ait, son absence suite à sa blessure lors du derby a fait beaucoup de mal à l’équipe les semaines suivantes. Utilisé dans le couloir droit, Salah place de plus en plus souvent sa « spécial » : à savoir rentrer vers l’axe et déclencher une frappe enroulée du pied gauche. Capable de beaucoup marquer (déjà 9 buts depuis le début de saison), l’ex-joueur de Chelsea est en train de progresser d’un point de vue collectif, et dans sa capacité à servir plus souvent ses coéquipiers par le dernier geste. S’il continue ainsi, nul doute que Salah sera très haut dans le classement de l’année 2016.

Le CSR du meilleur jeune – Umar Sadiq : Arrivé cet été en provenance de Sepzia, avec son compatriote Abdullahi Nura (qui a potentiellement aussi un très grand avenir), Sadiq a très vite survolé la Primavera, où il a inscrit 16 buts en 13 matchs. Très vite, il intègre pleinement le groupe de Rudi Garcia. Buteur face au Genoa, il est titularisé les deux matchs suivants face au Chievo (encore buteur) et au Milan AC). Avec l’arrivée de Spalletti, mais surtout le retour des blessés, l’attaquant de 18 ans n’a pas retrouvé de temps de jeu, mais continue de briller notamment en UEFA Youth League. Comme Nura, il sera l’un des jeunes à suivre cette année.

Le CSR de la surprise – Wojciech Szczesny : Quasiment arrivé comme un paria, le gardien polonais a su inverser la tendance très rapidement. Si l’on semblait plus retenir ses boulettes que ses parades en Premier League, le joueur de 25 ans a pour le moment fait gagner beaucoup plus de points qu’il en a fait perdre. Pas un hasard si Wenger ne veut pas s’en séparer et qu’il souhaite le récupérer pour l’après-Cech. Au-delà de ses grandes prestations, il semble surtout bien s’être intégré dans la vie du vestiaire et semble très apprécié de ses coéquipiers. Sauf surprise ou retournement de situation, il retournera à Londres l’été prochain. Mais il restera l’un des meilleurs gardiens de ce début de siècle. 

Le CSR du banc – Rudi Garcia : Si la fin n’a pas été belle, nous souhaitons malgré tout retenir ce que le mister français a apporté à la Roma. Arrivé lors de l’été 2013, à l’un des moments les plus bas de l’histoire du club, Garcia a su redorer le blason du club de la Louve. En effet, dès sa première saison il ramène la Roma à la 2ème place du podium et obtient des séries impressionnantes, comme les 10 victoires en début de saison. Si la seconde saison fût plus poussive, la seconde place fût là encore acquise (lors du derby face à la Lazio), et les 8ème de finale de la Champions League ont failli être atteint à 30 minutes près. Durant cette 3ème saison, malgré la qualification pour les 8ème de finale de la LDC dans la douleur, Rudi Garcia fût limogé après une série de 8 matchs en Serie A avec une seule victoire.