Junior TALLO

Le site Cesololaroma.com a l’honneur de vous faire partager l’interview de Junior Tallo. Ce jeune ivoirien de 19 ans n’est autre que le meilleur buteur de la Primavera (16 buts), et promis à un grand avenir. Celui qui a contribué à la qualification pour la finale de Coupe d’Italie revient sur son passé, nous parle de son futur, mais également nous décrit certains de ses coéquipiers.

Comment s’est passé ton enfance à Costa d’Avorio au niveau familiale ?
« Mon enfance s’est très bien passé en Côte d’Ivoire. Je suis issu d’une bonne famille, mais modeste. Avec 4 frères et sœurs, ainsi que de nombreux cousins ».

Ton premier club fût le Stella Club d’Ajamé. Peux-tu nous en parler ?
« Oui le Stella Club fut un vrai début pour moi, puisque j’étais tout jeune lors de ma formation. Je remercie surtout les coachs Rigo, Gervasi, Voli, et tous les autres qui m’ont formé… c’est grâce à toutes ses personnes que je suis là aujourd’hui. Je donne également un grand grand merci à 2 personnes importantes qui sont Wole Basile et Kabi Appolinaire : 2 entraineurs qui m’ont vraiment permis de progresser. Le Stella a été vraiment une véritable expérience ».

Qui t’a découvert et qui t’a fait rejoindre l’Europe ?
« C’est le directeur sportif du centre de formation du Chievo Verone qui m’a découvert à Abidjan, en 2007 je crois. Et de là tout s’est mis en oeuvre pour me faire venir au club, alors que je n’avais que 15 ans. Mais j’évoluai déjà en troisième division. Je jouais à l’époque ailier gauche ».

Tu rejoins le Chievo Verone lors de l’été 2008, alors que tu n’avais que 16 ans. Cela n’a-t-il pas été trop dur pour toi ? (changer de pays si jeune).
« Oui et non. Dans la mesure où le football est ma passion, et c’était le rêve de tous d’évoluer un jour dans un grand championnat. Cela dit j’étais très content d’être là, en même temps c’était difficile aussi parce que j’étais loin de ma famille. Mais grâce à dieu tout s’est bien passé jusqu’à aujourd’hui. Actuellement je me sens vraiment très bien à Rome ».

Tu vas évoluer deux saisons avec la Primavera du Chievo. Comment as-tu trouvé le niveau de ce championnat ?
« Le niveau est très relevé. Un bon niveau avec des équipes qui se valent. Cela te permet de progresser et de te familiariser avec le monde professionnel ».

Lors de l’été 2010, tu effectué la préparation avec l’équipe pro du Chievo. Peux-tu nous parler de ce passage pendant 6 mois avec l’équipe pro du Chievo ?
« C’était fantastique dans la mesure où jetais super en forme. Tout le monde m’aimait bien en tout cas. Côté personne cela a été une belle expérience, mais dans le même temps il y a eu une partie noire dans cette histoire dont je ne préfère pas parler ».

Tu rejoins ensuite la Primavera de l’Inter en janvier 2011. Peux-tu nous décrire tes 6 mois là-bas ? en Primavera et avec le groupe pro.
« En Primavera je n’étais pas bien parce que cela faisait 4 mois que je m’entrainais peu. Puis j’ai signé à l’Inter. Cela a été difficile au début. La forme et les buts n’étaient pas au rendez-vous. C’est seulement vers la fin de la saison avec les pros que j’ai retrouvé mes sensations. Ensuite j’ai eu ma première mauvaise expérience dans le foot, avec une blessure (une déchirure, ndr). Cela a été difficile, j’ai été 6 mois sans jouer, et aujourd’hui grâce à dieu tout va bien ».

A la surprise générale, lors de l’été 2011 tu choisis de rejoindre l’AS Roma, au lieu de rester à l’Inter. Alors que l’Inter était resté abasourdi par tes qualités et ta marge de progression (certains sénateurs de l’équipe pro étaient même resté étonné de tes performances). Pourquoi ce choix ?
« Oui ces vrai que Cordoba, Eto’o ou Materazzi étaient étonnés par moi, mais moi je savais que j’avais des qualités, et j’étais sur que c’était juste une question de temps. Il m’a manque de la chance lors de cette période avec notamment cette blessure. Mais j’attends mon heure, et je pense avoir fais le bon choix en ayant choisi Rome ».

Que t’as dit Sabatini (et Luis Enrique ?) pour te convaincre de venir ?
« Rien de spécial. Il est clair que si un grand club comme l’AS Roma te propose de le rejoindre, il est clair que tu accepte sans réfléchir. Mais j’avoue que le projet misant sur les jeunes m’a beaucoup frappé ».

Peux-tu nous faire un bilan sur ton début de saison ? Et est-il à la hauteur de tes attentes ? (déjà 16 buts et de nombreuses passes décisives, malgré une blessure)
« Sincèrement je n’ai jamais été aussi prolifique. C’est la première fois que je marque 16buts dan ma carrière. Et vu que je ne suis pas né comme attaquant de pointe c’est une vrai satisfaction. Je remercie beaucoup le mister Alberto De Rossi pour cela, ainsi que tout le staff et mes compagnons ».

Regrettes-tu de ne pas encore avoir participé aux entrainements du groupe pro, ou bien tu penses que ton heure va arriver ?
« Je pense que mon heure arrivera, car avec ce nouveau projet tout le monde aura sa chance je pense ».

Quel défenseur de la Primavera (ou plusieurs) t’impressionne le plus, et pourquoi ? Un petit mot sur Romagnoli (classe 95).
« Je citerais Federico Barba. Il est très calme, très intelligent. Je l’aime beaucoup
Romagnoli est extrêmement précoce pour son âge. Pour moi c’est un fuoriclasse. Il est très bon, cela sera un très grand joueur ».

Peux-tu nous parler du jeune français Loic Nego ?
« C’est un excellent ami. Je peux dire qu’ici à Rome c’est mon meilleur ami parmi le groupe. Je pense que c’est le meilleur élément de l’équipe. Il est très fort. Mais je n’ai pas besoin d’en dire plus car ses performances parlent pour lui. C’est quelqu’un de très humble, parce qu’il a été déjà habitué au monde professionnel. Mais il s’est très vite adapté. Je lui tire mon chapeau, car ce n’est pas facile. Mais Loic n’est pas un joueur prometteur, il est déjà un grande joueur, et pour moi il est prêt pour la Série A ».

Parle nous un peu de ton capitaine Federico Viviani ? Qui fait son trou en équipe pro.
« Je suis vraiment content pour Fede. Cela nous prouve que nous tous auront notre chance tôt ou tard avec le groupe pro. Mais lui est un perfectionniste, il veut toujours tout gagner. C’est un vrai professionnel, et aussi un super bon joueur. Il mérite ce qui lui arrive car il a travaillé pour cela et continue de le faire. C’est vraiment un très bon joueur ».

Un petit mot sur le nouveau Nico Lopez ?
« Techniquement il est au-dessus du lot, notamment à ce qu’il montre aux entrainements. Après il a besoin d’adaptation ».

Veux-tu citer quelques joueurs de la Primavera que tu trouves très fort ?
« C’est difficile, mais j’ai envie de dire Matteo Ricci, qui est très fort ».

Les joueurs de l’équipe pro te parlent-ils parfois, et te donnent-ils des conseils ? Totti et De Rossi ?
« Pas vraiment, on échange 2-3 paroles, mais c’est tout. Cependant ils sont tous vraiment sympas ».

Parles nous d’Alberto De Rossi et de Luis Enrique ?
« 2 grands entraineurs. De Rossi particulièrement m’a super bien accueilli. Il a eu de la patience avec moi. Je suis vraiment heureux de l’avoir connu, je m’entend super bien avec lui.
J’ai eu peu de contact avec Luis Enrique, mais d’après ce que mes coéquipiers m’ont dit (Nego, Caprari, Viviani, Verre, ndr) c’est une brave personne, un homme très sympa, qui aide beaucoup les jeunes ».

Quels sont tes modèles dans le football en général ?
« Je suis un fou de Cristiano Ronaldo depuis que j’étais en Côte d’ivoire. Mais des joueurs comme Drogba, Ronaldo, Eto’o et benzema me plaisent beaucoup aussi, étant donné que je suis devenu un attaquant de pointe ».

Quels sont tes objectifs pour les 6 prochains mois ? Où te vois-tu la saison prochaine ?
« Mon objectif Numéro Un est de faire ma première apparition en pro. Après le reste viendra tout seul, mais aussi de gagner des titres avec la Primavera. Pour la saison prochaine cela dépendra de mes performances ».

Passons un peu à la Côte d’Ivoire. Où en es-tu avec la sélection ivoirienne ?
« Cela fait un bon moment que je n’y suis pas allé, car en Novembre le club a refusé que je participe à la Coupe d’Afrique des Nations Espoir ».

N’es-ce pas trop dure d’être le neveu de Gadji Celi Saint Joseph, ex-capitaine de la Côte d’Ivoire ?
« C’est très difficile, dans le sens où il a gagné la seule Coupe d’Afrique des Nations du Pays, d’autant plus qu’il était capitaine. Il est très respecté là-bas, donc porter son nom est très difficile. Mais j’espère m’accrocher pour réussir à faire un jour ce qu’il a fait ».

Comment peux-ton décrire Junior Tallo sur un terrain ? Quel est ton profil, tes caractéristiques ?
« Je pense que maintenant j’ai acquis encore plus de puissance, et je suis devenu plus tueur devant le but. Je fais passé l’efficacité avant le beau jeu, car cela est plus important pour un attaquant. Je suis un attaquant qui adore les espaces et j’aime avoir le ballon dans les pieds ou en profondeur ».

Pour ceux qui ne te connaissent pas, qui est Junior Tallo dans la vie de tous les jours ? Qu’aime-t-il faire ?
« Je suis un garçon tranquille. J’aime bien rester dans mon lit après le foot. Echanger avec ma famille. Je suis souvent au téléphone ou à la Play-Station ».