Julio Sergio, ex-gardien de l’AS Roma, s’est exprimé au site Forzaroma.info :

« Je viens de fêter mes 39 ans ? Cela a été un anniversaire spécial, peut-être un des plus beaux. Je l’ai passé avec ma famille et mes amis, mais ce qui m’a le plus surpris est l’affection des tifosi de la Roma, qui cette fois comme jamais m’ont rempli de messages sur les réseaux sociaux et le téléphone. Mes 4 derby gagnés ? Mon premier derby a été très beau, très spécial, aussi parce que les tifosi ne me connaissaient pas encore bien. Puis j’ai fais cette double parade sur Mauri et tout a changé : cela a été un moment émouvant, pour moi, pour les tifosi… Du reste c’était ce que je voulais, jouer un match aussi important et le gagnant en étant acteur principal. Puis les trois autres derby gagnés sont arrivés, et un penalty arrêté à Floccari. Je ne peux pas expliquer ce que j’ai ressenti et ce que je ressens en y repensant, je peux seulement dire que ce sont des souvenirs importants qui ont crée un lien encore plus fort avec le club et la ville. Si je suis encore la Roma ? Oui, mais pas seulement. Moi et mon fils Enzo regardons les matchs, lui est né à Rome et il sent comme moi un lien fort avec la ville. Cela lui est resté dans le coeur, tout comme les couleurs giallorossi. Je suis en contact avec quelques ex-coéquipiers, et avec d’autres qui sont en ce moment dans l’équipe. J’ai parlé récemment à Alisson. Une personne exceptionnelle, il était très fort avant de venir à la Roma. Il doit encore beaucoup progresser mais déjà il démontre qu’il est un gardien de très haut niveau. Cette saison il joue titulaire, il est arrivé au top avant d’être complet. Il peut encore progresser, c’est quelqu’un qui sûrement dans quelques années deviendra un des meilleurs gardiens au monde. Ce qui m’a le plus surpris ? Sa tranquillité quand il est sur le terrain : il donne de la sécurité à toute la défense. Il ne fait pas seulement des parades qui ne servent qu’à la photo : c’est quelqu’un de simple et intelligent. Il défend la cage du Brésil avec humilité, il a une personnalité importante. Il est complet et fort physiquement : je ne réussis pas à voir de limite en lui. Gerson semble se débloquer après plus d’un an sur le banc ? Ce n’est pas facile de jouer à la Roma, avec une tifoseria qui parfois te juges vite. Pour les joueurs qui arrivent de l’étranger ça n’est pas simple de jouer avec ce type de pression. Gerson, comme c’est arrivé à Alisson, avait seulement besoin d’une période d’adaptation. On voit qu’il est un joueur avec un grand potentiel. Les brésilien font très bien ce moment et donnent une grande contribution à l’équipe.

Le mérite de Eusebio Di Francesco ? Oui, c’est une personne exceptionnelle, et durant ces années il a démontré qu’il est un grand entraîneur. Ce n’était pas facile d’avoir un impact aussi positive à la Roma, surtout avec quelques joueurs forts qui sont partis peu avant que lui n’arrive. Mais il a démontré qu’il pouvait savoir gérer la nouvelle équipe et la pression qu’il y a autour de ce club. Il se confirme un top manager. Di Francesco m’a coaché à Lecce, et ça ne s’est pas très bien passé ? Par ma faute. Je ne suis pas allé là-bas avec le bon état d’esprit, je n’ai pas réussi à démontrer tout ce que je valais. Di Francesco a vu que je n’étais pas très motivé et il m’a mis sur le banc. Il a bien fait. Puis ses résultats sont sous les yeux de tous, des années à Sassuolo, jusqu’à la saison en cours à la Roma. Sa force est de réussir à bien gérer et avec tranquillité toutes les situations sur le terrain et dans le vestiaire. Et avec la Roma c’est la même chose : il a pris en main l’équipe de manière impressionnante, une qualité que seulement les grands entraîneurs ont. C’est un signore, outre le fait d’être un très grand technicien. Désormais il doit être bon à bien préparer le derby ? Cela sera un match important. La Roma joue bien autant en championnat qu’en Champions League. Les tifosi sont euphoriques, mais aussi la Lazio fait un bon début de saison. J’espère que Di Francesco réussira à gérer la pression qu’il y a autour du derby et qu’il réussira à obtenir la victoire. J’ai manqué le Scudetto de un souffle, cette Roma peut le faire ? Pour comment elle joue au football, c’est une équipe qui peut viser la première place, mais nous ne devons pas mettre de pression aux joueurs et à Di Francesco. Laissons les travailler de manière tranquille, surtout en les laissant se divertir sur le terrain comme ils le font. Dernièrement la Roma a eu quelques problèmes après la trêve hivernale : en février nous saurons où elle peut arriver. Si elle réussit à maintenir ce niveau de jeu et de prestations, alors oui, nous pourrons dire que les giallorossi lutteront pour le Scudetto jusqu’à la fin. J’ai arrêté le métier de football il y a trois ans, quel est mon futur ? J’étudie pour devenir entraîneur. J’ai suivi et je travaille dans quelques équipes du championnat brésilien pour apprendre ce nouveau métier. Si j’ai en programme un voyage à Rome ? Oui, je crois en début d’année 2018. Je veux venir à l’Olimpico pour voir le 8ème de finale de Champion League. Parce que pour moi c’est fait, la Roma a démontré qu’elle pouvait passer le groupe et elle le fera ainsi. Puis nous verrons dans la phase finale quelle équipe elle rencontrera. Mais si elle joue comme elle le fait jusque là, rien ne sera impossible, nous pourrions aussi la voir en finale ».