John Arne RIISE

John Arne Riise, à l’AS Roma pour sa troisième saison, a accepté de répondre à nos questions. Pour ce premier épisode, John Arne nous parle de sa jeunesse en Norvège, ainsi que son passage en France dans le club de Monaco. De la part de tout le site Cesololaroma.com nous remercions John Arne pour sa disponibilité, sa gentillesse et sa grande franchise.

 

La Norvège et Monaco:

Comment était John Arne dans son enfance ? Son cadre familiale ?
J’ai fait beaucoup de sport lorsque j’étais jeune, je me suis entraîné et j’ai joué dans de nombreuses équipes différentes. Quand j’en avais la possibilité, je jouais toujours avec des personnes plus âgées que moi car à mon avis on s’améliore plus rapidement de cette façon. Mon frère aussi a commencé le foot très jeune mais nous n’avons pas joué souvent ensemble.

Parle-nous de tes premiers pas de football, tes clubs de jeunesse ?
En Norvège, à l’âge de 12 ans ce n’est pas courant de jouer avec des personnes plus âgées de 3-4 ans mais après plusieurs discussions cela a été approuvé. Ma mère et moi étions très ambitieux, mais nous avons dû nous débrouiller seul la plus part du temps car les gens ne voulaient pas nous aider.

Aelesund est le club norvégien où tu as fait tes premiers pas en professionnel à l’âge de 17 ans (25 matchs et 5 buts déjà). Comment se sont passées ces deux saisons là-bas ?
Je n’ai pas joué beaucoup de match mais j’ai énormément appris en m’entraînant avec eux, puis avec le temps (17 ans) je suis devenu suffisamment bon pour jouer avec la première équipe ce qui encore une fois n’était pas habituel en Norvège à cet âge.

Tu rejoins alors à moins de 18 ans Monaco pour environ 5 millions d’euro. Raconte-nous la différence de style de vie, entre le calme norvégien et le luxe de Monaco ?
Je n’ai pas eu un style de vie très luxueux à Monaco, j’avais un petit appartement mais j’aimais ma vie là-bas. La ville est magnifique, le club et les gens aussi. Pour moi c’était un rêve de jouer dans un si grand club à 17 ans.

Tu arrives dans un club qui fut demi-finaliste de la Champions League, un club dans une excellente période. Ta première saison fut assez délicate ?
Je savais que je n’allais pas jouer beaucoup lors de ma première année, je suis resté patient et je m’entraînais avec continuité, ainsi chaque jours j’en apprenais de plus en plus. Nous avions un bon Coach (Claude Puel) et de très bons joueurs donc cela m’a permis de m’améliorer. Je venais d’une 2eme division en Norvège donc ce n’était pas facile de m’adapter, il m’a fallu un an environ.

Ta seconde saison à Monaco est sur un plan personnel bien meilleur (21 matchs et 1 but) mais tu remportes surtout le Championnat de France avec des joueurs tel que Barthez, Sagnol, Trezeguet, Marquez, Simone, Gallardo, ou Giuly. Peux-tu nous parler de ce groupe et de cette saison ?
C’était une bonne expérience pour moi. Jouer avec ces bons joueurs qui étaient en même temps très gentil avec moi. La Norvège n’est pas un bon pays de football mais cela ne les a pas empêcher de m’aider a m’améliorer. J’ai toujours été très discipliné pendant les entraînements. Je me dis toujours que le talent n’est rien sans le travail, car plus on travaille plus on augmente notre talent.

 

Liverpool

John Arne Riise, à l’AS Roma pour sa troisième saison, a accepté de répondre à nos questions. Pour ce second épisode, John Arne nous parle de son long passage à Liverpool, où il a vécu tant d’émotions. De la part de tout le site Cesololaroma.com nous remercions John Arne pour sa disponibilité, sa gentillesse et sa grande franchise.

Lors de l’été 2001, tu rejoins la Premier League et Liverpool pour 5 millions d’euro. Comment s’est passé la transition entre Monaco et Liverpool ?
En Norvège on adore la Premier League et le foot anglais en général, d’ailleurs tous les jeunes norvégiens suivent la Premier League. Quand j’ai entendu que certaines équipes de Premier League me voulaient j’étais fier car c’était un rêve pour moi. Mon agent était en contact avec Fulham et j’étais à 2 doigts de signer quand Liverpool est arrivé avec une meilleure offre, et pour moi le choix était facile car j’ai toujours voulu jouer pour un grand club anglais.

Ce championnat semble totalement t’épanouir. Dès ton arrivée tu es titulaire (jouant tous les matchs de championnat pour 7 buts), et dispute aussi 14 matchs en Champions League (donc se lie déjà une histoire d’amour entre cette compétition et toi). Te souviens-tu de cette première saison ?
Je crois que dans le sport il y a toujours des coïncidences et je dois dire que j‘ai été chanceux lors de ma première saison. J’ai marqué un but important contre Manchester United. Grâce à ce but j’ai été très vite accepté dans le groupe, par les fans et tous les gens qui avaient un lien avec le club. Cela m’a également donné confiance, ce qui était important pour mon futur dans le club, et cela est plus facile lorsque tu fais un bon départ.

On dit que les saisons 2002/2003 et 2003/2004 qui ont suivi ont été plus difficiles pour toi, es-tu d’accord ? Peux-tu nous parler de cette période ?
Je pense toujours que ces 2 saisons se sont bien passées, j’ai joué tous les matchs lors de la saison 2001/2002 et également tous les matchs avec l’équipe nationale. J’étais donc fatigué lors du début de saison 2002/2003, donc la saison ne s’est pas passée comme je l’aurai voulu. Mais j’ai joué beaucoup de matchs et marqué beaucoup de buts. Et cela a été la même chose pour la saison 2003/2004. J’étais titulaire à mon poste pendant ces 2 saisons mais le coach a compris que me faire jouer tous les matchs comme il l’a fait en 2001/2002 était trop risqué. Tous les joueurs ont besoin de repos, spécialement quand tu joues également la Champions League.

La saison qui suit est peut être l’apogée de ta carrière, avec une saison pleine en championnat, et la victoire face au Milan en Champions League (avec un but). Une saison euphorique ?
Nous avions une bonne équipe cette saison mais je ne crois pas que beaucoup de personnes auraient parié sur nous pour une victoire en Champions League. Mais nous l’avons fait et c’était spectaculaire. La finale contre Milan était juste incroyable, mais également les autres matchs. La façon dont nous travaillions en équipe fut la clé de notre succès. Il y a énormément d’équipes en Europe mais si elles ne travaillent pas en équipe elles ne gagneront jamais rien. Nous avions un grand coach, Benitez, c’est un très bon tacticien et nous avions beaucoup de très grands joueurs dans notre groupe. Steven Gerrard a joué un rôle important en tant que capitaine.

En janvier 2006, tu prolonges ton contrat pour 3 ans et demi. A ce moment-là, penses-tu finir ta carrière à Liverpool ?
Durant la carrière d’un joueur de foot il est difficile de se projeter dans le futur, on doit penser à la saison actuelle. Il existe peu de joueur qui n’ont joué que dans un club et j’ai beaucoup de respect pour eux (Totti, Maldini ou Giggs). Mais cela ne dépend pas toujours de notre choix car des fois nous devons partir car le club le veut. Je me considère comme quelqu’un de loyal et je trouve que cela est important. J’aimais jouer pour liverpool mais je savais qu’un jour je devrais changer de club.

En 2007, tu perds une finale de Champions League encore face au Milan AC. Te souviens-tu de ce match ?
Nous avons gagné en 2005 mais beaucoup de gens pensaient que Milan allait gagner en 2007 car ils n’ont pas eu de chance en 2005. Il y a avait du changement dans les deux équipes et Milan s’était renforcé. C’était une bonne expérience de jouer une 2ème finale de Champions League, mais je l’ai très vite oubliée. J’essaie d’oublier très vite mes défaites et je m’en sers comme motivation pour les prochains matchs.

Tu as obtenu à Liverpool un énorme palmarès : Champions League, Super Coupe d’Europe, Coupe d’Angleterre, Coupe de la Ligue, Charity Chield. Il ne t’a manqué que le titre de Champion d’Angleterre ?
J’ai passé de bon moment pendant mes 7 années à Liverpool, et je suis fier d’avoir joué pour ce club. En effet nous n’avons jamais gagné la Premier League mais je ne pense pas à cela pour le moment car nous avons gagné plein d’autres trophées.

Quels sont les joueurs qui t’ont le plus marqué sportivement et humainement lors de ton passage dans ce club ?
Comme je l’ai dit précédemment il y avait pleins de bons joueurs à Liverpool mais si je dois en choisir un je dirais Steven Gerrard. C’est un bon joueur, un bon leader et tout le monde le respecte même les joueurs des autres clubs. Il m’encourageait sur le terrain que se soit en match ou aux entraînements.

Peux-tu nous parler de ton rapport avec les supporters d’Anfield ?
Comme je l’ai dit mon but contre Manchester lors de ma première saison a été très important. Les fans ont vu un joueur motivé qui avait de l’envie et qui honorait le maillot. La collaboration entre un joueur et ses supporters est très importante.

Quels sont tes meilleurs souvenirs dans ce club ?
1. Liverpool- Milan en 2005
2. L’amitié avec mes coéquipiers que j’ai eu durant mes 7 années à Liverpool
3. Quand je me baladais dans les rues de Liverpool, j’ai toujours été très respecté j’avais un très bon rapport avec les supporters.

 

AS Roma (1)

Dans ce troisième volet, John Arne nous parle de son arrivée du côté de Trigoria, et le changement de pays.

Tu signes à l’AS Roma lors de l’été 2008 pour 5 millions d’euro, comment as-tu vécu ce changement de club ?
Après avoir passé 7 ans à Liverpool je sentais qu’il était temps de changer. Je sentais que mon rendement diminuait et le club m’avait avisé que je n’allais plus autant jouer nous étions donc tous les deux d’accord. Mon agent a été contacté par plein de club d’Europe et nous avons tous deux pensé que la Roma était la meilleure proposition. Je ne connaissais rien du club mais beaucoup de personnes m’en ont parlé en bien.

Quelles ont été tes premières impressions à ton arrivée à Rome et à Trigoria ?
Venir dans un pays où tu ne parles pas la langue est difficile. Je suis cependant très sociable et j’aime parler avec les gens. J’ai tout de suite remarqué que peu de personnes parlait anglais ou français donc je devais apprendre l’italien le plus vite possible.
C’est dur d’être assis dans les vestiaires et ne rien comprendre à ce que les gens se disent. Dois-je rire quand ils rigolent ? Peut être qu’ils rigolaient de moi ? C’étaient les questions que je me posais. Mais au final j’étais très content car ils m’ont tout de suite intégré, et même s’ils ne parlaient pas anglais, ils faisaient des efforts.
Il m’a fallut environ 6 mois pour comprendre la majorité des indications qu’on me donnait. J’avais 3 heures de cours d’italien par jour.

Te souviens-tu de ton premier match à l’Olimpico, et qu’en as-tu pensé ?
Je me souviens de ce jour où il faisait très chaud, et nous jouions contre Naples. Ce fut Alberto Aquilani qui marqua pour nous. Le match fini sur le score de 1-1 et j’ai joué environ 75 minutes. Je me souviens que j’étais fatigue à cause de la chaleur car je n’étais pas habitué.

Tu as eu du mal à trouver tes marques dans les premiers matchs. Cela est dû au fait que tu étais moins habitué à jouer arrière gauche (au lieu de milieu gauche) ?
Je suis habitué à jouer arrière gauche mais mon problème principale à la Roma a été que je ne comprenais pas les indications, et que la tactique était différente de celle de liverpool. De plus, la plus part de mes anciens coéquipiers m’ont dit qu’il me fallait environ une saison pour bien m’habituer dans un nouveau club.

Cette première saison fut aussi difficile pour l’AS Roma qui ne finit pas dans les 4 premiers.
Nous avons eu beaucoup de blessés cette saison-là et un mauvais début de saison (4-5 premiers mois). Nous n’alignons jamais la même équipe a cause des blessures et suspensions et cela a été l’une des causes principales.

Ton année 2009 reste ta meilleure année à l’AS Roma, où tu as notamment été élu par notre site 3ème meilleur joueur de l’année 2009 (derrière Totti et De Rossi). Peux-tu nous parler de cette année ?
Ma préparation d’avant-saison pour ma 2ème année était bien sûr beaucoup plus facile pour moi, puisque je connaissais mieux mes coéquipiers, je connaissais la langue et cela était plus facile. Quand vous êtes heureux, cela est plus facile de travailler à 100 % et d’obtenir 100 % de votre potentiel. Je pense aussi que mes coéquipiers étaient arrivés à mieux me connaître et j’estime que c’était plus facile pour moi de contribuer à notre jeu. J’ai obtenu la confiance du mister Ranieri et il m’a donné la liberté de jouer mon jeu.

Un moment que tous les tifosi gardent dans leur mémoire est ton but important face à la Juve (où certains membres de notre forum étaient présents). Peux-tu nous parler de ce but, et de ta façon de le fêter ?
Lorsque vous marquer des buts, vous n’avez pas le contrôle sur la façon dont vous les célébrez, mais je me souviens de ce match où nous avions nos fans dans une étroite tribune dans un coin du terrain et je me souviens que j’ai fait un geste en direction de mes coéquipiers – Venez célébrer avec nos fans – alors j’ai couru vers nos tifosi en hurlant. Je sais que c’était seulement quelques secondes avant la fin du match et que la victoire était pour nous.

Cette même saison, encore une élimination cette fois en Europa League contre le Panathinaikos. Une nouvelle déception sur la scène européenne ?

Ce match contre le Panathinaïkos a peut-être été notre pire match cette saison-là. Je ne peux pas comprendre comment nous avons pu perdre contre eux et jouer comme nous l’avons fait. Ce n’était pas bon et je comprends les fans qui ont été très déçu après ce match. J’ai essayé d’oublier cela très rapidement et me concentrer sur notre prochain match, mais ça me rendait fou parce que j’ai vraiment pensé que nous pourrions atteindre la finale de la Ligue Europa cette saison. Nous aurions dû le faire!


AS Roma (2)

Pour cet avant-dernier épisode, John Arne nous parle de sa situation actuelle à l’AS Roma.

Quels sont les joueurs qui t’ont le plus marqués sportivement et humainement depuis ton arrivée à la Roma ?

C `est très très difficile de choisir si je ne peux que choisir un joueur, donc je vais en choisir deux.
Francesco Totti:
Je n’ai jamais connu un joueur qui a une telle importance dans un club en Europe comme Totti. Il est une légende – il est le dieu – il est le joueur préféré de la plupart des fans de la Roma. Avant mon arrivée à Rome j’ai vu beaucoup Totti à la télévision mais je ne connaissais rien de lui en tant que personne. Je peux en toute honnêteté à 100% dire que Francesco n’est pas seulement un grand joueur de football, mais il est aussi une grande personne. Il est très drôle, c’est une personne très sociable et qui essaie toujours de nous faire rire. Il est toujours souriant à Trigoria. Les joueurs de l’équipe ont un respect énorme pour lui, et il l’utilise dans le bon sens. Il connaît son statut entre les joueurs et les tifosi, mais il agit comme un capitaine d’une manière parfaite. Il est maintenant âgé de 34 ans et j’espère qu’il jouera encore de nombreuses années. Il a tellement de talent et c’est un grand buteur qu’il peut contribuer à l’AS Roma pour encore quelques années.
Daniele De Rossi:
Je n’ai jamais connu un tel joueur avec une GRINTA comme Daniele. Il a une telle détermination et cela fait que ses coéquipiers donnent 10% de plus pour la Roma. Il est très important pour l’AS Roma et j’adore jouer avec lui.


Tu es toujours le premier à entrer sur le terrain de Trigoria ou bien à l’Olimpico. Une superstition ou ton caractère ?

Il y a des choses que je fais un peu par superstition. Dans notre équipe nationale, je suis toujours entré sur le terrain en dernier, mais dans mon équipe de club je suis toujours entré sur le terrain après le capitaine. J’ai aussi des choses que je fais dans le vestiaire avant le match, mais la plupart sont de vieilles traditions, et je ne suis pas vraiment superstitieux.

En Champions League, il y a un bon coup à jouer face au Shakthar. Qu’attends-tu de cette compétition ? (l’interview a été réalisé avant le match aller, ndr)
J’aime la Ligue des Champions. Il faut ressortir le meilleur de nous joueurs, et j’espère vraiment que nous allons le faire cette saison. Nous avons perdu un peu de points en Série A, alors il sera très difficile de gagner le Scudetto. Ainsi, la Ligue des Champions aura une haute priorité de notre part. Les tifosi aiment aussi la Ligue des Champions et leur enthousiasme supplémentaire qui nous fait mieux jouer. Mais il y a tellement de grandes équipes dans la CL, alors lorsque nous nous rencontrerons le Shaktar nous savons que nous jouerons face à une grande équipe. Il y aura deux matches difficiles et nous allons tout faire pour les battre !

La Coupe d’Italie est aussi un objectif ?
Bien sûr, d’autant plus que nous avons eu une mauvaise période en Série A. Il y aura deux matchs contre l’Inter entre avril et mai, et nous voulons nous venger de notre défaite contre eux en Série A. Nous voulons gagner des titres, et ce titre est important pour nous tous.

Peux-tu nous parler de ton rapport avec les tifosi de la Roma et la Curva Sud ?
J `ai eu la chance d’avoir joué dans deux équipes avec de grands fans – Liverpool et l’AS Roma. Les deux équipes ont de grands supporters, qui aident beaucoup les joueurs pendant les matchs. Beaucoup de tifosi sont à Trigoria et souvent nous nous arrêtons après l’entraînement pour parler avec eux, à la sortie. Hier, j’ai parlé avec plusieurs d’entre eux. Ils sont frustrés après les derniers mauvais résultats, et je comprends tout à fait leur frustration. Pour nous joueurs il est important de comprendre la passion que vous tifosi avez pour notre équipe. Nous les joueurs avons également besoin de cette passion. Comme je l’ai dit, je ne suis pas un joueur qui change chaque année de club, mais je veux jouer dans un club pendant une longue période et gagner des titres. Encore plus quand vous êtes dans un club avec une grande tifoseria, ce qui aide les joueurs à obtenir cette même passion – la grinta – qui nous aidera à donner 100% pour le club et les fans – chaque jour à l’entraînement et pour les matchs. Nous savons que nous sommes salués quand nous gagnons, et nous devons accepter de recevoir de nombreuses critiques par les tifosi lorsque nous perdons ou jouons mal. Les fans veulent nous pousser. On veut tous les mêmes objectifs.
Il y a une autre sorte de passion chez les fans en Angleterre et en Italie, et ils aiment leur club de différentes manières.

Tu as envie de prolonger ton contrat et finir ta carrière ici ?
J’ai encore un an et demi de contrat et je serais heureux de jouer le plus longtemps possible avec la Roma. Mais tout peut aller très vite dans le football. Il est difficile de planifier les 3-5 prochaines années dans le futur. Mais cela a été un rêve de jouer pour les Roma avec Totti, De Rossi et les autres et j’aimerais continuer à le faire pendant de nombreuses années.

 

Divers

Pour ce dernier épisode, John Arne nous parle de sa vie en dehors du football.

Qui est John Arne dans la vie de tous les jours ? Quel mari et quel papa est-il ?

J’aime jouer au golf. J’aime la concurrence (et gagner ..). J’ai une table de ping-pong sur ma terrasse et j’y joue beaucoup avec mes amis qui me rendent visite. J’y ai beaucoup joué à Liverpool aussi.
Une vie de joueur professionnel de football ne te permet pas d’avoir beaucoup de temps pour faire d’autres choses : entraînements / matchs / déplacements / après-match / etc et quand j’ai du temps libre je préfère être à la maison pour me détendre avec ma femme et ma fille Emma (qui a presque 2 ans). J’ai aussi une autre fille qui vit en Norvège – Ariana 12 ans – et elle vient me rendre visite pendant les vacances et une fois de temps en temps.
Maintenant, je commence à travailler sur un projet que nous lancerons dans un mois ou deux. Moi et ma femme allons commencer notre projet de charité pour permettre de lever des fonds dans différents projets et donner l’argent à 2 différentes organisations – Médecins Sans Frontières (http://www.msf.org) et Right to Play (http://www.righttoplay.com). Notre site Web – http://www.riisecharity.com sera ouvert à partir de mars. Cela prend beaucoup de notre temps et il s’agit d’un projet important pour nous.

Aimes-tu cuisiner et si oui quel plats ? Quel restaurant de Rome pourrais-tu nous conseiller ?
Je ne suis pas un grand cuisinier, mais je peux faire quelques plats faciles. Nous mangeons beaucoup au restaurant ici à Rome et nous avons un restaurant tout près de là où nous vivons, où beaucoup de joueurs mangent. C’est un restaurant calme et grand. Dans le centre de la ville je peux recommander THE MET, qui est un endroit formidable.

As-tu visité la ville de Rome ? Et quelles sont les lieux que tu aimes voir, et les quartiers les plus sympa?
J’ai été visité un peu pendant ma première année et j’ai été surpris par les nombreux endroits merveilleux à voir. Je ne suis pas très intéressé par les monuments et l’histoire ancienne, mais en voyant tous ses lieux historiques et monuments ici à Rome cela est éblouissant. Nous avions un guide au Colisée qui nous a dit beaucoup d’histoires intéressantes sur l’histoire de ce lieu. J’ai des amis qui sont venus à Rome pour venir voir de nouveaux endroits à chaque fois qu’ils sont ici. Il y a toujours un nouveau  lieu à voir.

Avec quels joueurs de la Roma t’entends-tu le mieux en dehors du terrain ?
Je vais avec tout le monde et nous avons beaucoup de plaisir ensemble. Nous passons beaucoup de temps ensemble et quand nous ne sommes pas en déplacement nous préférons rester avec notre famille et d’autres amis. Parfois nous jouons au golf ou mangeons au restaurant ensemble, des joueurs vivent très proches les uns des autres.

Peux-tu nous parler de ton site officiel que tu mets à jour régulièrement ?
http://www.johnarneriise.no est mon blog personnel que j’ai commencé l’an dernier. J’ai trouvé que cela pourrait être amusant d’avoir mon propre endroit où je pouvais
1. Écrire sur ma vie de footballeur pro à Rome
2. Parler de notre équipe nationale (pour mes fans norvégien)
3. Faire des commentaires sur d’autres choses, la plupart du temps liés au sport. Je ne vais pas parler de la situation dans le Moyen-Orient, ou de questions politiques.
4. Parfois, il est formidable d’avoir mon propre endroit où je peux écrire ce que je veux dire – sans avoir peur d’être mal cité par un journaliste. Ici, j’ai le contrôle de mes citations
5. J’ai des lecteurs d’environ 115 pays et je sais que beaucoup d’entre eux utilisent google translate quand ils lisent mon blog. Je sais que parfois la traduction n’est pas 100% correct, mais j’espère que cela ne créé pas de gros problèmes.

Malgré que tu aies passé les 30 ans, tu es en forme olympique. Peux-tu nous parler de la préparation physique que tu suis avec la Roma et en dehors de la Roma ?
J’ai toujours été à 100% concentré sur ma forme physique et je me suis toujours entraîné par moi-même. Après que la saison soit terminée, j’ai besoin de 1-2 semaines avec une relaxation totale – de rien faire – mais ensuite je recommence à courir et soulever des poids, en essayant d’être dans un état de 100% bonne forme physique quand je retrouve les joueurs pour la préparation d’avant-saison.
J `ai aussi mon entraîneur personnel qui m’aide quotidiennement : récupération, stretching, nutrition sportive, etc. Je pense qu’il va m’aider à jouer 1 ou 2 années en plus dans ma carrière.

Que te vois-tu faire après ta carrière de footballeur ?
J’ai quelques idées et quelques projets – comme Riise Charity – mais il est dur de savoir à 100% de ce que je ferai dans 10 ans. Peut-être un joueur pro de golf ? (rire) Je ne pense pas que je serais entraîneur. Je vais être impliqué dans le football, mais pas en tant qu’entraîneur. J’ai mon propre centre formation au Norvège. Au cours de l’été nous avons 150 enfants – âgés de 12 à 16 ans – et j’y prends beaucoup de plaisir. J’aime enseigner aux enfants le football. Mais être un coach professionnel exige beaucoup de travail et de la participation. Et quand j’arrêterai ma carrière je mettrais en priorité ma famille et mes projets mentionnés.

Un petit mot pour conclure aux lecteurs du site Cesololaroma.com ?
Nous sommes actuellement dans une période difficile pour l’AS Roma, avec quelques défaites au cours des 2-3 dernières semaines, et je sais que beaucoup des tifosi sont frustrés par la façon dont nous jouons. Il est normal que nous subissions les critiques actuellement. Je veux juste vous faire savoir que je donne 100% de moi-même à Trigoria tous les jours, de sorte que vous les fans et le club puissent gagner des titres à l’avenir. Peut-être que nous n’y parviendrons pas cette année, mais nous avons encore beaucoup de talent dans ce groupe et nous allons le faire bientôt. J’espère que vous continuerez à me soutenir moi et mes coéquipiers, et ensemble nous allons remporter des trophées pour ce grand club !