Site AS ROMA

Jeu, set et match à Barcelone

Si l’information clé de la soirée était le match nul entre le BATE et le Bayer Leverkusen (donnant le destin de l’AS Roma entre ses propres mains), on espérait pas voir une telle giffle (6-1) prise par les hommes de Rudi Garcia face au FC Barcelone de Luis Enrique.

3 500 : Comme le nombre (environ) de tifosi romanisti qui ont fait le déplacement à Barcelone, et qui se sont fait entendre durant toute la rencontre (même à 6-0).

34 : Comme la possession de balle de la Roma en terme de pourcentage dans cette rencontre. Malgré l’immense domination des blaugrana, leur possession de balle n’a finalement été « que » de 66%.

17 : Comme le nombre de matchs où l’AS Roma a toujours marqué au moins un but, sur 18 matchs au total. En effet, seulement face à l’Inter, en championnat, la Roma a terminé la rencontre sans trouver le chemin des filets.

16 : Comme le nombre de buts encaissé en 5 matchs de Champions League, soit plus de 3 buts/match en moyenne. Cela en fait la pire défense de la compétition actuellement. Par comparaison, 15 buts ont été encaissé en Serie A, mais sur un ensemble de 13 matchs (1,15 buts encaissés par match, en moyenne). 16 est aussi le nombre de matchs, sur 18 au total, où la Roma a toujours au moins encaissé un but.

8 : Comme le nombre de frappes de l’AS Roma, dont la moitié ont trouvé le cadre. On se souviendra d’une tête de Edin Dzekon ou encore le face à face manqué de Iago Falque. De son côté, Barcelone a tiré 18 fois au but, pour avoir cadré les 2/3, soit 12 frappes.

6 : Comme le nombre de buts encaissés par Wojciech Szcesny ce soir. Ce nombre aurait probablement pu être plus élevé, étant donné les nombreux arrêts réalisés par le gardien polonais, qui fût notamment proche de sortir le penalty adverse.

5 : Comme le nombre de duels gagnés par Lucas Digne hier soir. Pas simple, quand on sait qu’il était régulièrement confronté à un certain Leo Messi. Le jeune français a également desservi la passe décisive durant les arrêts de jeu.

4 : Comme le nombre de buts inscrits par Edin Dzeko sur les 4 derniers matchs (Leverkusen, Lazio, Bologne, Barcelone). Cela amène son total, sur ce début de saison, à 5 réalisations. On constate que globalement (auquel il faut rajouter la Juventus), le n°9 de la Louve aime les grosses équipes. Il aura pu inscrire son premier doublé en giallorosso avec ce penalty manqué. En Champions, il s’agit de son second but de la saison.

2 : Comme le nombre de joueurs volontairement économisé en vue d’un éventuel carton jaune, leurs faisant ensuite manquer la réception décisive du BATE Borisov : Daniele De Rossi (resté sur le banc) et Radja Nainggolan (sorti à la pause). Rudi Garcia a également sorti assez vite Alessandro Florenzi et Miralem Pjanic pour les reposer en vue de dimanche, contre l’Atalanta.

1 : Comme le nombre de fois où Juan Manuel Iturbe est rentré juste après le retour des vestiaires. Contrairement à ces deux titularisations (Sassuolo, BATE et Bologne) où il ne pesa pas sur le jeu, l’argentin a été le véritable détonateur de cette seconde période, mettant à plusieurs reprise la défense adverse en difficulté, grâce à sa vivacité. Une chance lui sera sûrement redonné dimanche.

Twitter: @Romanista35