Jeu, 7 et match !

L’AS Roma de Rudi Garcia est au 7ème ciel. Les 5 000 tifosi présents au Stadio Giuseppe Meazza peuvent célébrer une série véritablement historique, où la Louve du mister français égale la série de 7 victoires consécutives de Ranieri (2009/2010). Un succès conclut dès la première période sur un score de 3-0, avec un doublé de Totti (230 buts en Serie A), et le 4ème but de la saison pour Florenzi. L’expulsion de Balzaretti sera la petite tâche de la soirée.

Le match démarre sur un rythme élevé, avec les deux équipes qui se maitrisent au milieu de terrain. L’AS Roma se crée la première occasion, sur un contre lancé par Totti de sa surface. Gervinho est lancé dans la surface, mais cela ne donne rien. L’ivoirien récidive quelques minutes plus tard, et il obtient cette fois le corner. De l’autre côté, c’est Taïder qui lance les hostilités avec une frappe à l’entrée de la surface, que De Sanctis capte bien. Cambiasso s’y met à son tour, mais sa frappe ne trouve pas le cadre. Les giallorossi semble nerveux et enchainent les cartons : Pjanic, Benatia puis Castan. Et l’ouverture du score va arriver à la 18ème minute : Balzaretti trouve Florenzi dans l’intervalle, qui décale Gervinho à l’entrée de la surface. Ce dernier remise sur Totti, qui frappe croisée à ras de terre. Handanovic ne peut que constater les dégâts. Ensuite, c’est encore Gervinho qui tente de se procurer une occasion, bien lancé par son Capitano. Le n°27 crochète et se met sur son pied gauche, mais un défenseur l’empêche au dernier moment de tirer. 4′ Contre-attaque lancé par Totti, où Gervinho est lancé, mais ça ne donne rien, qui récidive à la 7ème en obtenant un corner. Guarin tente à son tour une lourde frappe, qui touche le poteau gauche de De Sanctis bien chanceux sur ce coup. Le gardien giallorosso récidive la minute suivante, avec une parade suite à une tête d’Alvarez. Et tout va s’enchainer dans les 5 dernières minutes. Gervinho est de nouveau lancé sur son côté droit, provoque Pereira qui ne peut que faire une faute et concéder le penalty. Totti ne se fait pas prier, et transforme la sentence : 50ème doublé en Serie A et 230ème but. Florenzi va creuser l’écart juste avant la pause, bien lancé par Strootman sur un contre, d’une frappe croisée.

Mazzarri réalise un changement tactique à la pause, en passant avec une défense à 4, et un attaquant de plus devant en la personne d’Icardi. Mais c’est encore la Louve qui se montre dangereux. Strootman montre encore sa précision d’orfèvre, avec un caviar de balle piquée pour FLorenzi… qui tente un geste acrobatique, obligeant Handanovic à s’interposer de façon peu académique. Les romanisti, devant leur 5 000 tifosi, vont petit à petit reculer et laisser le ballon à l’adversaire. Suite à un coup pris dans le dos, Garcia ne prend pas le moindre risque et remplace le bosniaque en faisant entrer le vétéran Taddei. Après plusieurs assauts, l’Inter est proche de revenir au score, mais Ranocchia voit son but sévèrement refusé, pour avoir légèrement bousculé De Sanctis dans les airs. Et comme toujours, Gervinho se transforme en rampe de lancement sur un contre rapidement disputé. Gervinho élimine facilement son dernier défenseur, et va se présenter face au porter nerazzurro… mais son tir est paré en corner par Handanovic. Peu après, Balzaretti est proche d’une passe décisive contre son camp, mais heureusement son gardien est attentif. Les romains devront terminer les 10 dernières minutes en infériorité numérique, suite à un deuxième carton jaune de Balzaretti, surement évitable. Garcia fait alors entrer Dodo à gauche, et fait sortir Totti, applaudi par une partie des tifosi locaux. La dernière occasion part du pied de Taddei, qui trouve Marquinho, mais le brésilien n’appuie pas assez sa frappe pour inquiéter le gardien adverse.

La Roma profitera d’une trêve de 15 jours bien méritée, pour recharger les batteries, et dans l’optique de se mettre au travail pour le prochain match : la réception du Napoli à l’Olimpico. Un véritable choc qui permettra de constater de façon quasi définitive le potentiel de cette équipe qui survole jusque là le championnat.