Site AS ROMA

J. Angel: « Nous gagnerons jeudi à l’Olimpico »

Le néo latéral gauche giallorosso, Josè Angel, s’est exprimé à Roma Channel. L’ex-joueur de Gijon est notamment revenu sur le style de jeu de l’équipe, et l’importance du match de jeudi, face au Slovan Bratislava.

Josè Angel, tu es l’un des nouveaux visages de la Roma pour la prochaine saison. Comment te trouves-tu ici, comme s’est passé l’adaptation avec la ville et l’équipe ?
« Je suis très content de ce premier mois que je vis ici, je me trouve très bien. L’équipe se comporte bien, nous nous aidons mutuellement. La ville est très belle, inutile de le souligner. En ce qui concerne le football, qui est mon métier, nous travaillons bien, mais il est clair qu’il faudra un peu de patience, mais je suis sûr que nous arriverons à quelque chose d’important ».

Après ton Euro Under 21 remporté avec l’Espagne, beaucoup d’équipes te suivaient. Pourquoi avoir choisi la Roma ?
« Etre suivi par de nombreux clubs fait toujours plaisir, mais la Roma est celle qui m’a cherché avec la plus grande insistance et cela a été décisif dans mon choix. Je retiens la Rome comme l’un des plus importants clubs en Europe et au monde. Maintenant je suis heureux d’être ici pour faire face à une expérience nouvelle. Maintenant j’essaie seulement de donner le maximum »

Quel différences trouves-tu entre le football italien et celui espagnol ?
« Il est encore trop tôt pour exprimer un jugement notamment parce que le championnat n’a pas commencé. Cependant avoir un entraîneur espagnol avec une philosophie différente par rapport à celle italienne m’aide, parce que les entraînements sont semblables à ceux que nous faisions en Espagne. Je retiens que le football que est universel, malgré les nuances et les différences, et j’espère pouvoir m’adapter pour m’exprimer au maximum ».

Le football de Luis Enrique respecte l’idéal espagnol : plus de possession balle et moins de verticalité. Cette philosophie peut se porter en Italie ?
« Il est que cela est nouveau, mais en tout cas je suis confiant qu’avec le travail et l’engagement nous arriverons à jouer avec un style qui est celui typique des équipes espagnoles et de Barcelone en particulier. Nous avons les joueurs pour le faire, joueurs de qualité, et il ne reste plus qu’à travailler quotidiennement pour rejoindre cet objectif. Pour notre bien, celui des tifosi et du club »

A l’étranger parler de la Liga signifie parler de Barcelone et du Real Madrid. Ceci est réducteur ?
« Beh le football est fait ainsi : Barcelone et le Real Madrid ont une plus grande couverture médiatique. Il est clair qu’il me plairait de voir un championnat plus équilibré avec plus d’équipes à lutter pour le titre, mais il semble difficile d’inverse la tendance (notamment à cause de la répartition des droits TV, ndr) »

Quel type est Luis Enrique ?
« Je suis content de travailler avec lui, je ne peux pas me lamenter : il a été un grand footballeur et comme entraîneur il a déjà montré sa valeur au Barcelone B : il n’est pas tout facile d’arriver troisième en seconde division espagnole. À la Roma maintenant il vit une nouvelle aventure, mais je suis certain qu’avec son envie et sa détermination nous ferons bien »

Tu est très lié avec Bojan : comment le voies-tu ? Les tifosi attendent de grandes chose de lui.…
« C’est mon ami et mon coéquipier d’Under 21 espagnole. Je pense que nous ne devons pas lui mettre de pressions trop excessives, il est très jeune et doit grandir. Je suis confiant qu’il exprimera ici tout son football et son talent. Probablement à Barcelone il a perdu un peu de confiance, nous devons le laisser tranquille pour qu’il puisse exprimer son talent ».

Qu’es-ce qui n’a pas fonctionné face au Slovan ?
« Dans l’ensemble nous avons joué un bon match, nous avons manqué un peu de chance devant le but. L’équipe était bien mise sur le terrain et la philosophie de l’entraineur a été respecté. Le football est ainsi : l’équipe qui attaque ne gagne pas toujours. Mais je suis certain qu’à l’Olimpico, sur un terrain plus grand et avec le support du public nous réussirons à faire mal à nos adversaires. Même s’il faudra aussi avoir cette petite pincée de chance ».

Les tifosi s’attendent à ce que vous renversiez le résultat. Sens-tu un peu de pression pour ton début à l’Olimpico ?
« L’aide du public sera fondamental. Je ne vois pas leur présence comme motif de pression pour moi, nous devrons seulement descendre sur le terrain tranquilles et donner notre contribution. Je suis certain que les coéquipiers me donneront un coup de main, en sachant que ce sera mes débuts. Il sera fondamental de jouer sans trop de pressions, parce que c’est dans ce cas que nous risquerions de commettre des erreurs »

De quels joueurs du passé t’inspires-tu ?
« Ils existent des champions très différents entre eux, chacun avec ses caractéristiques, qualités et défauts. Il est très important de les observer et apprendre des joueurs qui jouent dans ton rôle. Pour donner un nom je dirais celui de Roberto Carlos, un des meilleurs latéral gauche de l’histoire du football »

Un dernier mot aux tifosi ?
« Forza Roma, et un salue à Roma Channel »