Site AS ROMA

Groupe Ultra’ Royalist

Qui supporte l’AS Roma, aime également sa ville éternelle et son public magique. C’est pour cela que nous avons décidé de vous faire découvrir d’un peu plus près la tribune où sont présent les plus fervents tifosi : la Curva Sud. Tribune historique de l’Olimpico pour tous romanisti, elle est constituée d’une panoplie de groupes de tendances différentes. Pour cette interview, nous avons choisi de vous présenter un jeune groupe créé il y a environ 2 années nommé « Royalist », qui a donc accepté de répondre à nos questions et peut être de se rencontrer à l’avenir. Une interview qui permet de mieux connaître les valeurs de ses tifosi, leurs convictions et leurs passions.

Tout d’abord comment vous est venu l’envie de créer un nouveau groupe et pour quelles raisons ?
Comme vous le savez surement, la Curva Sud – ainsi que d’autres groupes de supporters en Italie et en Europe- est entrain de vivre un moment difficile de son histoire, où ne serait-ce que simplement suivre son équipe partout et vivre sa passion à fond devient difficile. La saison dernière, il y a eu plusieurs raisons qui ont fait que le groupe qui occupait notre emplacement avant nous a du se dissoudre. En plus de ça, beaucoup de garçons qui suivaient la Roma depuis des années à domicile et à l’extérieur ont fait de nouvelles amitiés, nous avions tous une expérience dans d’autres groupes soit toujours existants, soit dissouts, mais ce qui nous unis c’est l’amour et la passion pour notre bien aimée Curva Sud et pour la Roma (et ce n’est pas un hasard si d’abord j’ai cité l’une avant l’autre). La plus belle chose qu’on remarque dans notre groupe, c’est que nous sommes vraiment un groupe très hétérogène, nous venons tous de différents quartiers de Rome, beaucoup d’entre nous viennent de la zone dei Castelli Romani, ce qui nous différencie donc des autres groupes de la Sud pour qui le sentiment d’appartenance à un même quartier est très fort. Mais cela nous pousse encore plus à nous identifier tous dans ce qui nous rassemble et ce qui fait la force du groupe : la passion !

D’où vient le nom « Royalist » ?
Dans le choix du nom, notre volontée était de trouver quelque chose qui tranche clairement avec ce qu’on peut voir habituellement. Le mot ULTRAS qui est souvent utilisé surtout dans le monde des supporters en Europe, définissait à l’origine les défenseurs les plus fanatiques d’un idéal, la parole ULTRAS vient donc à l’origine du terme Ultra-royaliste. Avant nous, aucun autre groupe n’avait choisit de faire un « retour aux sources », nous à partir de notre nom, nous voudrions vraiment effectuer un retour aux sources.

Vous êtes présents en Curva Sud pour votre deuxième année, comment s’est passé l’intégration et l’entente avec les autres groupes (comme par exemple les chorégraphies communes) ?
Vraiment très bien. On se voit souvent avec tous les groupes les plus importants de la Curva Sud, avec lesquels nous entretenons vraiment de très bons rapports qui sont nés pour beaucoup avant l’expérience du groupe Royalist. La Curva Sud est vivante, forte, compacte et organisée, prête pour les défis qui nous attendent. En général, on discute et on décide ensemble des chorégraphies et de comment les organiser, en essayant de donner l’opportunité à chaque groupe de dire ce qu’il aimerait réaliser. Comme ce sera le cas pour le prochain derby.

On peut voir que vous, et les Fedayn, êtes au centre de la Curva, comment cet emplacement s’est décidé ?
Ca n’a pas été décidé, comme vous pourrez le lire à la 1ère réponse, si nous sommes là c’est à cause des faits qui se sont passés.

Combien comptez-vous de d’abonnés et de membres ?
Pour nous un groupe Ultras DOIT naitre de la spontanéité qui caractérise chaque Ultrà, c’est pour cela que nous ne tenons pas un registre et qu’il n’existe ni carte de membre ni abonnement. Dans tout les cas, nous sommes partis avec une base de 40 membres, puis grâce à notre soutien sans faille à l’équipe, et à d’autres amitiés qui sont nées, aujourd’hui nous pouvons tranquillement dire que surtout dans les matchs à domicile, nous sommes plus d’une centaine de personnes. La plus belle chose, c’est que nous nous connaissons tous, il y a énormément de respect de l’autre et de ce qu’il pense et nous savons de pouvoir tous compter les uns sur les autres… dans toutes les situations.

On sait que la politique a une place importante dans le football italien, vous considérez-vous comme apolitique ou bien avez vous certaines tendance plus marquées ?
Nous avons tous certainement une opinion politique et on peut dire qu’en ce qui nous concerne, nous avons tous la même, mais au stade nous ne faisons pas de politique à part celle de notre Curva Sud, et maintenant plus que jamais NO ALLA TESSERA DEL TIFOSO !

Votre bâche est présente dans quasiment tous les stades d’Italie et d’Europe. Quels sont les déplacements qui vous ont le plus marqués pour l’instant ?
C’est surtout les « anciens » du groupe qui ont eu la chance de fréquenter toutes les tribunes destinées aux visiteurs d’Italie, et ça bien avant la naissance du groupe. Cette année, les déplacements qui ont été les plus beaux pour nous, chacun pour des motifs différents (et vous qui avez été à Bale savez à quoi je fais allusion) ont été Bale et Athènes. Les déplacements en Europe ont pour nous un charme particulier à chaque fois.

Possédez-vous un local où vous vous retrouvez avant les matchs, et où vous vendez du matériel du groupe ?
Nous n’avons pas de local ou nous nous réunissons. Quand nous devons nous voir, on s’organise pour se retrouver à différents endroits. Nous ne vendons pas de matériel, sauf sur notre emplacement, ou entre nous.

Que pensez-vous de l’ambiance en Curva Sud ? Pensez-vous qu’elle peut être amélioré et si oui comment ?
La passion, le sentiment d’appartenance, la sous-culture Ultrà qui existe en Curva Sud, c’est vraiment quelque chose de très rare dans le monde Ultras. Vivre un Dimanche en Curva Sud, c’est quelque chose qui reste à l’intérieur de toi pour toute ta vie, n’importe lequel d’entre nous pourrais vous raconter sa première fois au stade en Curva Sud, c’est quelque chose que tu n’oublies jamais ! L’ambiance peut certainement être améliorée, TOUT peut être amélioré, et chaque groupe Ultras en Curva y travaille chaque jour pour faire en sorte qu’elle soit encore plus belle !

Êtes-vous nostalgique du Commando Ultra Curva Sud (CUCS) ?
Nous sommes amis avec des garçons qui étaient membres du Commando, si tu as été en Curva Sud dans les années 80-90, tu ne peux pas ne pas ressentir de l’affection pour un groupe qui a écrit l’histoire de notre Curva, en contribuant à la rendre célèbre dans le monde entier. Mais de la nostalgie, non.

Certains depuis quelques saisons ont choisi de s’exiler en Curva Nord en tant qu’indépendant. Que pensez-vous de cela ?
Je respecte leur décision, mais selon moi, les problèmes doivent être affrontés pour être résolus et non pas fuir quand ils se présentent à toi. Mais j’ai beaucoup d’estimes et d’amitié pour beaucoup d’entre eux.

Le groupe Royalist a-t-il des amitiés et des ennemis en Italie ?
En Italie, nous entretenons une belle amitié avec les gars du C.U.C.S. du Barletta, un groupe de supporters mineur seulement en apparence, mais qui a beaucoup à enseigner aux autres, surtout en ce qui concerne l’attachement à ses couleurs et les problèmes du monde Ultras. Pendant le déplacement d’Athènes, grâce à nos amis de la Nord, nous avons pu mieux connaitre les Ultras du Panathinaikos, des personnes et des supporters vraiment très spéciaux et courtois, à qui nous envoyons d’ailleurs un salut !

Que pensez-vous des mesures répressives qui vous obligent à rester à Rome lors de certains déplacements ?
ABUS DE POUVOIR, NON RESPECT DE LA LIBERTE PERSONNELLE DE L’INDIVIDU, INSTRUMENT LUCRATIF POUR LES CLUBS DE FOOT ! NO ALLA TESSERA DEL TIFOSO !!!

Dans le même registre, même à domicile les tambours, drapeaux et mégaphones ont été limités, cela joue forcément sur l’ambiance ?
Ils sont simplement entrain d’essayer d’éliminer d’une manière scientifique toutes les manifestations d’enthousiasme et de passion dans un lieu à forte population comme un stade. Certainement l’ambiance est différente d’il y a quelques années.

Pensez-vous que le mouvement ultra en Italie est sur le déclin ? Et si oui quels groupes peuvent en être le moteur de relance ?
La répression qu’est entrain de vivre le monde Ultras, les lois spéciales, les mesures qui viennent appliquées dimanche après dimanche, ce sont des choses qui n’ont jamais été faites en Italie, MEME PAS POUR LA CRIMINALITE ORGANISEE ! Affronter tout ça pour des personnes qui n’ont pas d’instrument médiatique derrière eux comme les Ultras, est très difficile, seuls quelques radios libres nous laissent nous exprimer librement. Tout cela fait que le mouvement Ultra est entrain de vivre une période difficile et délicate. Ce qu’on peut dire, c’est que le sentiment qui réunis tous les Ultras d’Italie devient toujours de plus en plus fort, en Novembre dernier ( NDLR : Novembre 2009), lors de la manifestation contre LA TESSERA DEL TIFOSO, nous avons pu parler et échanger nos points de vues avec beaucoup d’autre supporters d’Italie avec qui nous ne nous entendons pas spécialement bien. Les braises ne s’éteignent pas sous les cendres.

La mort de Gabriele (tifoso laziale), quel est votre point de vue ?
Ce qui est arrivé à Gabriele pouvait arriver à n’importe qui. GABRIELE ATTEND TOUJOURS QUE JUSTICE SOIT FAITE !

Un petit mot sur le derby, un peu spécial au vue du classement, qui approche ?
Nous nous préparons avec l’adrénaline nécessaire pour affronter des supporters et une équipe qui n’est qu’invitée à Rome et qui est en plus mal supportée. Mais nous sommes convaincus qu’ils retourneront vite d’où ils viennent.

Notre site/forum, Cesololaroma, va fêter au mois de mai ses 5 ans, et depuis cette année, avec de plus en plus de déplacements qui s’organisent. Pensez-vous qu’il est important d’avoir des groupes de supporters de la Roma, en dehors de l’Italie ?
Certainement. En Italie il y a plus de groupes de supporters qu’on ne le pense, qui tout comme nous ont la même passion, à la différence que nous contrairement à vous, nous avons la chance de pouvoir suivre tous les matchs au stade et de vivre cette passion de prêt !

Imaginez-vous qu’il serait possible de voir un groupe ultra composés de Français, de Belges et de Suisses à l’Olimpico à certains matchs et serait-il bien accepté ?
Je ne pense pas qu’il serait possible de voir un groupe Ultras composé de garçons étrangers à l’Olimpico car ça serait très compliqué à gérer. Par contre, ce que je crois, c’est qu’il est bien possible que vous puissiez constituer une espèce de « Légion Etrangère » dans un groupe déjà existant. Nous, nous sommes déjà content si dès dimanche prochain (NDLR : Roma-Atalanta, déjà passé) vous venez assister au match en notre compagnie, sur notre muret !

Un petit mot pour tous les lecteurs du site ?
Les gars, le simple fait que vous soyez amoureux de la même chose que nous vous rend spécial à nos yeux. Vous avez choisit, parmi toutes les équipes italiennes, celle qui plus que toutes les autres vous ferra souffrir, mais dans un monde de football fait de supporters, vous avez choisit d’être ROMANISTI, et il n’y a rien de plus beau ! « La Roma n’a jamais pleuré et ne pleurera jamais, car seuls les faibles pleurent, les forts ne pleurent jamais », Dino Viola.

Chant C.S.R. pour l’occasion :

LES ROYALIST SONT NOS AMIS ! LES ROYALIST SONT NOS AMIS !*
I Royalist sono i nostri amici !