graziani as roma
Photo tirée du site Centrosuonosport.it

Giuseppe Giannini, ex-joueur de l’AS Roma, s’est exprimé au micro de Centro Suono Sport :

« Par rapport à la saison passée, quand en septembre on disait que la Roma aurait pu remporter le Scudetto, cette année pour les choix faits sur le mercato, pour le changement d’entraîneur, pour la croissance du Napoli, j’ai toujours parlé d’une Roma qui aurait pu rejoindre au maximum la troisième place. Ce dernier mois, l’entraîneur a commis diverses erreurs : le tentative d’insérer à tout prix Schick a miné de façon pensant les certitudes qui jusqu’à ce moment avait été acquis par l’équipe. Je ne crois pas que ça soit un hasard que la Roma ait coulé au moment de cet insertion. Le large turnover peut se faire si les joueurs ont la personnalité. Le problème est évidemment caractériel. En ouvrant les grilles de Trigoria, alors les joueurs comprendraient réellement ce que cela signifie d’endosser ce maillot, en donnant tout. La présence constante des tifosi au bord du terrain fait que le joueur s’entraîne à 100%, toujours. Jouer à Rome veut dire jouer avec une charge de pressions extraordinaire. La Roma n’a pas encore compris pleinement ce discours : si l’entraînement est étouffé, la confrontation directe avec la tifoseria est seulement à l’Olimpico, le rapport est mis en sourdine et les joueurs ne comprennent pas réellement où ils se trouvent. Je l’ai senti sur mes épaules durant 15 ans, mais quand je me suis hasardé à conseiller aux dirigeants de la Roma d’ouvrir Trigoria aux tifosi, on m’a répondu que ce n’était pas possible. Cela arrive par contre à la Lazio, parce qu’ils ont compris qu’en bien ou en mal la proximité des tifosi est fondamentale ».