Site AS ROMA

Gervinho, Le Phénix qui renaît de ses cendres

Auteur d’une très grande première saison, Gervinho a déçu durant la saison dernière (notamment à cause de son départ à la CAN). Alors qu’il fût à un pas de rejoindre Al-Jazira cet été, l’attaquant ivoirien renaît depuis une semaine (avec 4 buts en 3 matchs), alors qu’il fût sur le banc durant 4 des 6 premiers matchs cette saison.

Auteur d’une saison très compliqué à Arsenal (18 matchs de Premier League, et 6 en Champions League, pour un total de 7 buts malgré tout), Rudi Garcia n’hésite pas à récupérer Gervinho pour tenter de le relancer. Alors qu’il est écarté du groupe londonien durant l’été 2013, il signe finalement à l’AS Roma pour une somme comprise entre 8 et 10 millions d’euros. S’il y a beaucoup de scepticisme autour de son arrivée, l’ivoirien va très vite se mettre le public dans sa poche. Une première rentrée peu convaincante face à Livorno, puis plusieurs face à face manquées contre le Hellas Verona. Il faudra attendre la 5ème et 6ème journée pour le voir enfin débloquer son compteur but : d’abord face à la Sampdoria, puis un doublé face à Bologne. Quelques semaines plus tard, « G27 » apprend sa nomination (avec Mehdi Benatia) parmi les 25 meilleurs joueurs africains de l’année. Gervinho va alors connaître un vide, et ne retrouvera le chemin des filets (de façon peu utile, puisque le 4ème but face à Catane) que lors du dernier match de l’année civile 2013. Il va ensuite connaître une vague positive entre la fin janvier et début février avec chronologiquement un but décisif face à la Juventus en Coupe d’Italie (une talonade aérienne sur un centre de Kevin Strootman), puis une réalisation sur la pelouse de Verona, et enfin un doublé. Il terminera la saison en boulet de canon, avec 4 buts entre le 22 mars et le 25 avril 2014 (Chievo, Parma, Atalanta, Milan). Au final, il termine cette première saison avec 12 buts (dont 9 en Serie A) et une petite dizaine de passes décisives. (encore en Coppa) face au Napoli.

L’attaquant sera forcément très attendu lors de la seconde saison. Et celle-ci ne pourra qu’être considéré comme décevante. Il ne jouera que 24 matchs de Serie A (où il faut prendre en compte son départ pour la CAN, qu’il remporta avec la Côte-d’Ivoire), et 2 petits buts (face à la Fiorentina, lors de la 1ère journée, et conter l’Inter, lors de la victoire 4-2). Il sauvera la face sur la scène européenne, avec 3 buts en Champions League (doublé contre le CSKA Moscou, puis but pour l’honneur face au Bayern Munich), et 2 en Europa League : à l’aller face au Feyenoord à l’Olimpico (tous ces buts jusqu’ici avaient été inscrit à domicile), puis lors du match retour aux Pays-Bas. Au total il jouera 10 matchs européens cette saison.

Tout cela lui vaut d’être placé sur la liste des transferts, et celui-ci semble à un pas de se concrétiser au début de l’été avec le club d’Al-Jazira. Mais pour des raisons obscures, dont de nombreuses rumeurs sortiront, cela capota au dernier moment. Gervinho reste donc avec son mentor Garcia. Il effectue une préparation estivale en mode alternatif, avec certains matchs où il fût transparents et d’autres où il fût élu homme du match (comme face au Real Madrid et au FC Valence). Gervinho démarre alors la saison sur la pointe des pieds. Il démarre notamment 4 des 6 premiers matchs officiels sur le banc (dont 3 fois, à domicile, sans disputer la moindre minute). Il faudra notamment attendre le Roma-Carpi pour le voir enfin fouler la pelouse du Stadio Olimpico. C’est alors que sa saison va enfin se lancer : un but de renard (suite à une frappe de Maicon repousée) et un poteau suite à une longue chevauchée. Il relance ensuite le suspens avec le but du 3-1 à Borisov, avant d’inscrire un doublé ce week-end sur la pelouse de Palerme. 4 buts en 1 semaine donc, pour lancer définitivement sa 3ème saison avec l’AS Roma. Gervinho possède l’avantage d’apporter un profil différent en attaque, pouvant autant évoluer sur un côté, qu’en pointe de l’attaque. Il apporte aussi la possibilité d’amener un duo dévastateur en terme de vivacité avec Mohamed Salah. Le phénix est prêt à renaître de ses cendres…

Twitter: @Romanista35