Garder la meute derrière, en gagnant à l’Olimpico

Après le score de parité (4-4) sur la pelouse du Bayer Leverkusen, l’AS Roma a réagi de grande manière en allant s’imposer sur la pelouse du leader, la Fiorentina (2-1). Les hommes de Rudi Garcia ont la possibilité d’enchaîner par une 5ème victoire de suite en Serie A, face à l’Udinese.

.

La conférence de presse de Garcia.

« C’est le moment d’accélérer »

« L’Udinese ne perd plus depuis 4 matchs, 7 points en 4 déplacements. Leurs armes ? Le match qui arrive est le plus important, c’est toujours plus vrai. Qui connaît le foot sait que l’Udinese a des capacités, qu’elle a fait des bons résultats. On ne regarde pas le classement même si je sais qu’on aura des questions dessus. C’est le moment d’accélérer on ne veut pas défendre la première place mais attaquer les 3 points pour gagner match après match. Les points nous feront bien postuler au classement. La vraie force de la Roma peut être le sacrifice et la volonté de s’entre-aider ? Je n’aime pas quand vous parlez des autres saison mais on finit pas deux fois second sans esprit de sacrifice. Depuis le début les joueurs ont montré une attitude collective qui me plaît. De partout où j’ai entraîné, j’ai dit que la star était l’équipe, ici on a des champions mais ça doit rester ainsi. Si tout le monde joue pour l’équipe, l’équipe aide les joueurs à se mettre en lumière. Quand on a deux joueurs comme Gervinho et Salah comment on leur explique le travail de sacrifice, mentalement et tactiquement ? Il faut que cela soit clair sur le plan tactique. Pas que pour eux deux, Edin a fait un grand match dans l’aide pour l’équipe. Bien sûr l’équipe aidera Edin, c’est normal, il marquera beaucoup de buts. Mais c’était l’unique moyen de suivre notre stratégie après le but, pour gagner le match. Ca ne sera pas habituel, l’équipe doit frapper de différentes façons, elle doit être au service de la stratégie choisie pour gagner. Demain ça sera un match différent, on verra. Contre la Fiorentina le jeu nous a emmené la victoire même avec une stratégie différente. Castan semblait en évolution contre l’Empoli, Maicon a bien joué contre Carpi, mais ils ne jouent pas ? Pour Castan, entre Verone et Roma-Empoli on a vu qu’il est revenu. En défense il faut des automatismes et la concurrence fait que les meilleurs jouent. Leo le sait bien, il lutte pour jouer, quand il sera le meilleur il ira sur le terrain. Puis il y a beaucoup de matchs, tout le monde aura sa chance. Pour Maicon, il a joué deux matchs en s’améliorant, puis on a plus joué à l’extérieur qu’à domicile, et vu le besoin d’être plus fort défensivement j’ai fait des choix. Il peut y avoir des hiérarchies mais ça peut aussi changer, en fonction des performances. J’y suis attentif en match et à l’entraînement, il y a des joueurs qui méritent de jouer et tant qu’on gagne l’équilibre n’est pas changé, même si parfois oui.

« On a su rester positive après le nul à Leverkusen »

En peu de jours on passe de l’écroulement de Leverkusen au triomphe de Florence et la première place. Ce qu’on s’est dit et ce qui a changé derrière ? On ne doit pas perdre la force offensive, je le dis depuis 3 conférences, qui ne marche pas, ne gagne pas. Mais il faut de l’équilibre. L’attitude collective, un nul en Champions et la victoire à Florence montrent que l’équipe marche bien. On essaie de toujours s’améliorer. On est resté positif après Leverkusen, les joueurs étaient énervés après ce match, quand on fait nul ainsi je m’attends à de la colère de la part des joueurs, c’est la bonne réaction. A froid après il faut savoir ce qu’on a fait, un nul à l’extérieur en Champions League n’est jamais un mauvais résultat et l’équipe a bien réagit après le 2-0, seules des équipes fortes mentalement et dans le jeu peuvent le faire. Je préfère voir les choses positives que négatives, même si je suis pas stupide et les choses négatives seront corrigées. Un joueur en confiance est plus fort et ose plus qu’un joueur en doute. Mon travail est de montrer à l’équipe qu’elle peut bien faire. Moins de 30% de possession contre Florence comme contre le Barça. Si on jouera toujours ainsi contre ces équipes ? Vous préférez la Roma d’attente ou vous continuez à préférer la Roma de Gênes ou Leverkusen ? Après Borisov on s’attendait à être en tête ? Cela veut dire que la vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain, surtout en jouant tous les 3 jours. On sait que notre destin est ainsi et les choses peuvent vite changer. Cela me semble être la bonne attitude de ne pas tomber dans le trop négatif ou dans l’euphorie. J’aime la Roma qui gagne, notre identité est d’avoir le ballon et de faire mal avec le pressing, ce qu’à cause de Salah on a fait que 6 minutes. On ne joue pas de manière différente, c’était tactique. Contre le Barça on a décidé d’attendre, de jouer en contre et de tirer du milieu (rire ndlr). Demain on doit pouvoir tout faire, les joueurs savent comment faire.

« Manolas est bien physiquement. Je le surveille, mais je le sens bien »

Tous les jours un expert ou un entraîneur donne la Roma favorite. Sauf moi, est-ce qu’ils se trompent ? C’est normal, vous êtes tellement nombreux qu’il vous faut des avis. Faites-moi penser, quand je serais commentateur, je ne devrai pas donner mon avis sur tout (rire nldr). On est pas devenus favoris, j’aime l’attitude des joueurs. On est premier car on le mérite, on récupère des joueurs, on en perd et on continue à faire de bons résultats qui nous donnent 20 points. A l’instant T le classement ne compte pas, il faut prendre match après match et penser que la prochaine est la plus importante. J’espère que les joueurs l’ont compris. La réponse je l’aurais demain à 22h45. Manolas a joué toutes les minutes possibles. Demain repos ? Totti et Keita? Francesco et Seydou ont eu des blessures importantes, ils récupèrent, ils suivent le parcours normal de réhabilitation. La date de leur retour je ne sais pas, on verra si on peut en récupérer un avant la trêve. Demain ça aurait été bien d’avoir Keita en l’absence de De Rossi, on devra trouver un regista ou changer de module. Pour Kostas, les grecs sont forts. Le défenseur central est à part, il ne fait pas moins que les autres mais ça demande moins d’effort. Quand on joue bas il y a moins de course, comme quand on presse bien, mais quand on fait des erreurs ce sont les joueurs qui courent le plus. Je le sens bien, par chance il s’est blessé pendant la trêve et il a pu récupérer pendant en se préparant pour ces matchs. Il n’est pas en dedans physiquement mais je le surveille. Vu le parcours très bon en championnat et moins bon en Champions League, si on doit faire un choix ? Non, jamais. Je veux tout gagner, bien sûr le pain quotidien reste le championnat. Pour nous c’est ainsi, même si c’est sûr qu’il faudrait un miracle pour gagner la Champions. Avant cela il faut tout donner dans la phase de groupe qu’on veut passer. On ne fera pas de calcul en vu de Leverkusen, ce match n’existera qu’après l’Inter. Pourquoi choisir ? On est en course partout, on verra après les matchs. A Florence on a trop peu parlé de Vainqueur, s’il peut faire le vice-De Rossi ? Si on se base sur Florence, oui. Il avait une tâche bien précise. Vu qu’on menait les choses étaient claires, il ne devait pas aider la défense mais aider Pjanic et Nainggolan. Il l’a bien fait, mais il doit montrer qu’il peut bien faire l’autre partie du rôle, protéger la défense contre deux attaquants, il le fait bien. Il semble avoir compris, il faut le mettre en pratique. Si c’est le cas on pourra l’utiliser. William est un joueur humble qui pense toujours à l’équipe, il apprend l’italien, il prend du plaisir dans le vestiaire, c’est une bonne personne. Maintenant il doit se mettre en avant comme à Florence et montrer qu’il est plus qu’une réserve ».

.

.

Du côté de Trigoria

L’AS Roma a connu une préparation mitigé en terme de résultats. Avec des hauts comme le succès 6-4 face au FC Seville, et des bas comme le 3-0 subit sur la pelouse du FC Barcelone. Rudi Garcia a du faire face à un mercato qui a mis beaucoup de temps à se décanter, et ne pouvant par exemple avoir à sa disposition son nouveau duo Mohamed Salah-Edin Dzeko seulement pour les deux derniers matchs amicaux. Le début de saison se montre très intéressant en terme de points, avec un bilan de 6 victoires, 2 nuls et 1 défaite. Suite au revers sur le terrain de la Samp, malgré une excellente prestation dans le jeu, l’équipe a su réagir en l’emportant quatre fois consécutivement : à l’Olimpico contre Carpi (5-1) et Empoli (3-1), ainsi qu’à Palerme (4-2) et lors du choc face à la Fiorentina (2-1) En Champions League, la Louve n’a pas su capitaliser son 1-1 face au FC Barcelone, en perdant 3-2 à Borisov et en faisant 4-4 contre Leverkusen.

Pour cette 10ème journée de Serie A, le mister français compte quelques absents : Kevin Strootman (genou), Seydou Keita et Francesco Totti (cuisse) ne sont pas convoqués. Daniele De Rossi et Mohamed Salah purgeront eux leur match de suspension. Cela permet à Abdullahi Nura, Jose Machin et Umar Sadiq d’être appelés. Concernant le 11 de départ, Leandro Castan est en ballottage avec Antonio Rüdiger dans l’axe, pendant que la position de Alessandro Florenzi n’est pas encore figé pour ce match. Doute également sur l’éventuelle titularisation de William Vainqueur, pendant que Gervinho épaulera Edin Dzeko devant.

Les convoqués de Rudi Garcia face à l’Udinese

.

L’adversaire du jour

Le début de saison de l’Udinese se montre plutôt moyen. Les hommes du mister Stefano Colantuono est de 3 victoires, 2 nuls et 4 défaites; pour 9 buts marqués et 11 encaissés. Leur bilan à l’extérieur est lui de 2 victoires (Juventus et Bologne), 1 nul (Hellas Verona) et 1 défaite (Lazio). Après avoir débuté par un succès face au champion en titre, les bianconeri ont enchainé par 5 défaite consécutives. Actuellement, ils restent sur 4 matchs sans la moindre défaite, avec 2 victoires et 2 nuls.

Sur le mercato, la Fiorentina a perdu des joueurs importants comme Allan (Napoli), Brkic, Gabriel Silva (Carpi), Naldo (Sporting), Scuffet (Como), Nico Lopez (Grenade) ou encore Pinzi (Chievo). Côté arrivée, on retrouve Faraoni (Perugia), Jaadi (Latina), Edenilson (Genoa), Adnan (Rizespor), Zapata (Napoli), Marquinho (AS Roma) ou encore Iturra (c, Grenade). Concernant l’équipe de départ, le mister Colantuono devrait notamment se passer de son défenseur français Heurtaux et son avant-centre Di Natale. Attention aux fort milieu de terrain à 5 joueurs, avec notamment Badu, Lodi ou Widmer.

Les équipes probables de l’AS Roma et de l’Udinese

.

Les dernières confrontations

2014/2015: AS Roma 2-1 Udinese (Nainggolan, Torosidis)
2013/2014: AS Roma 3-2 Udinese (Totti, Destro, Torosidis)
2012/2013: AS Roma 2-3 Udinese (Lamela x2)
2011/2012: AS Roma 3-1 Udinese (Osvaldo, Totti, Marquinho)
2010/2011: AS Roma 2-0 Udinese (Menez, Borriello)
2009/2010: AS Roma 4-2 Udinese (Toni, Vucinic x3)
2008/2009: AS Roma 1-1 Udinese (Vucinic)
2007/2008: AS Roma 2-1 Udinese (Juan, Taddei)
2006/2007: AS Roma 3-1 Udinese (Perrotta, Totti x2)
2005/2006: AS Roma 0-1 Udinese
2004/2005: AS Roma 0-3 Udinese
2003/2004: AS Roma 1-1 Udinese (Panucci)
2002/2003: AS Roma 4-1 Udinese (Montella, Batistuta, Totti x2)
2001/2002: AS Roma 1-1 Udinese (Tommasi)
2000/2001: AS Roma 2-1 Udinese (Batistuta, Totti)

L’Udinese est une des proies favorites de l’AS Roma, au Stadio Olimpico. En effet sur les 15 dernières rencontres, le bilan est de 9 victoires, 3 nuls et 3 défaites. Les giallorossi ont inscrit 30 buts, pour 20 encaissés. Mais mieux encore, les giallorossi reste sur une série de 7 victoires, 1 nul et 1 défaite durant les 9 dernières confrontations (dont 5 succès sur les 6 dernières confrontations). Depuis 6 saisons, la Louve a toujours marqué au moins 2 buts à chaque rencontre. Cependant, l’Udinese n’a pas marqué le moindre but qu’à une seule reprise. Il s’agit donc souvent de matchs avec des buts. Francesco Totti, qui sera encore absent, a marqué 7 fois face à l’Udinese, à l’Olimpico, sur cette période. Petite anecdote, Vasilis Torosidis a scoré ces deux dernières saisons.

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Carmine Russo. Un arbitre qui a un bon bilan avec l’AS Roma, de 9 victoires, 1 nul et 3 défaites. Un arbitre qui a souvent eu la main à la poche et le sifflet à la bouche, puisque lors de ses 12 matchs, il a donné 7 cartons rouges (4 pour la Roma et 3 pour les adversaires) et 7 penalties (4 pour la Louve et 3 pour les adversaires). On se souviendra notamment du 2-1 sur le terrain de Brescia, avec le penalty/expulsion injuste sur Mexes (où Julio Sergio pleur et sort sur blessure) ou encore la victoire 3-2 à Bari, avec 2 penalties transformés par Totti, et une Roma qui l’emporte à 9 contre 10. Les derniers matchs en championnat fûrent les victoires de la première saison de Rudi Garcia, à Bologne (5-0) et Livorno (3-0), mais aussi la défaite face à la Juventus lors de la 37ème journée à l’Olimpico (but d’Osvaldo dans les dernières minutes). Cette saison, les hommes de Rudi Garcia l’avaient emporté face au Hellas Verona (2-0, buts de Destro et Florenzi), et fait match nul à la maison (1-1 contre Empoli (avec l’expulsion de Manolas provoquant le penalty).

L’Udinese possède, avec Mr Russo, un bilan de 4 victoire, 2 nuls et 4 défaites. Le dernier match fût un revers sur la pelouse du Torino la saison dernière (1-0).

Twitter: @Romanista35