Gago: « Je peux jouer partout dans le milieu à trois »

Fernando Rubén Gago a été présenté cet après-midi à la presse. Prêté par le Real, avec une option d’achat à 6.5 millions, l’argentin de 25 ans arrive ici pour montrer qu’il mérite sa place et qu’il possède toujours de très grandes qualités. Pour lui la cohabitation avec De Rossi est possible.

Quand Baldini t’amena à Madrid il y avait beaucoup d’attentes autour de toi. T’as-tu manqué un peu de chance au Real ? À Rome te sens-tu de passage ou souhaiterais-tu rester à long terme ici ?
« Ce n’est pas vraiment ainsi, lorsque je suis arrivé tout s’est très bien déroulé et nous avons gagné le championnat. Ensuite tout s’est compliqué suite à ma blessure. Cela a été une période compliquée à Madrid, mais en général mon passage là-bas a été positif, de toute façon j’ai gagné quelque chose et j’ai joué des matchs importants. Après ma blessure j’ai perdu la confiance de l’entraîneur. À Rome je suis venu pour jouer et pour montrer que je mérite ma place, le futur est toujours un inconnu »

Tu viens de Mourinho, vois-tu des différences et des analogies avec Luis Enrique ?
« Ils sont très différents, chacun a sa façon de travailler. Chez les deux il y a des côtés positifs, l’un a l’expérience, l’autre une façon intéressante d’entendre le jeu »

Te sens-tu bien, es-tu prêts pour jouer ?
« Oui, Je suis bien, j’ai eu un petit problème en Copa América cet été mais tout est rentré dans l’ordre »

Quel a été l’influence de Baldini concernant ton transfert ici ?
« Il a été un facteur important, mais pas celui prédominant. Le projet a été dominant, tout comme ce que représente cette ville et cette équipe »

Tu peux jouer avec De Rossi ?
« Oui, Nous pouvons tranquillement jouer ensemble. Il n’y aura pas des problèmes. Évidemment c’est une décision de l’entraîneur, je peux couvrir tous les rôles du milieu de terrain, même avec l’Argentine j’ai joué en position avancée ou reculée »

Il y a eu des problèmes avec Mourinho après que tu as dit que Barcelone jouait mieux au football…
« Cela a été de simples déclarations faites, ensuite la presse a construit un cas là-dessus »

Quel vestiaire as-tu trouvé à la Roma, comment est l’humeur ?
« J’ai été seulement un jour dans le vestiaire, mais il n’y aura pas des problèmes. Ce qui est important est d’avoir tous le même objectif, et faire ce que demande le mister. Ensuite il y a des joueurs jeunes et d’autres plus d’expérimentés, comme le symbole Francesco Totti. Les jeunes doivent le prendre comme exemple »

Où peut arriver la Roma ?
« Parler d’objectifs aujourd’hui est prématuré. Mais au niveau des joueurs, du projet et du club, la Roma doit viser l’objectif maximal. Mais il est bien de procéder avec tranquillité. Je suis sûr que tous les joueurs et le club veulent offrir des succès à la Roma »

La présence de Totti.
« Il est très important, autant sur que en dehors du terrain, pour ce qu’il a gagné, pour son charisme. Il est toujours beau de l’avoir dans son équipe, de voir comment il s’entraîne. Il est un exemple à suivre, pour les jeunes et pour ceux qui comme moi découvre un nouveau pays. Le fait qu’il joue ici depuis tant d’années en est la preuve ».

Ta qualité et ton défaute ? Peux-tu nous décrire ton coéquipier argentin, Lamela.
« Il est difficile d’indiquer des qualités et des défauts. Je cherche à m’améliorer chaque jour, parfois je joue mieux, parfois moins bien. Mais l’engagement est toujours maximal. Tous me connaissent, j’ai joué 5 ans au Real, mais on peut toujours s’améliorer. Lamela est plus jeune que moi, il a les idées claires, il a ce qu’il faut pour jouer dans un grand club comme la Roma »

Tu as marqué peu de buts dans ta carrière.
« C’est la position que j’ai sur le terrain. Au Boca et au Real j’ai joué dans une position reculée, je devais donner l’équilibre, je pouvais peu m’insérer en attaque. Mais ceci est un des points sur lequel je peux m’améliorer et j’espère y réussir ici »

Le fait de ne pas disputer de coupe d’Europe n’est pas un problème ? Est-il important d’avoir Luis Enrique comme entraîneur ?
« Au contraire, ceci est un nouveau projet. Il est un dommage que la Roma ait été éliminée, mais il reste des objectifs importants. Mais il sera important de procéder avec tranquillité. Le rapport avec Luis Enrique ? Il est important de parler espagnol. C’est une personne très sage, il sait ce qu’il veut. Maintenant nous espérons que l’engagement mis à l’entraînement soit traduite par les résultats »

Un recrutement très jeunes a été réalisés, avec 7 joueurs de moins de 22 ans, et deux (dont toi) de 25 ans.
« C’est un projet extrêmement intéressant, l’équipe a des ambitions importantes. J’ai 25 ans, et j’estime avoir joué un grand nombre de match pour mon âge. Je mets à disposition mon expérience, mais ici je suis comme les autres. »

Tu as débuté en club à 17 ans et en équipe nationale à moins de 21 ans. Quels conseils peux-tu donner aux jeunes arrivés pour qu’ils ne se brûlent pas trop tôt les ailes ?
« , En Argentine j’ai débuté à 17 ans, en jouant 80 matchs avec Boca Junior, en gagnant beaucoup de titres, ensuite le Real Madrid m’a voulu, un club très prestigieux. J’ai reçu à 20 ans ma première convocation nationale. Le secret est que j’ai toujours maintenu l’humilité, la tranquillité, je me suis toujours fixé de nouveaux objectifs. Il faut procéder graduellement, ne pas aller trop vite ».

Comment s’est-il produit ton passage à la Roma ?
« J’avais donné ma parole à un dirigeant de la Roma. Pour moi la parole compte plus que l’argent, j’attendais seulement l’officialisation. Un intérêt de Palerme ? Je n’en savais rien, pour dire vrai »

Quelle idée t’es-tu fait du championnat italien et de comment peut jouer la Roma ?
« Le championnat italien sera toujours un des plus importants au monde, autant pour le prestige des clubs, que pour les tifosi qui vivent le football d’une certaine façon. Nombreux sont les derby, les grands matchs, les stades sont toujours pleins (lol, ndr) et il y a la passion. Lorsque j’étais venu ici avec le Real Madrid, le stadio Olimpico m’avait beaucoup frappé. En ce qui concerne cette équipe, elle a un effectif avec beaucoup de joueurs, ensuite l’entraineur choisira. Il y a beaucoup de concurrence, mais elle est saine et ceux qui seront le mieux joueront. Dans tous les clubs importants cela fonctionne ainsi »

Tu as parlé de derby, tu es habitué à Boca-River. Ici Roma-Lazio est très important, as-tu de la peine pour la descente du River et quel est ton bilan dans les derby en général ?
« Oui, J’ai joué beaucoup de derby. J’ai un bilan positif. Je crois en avoir perdu seulement un en première division. Pour la rétrogradation du River ce n’est pas positif pour le football argentil, mais il ne reste maintenant plus qu’espérer une remontée pour avoir de nouveau un Classico »