Francesco Totti élu CSR D’OR 2013

Comme à chaque début d’année, le site CSR vous dévoile le classement des meilleurs joueurs de l’AS Roma de l’année qui vient de s’écouler. Un classement représentatif des membres du forum, qui ont dicté leur Top 5 de l’année 2013, pour cette 5ème édition. Voici donc le classement du CSR 2013, du panel de 46 membres du forum. Retrouvez ce mercredi soir, peu avant minuit, la vidéo de ce classement CSR D’OR 2013 sur la page Facebook AS Roma Francophone !

1. CSR D’OR – Francesco Totti, 382 points : Le Capitano remporte pour la 4ème fois ce CSR D’OR (la 5ème avait été remporté par Mirko Vucinic) principalement grâce à sa régularité tout du long de cette année 2013. En effet « Cesco » a terminé cet exercice avec 9 buts au compteur, en faisant le meilleur buteur giallorosso de l’année : 2 buts sous Zeman, 4 avec Andreazzoli et 3 avec Garcia. Il aura en plus de cela réalisé une dizaine de passes décisives, en faisant le joueur qui éblouit toujours, du haut de ses 37 ans, le jeu giallorosso. Et sa polyvalence est également à primer. En effet il aura évolué dans une position différente avec chacun de ses entraineurs. D’abord faut ailier avec le boemo, puis meneur de jeu avec Andreazzoli et régulièrement faux numéro 9 avec le mister français. Un tandem qui semble d’ailleurs bien fonctionner puisque le n°10 giallorosso a déclaré que « Garcia est l’entraineur du futur », tandis que ce dernier ne cesse de tarir d’éloges son maitre à jouer. Chiche… une année 2014 d’aussi bonne facture ?

2. CSR D’ARGENT – Mehdi Benatia, 228 points : 4 mois en giallorosso, et le défenseur franco-marocain est déjà adulé de toute une tifoseria. Arrivé cet été sur la pointe des pieds, notamment à cause d’une blessure la saison dernière, il ne lui aura fallu que très peu de temps pour rapidement faire oublier le partant Marquinhos, et s’imposer comme un véritable cadre de cette équipe. En Serie A depuis plusieurs saisons, Benatia maitrise la langue à la perfection, et obtient le respect de ses coéquipiers, à tel point qu’il soit déjà le 3ème Capitaine romanista dans la hiérarchie. Sa paire défensive avec Castan, pourtant très critiqué au départ, se montre impériale et est ce qui se fait de mieux dans ce championnat. Outre son placement et sa qualité exceptionnelle dans les duels, l’ex-joueur de l’Udinese s’est également mué en buteur. En effet il a inscrit 4 buts en cette fin d’année 2013 (plus un autre ce dimanche) et est actuellement co-meilleur buteur du club avec Florenzi. La Louve a trouvé son nouveau Roc !

3. CSR DE BRONZE – Daniele De Rossi, 160 points : Ce n’est pas peu dire que le courant ne passait pas avec Zeman. Dès le départ de l’entraineur tchèque, Daniele a petit à petit retrouvé son niveau. Repositionné avec Andreazzoli à la récupération dans une doublette, c’est surtout grâce à Garcia qu’il a tout simplement retrouvé son meilleur niveau. L’ex-technicien lillois le replace à la position qu’il affectionne et où il a longuement brillé sous Luis Enrique, à savoir en sentinelle devant la défense. DDR met au service du collectif son sens du placement, récupère un nombre immense de ballons et se mue en première relanceur avec sa vision du jeu. Il aura notamment été le premier buteur de la saison, qui débloquera la première journée de Serie A face à Livorno. Les récents bruits de couloirs racontent que la Roma aurait pu le vendre cet été, pour récupérer ensuite Nainggolan. Mieux encore, les deux joueurs occuperont le maillot giallorosso pour cette année 2014 !

4. Kevin Strootman, 95 points : L’investissement le plus cher de l’ère américaine a su très vite faire valoir son prix. Celui qui a récupéré, contre tout attente, le numéro 6 de Aldair a su se montrer indispensable en l’espace de quelques semaines. Kevin est devenu la valeur ajoutée de l’entre-jeu romanista, où son abatage a su mettre en avant ses coéquipiers au milieu. Déjà 3ème Capitaine des Pays-Bas a seulement 23 ans, il a déjà inscrit 4 buts et réalisés 6 passes décisives. Outre cet aspect décisif, Strootman a mis en avant son travail de pressing et de récupération en en faisant une arme redoutable pour le mister Garcia. Et dire que les hollandais mettent toujours du temps à s’adapter à la Serie A… nous attendons la suite avec impatience !

5. Miralem Pjanic, 77 points : Toujours présent dans le Top 5 ! S’il peut être accusé d’être irrégulier, Pjanic s’épanouit de plus en plus et marquer petit à petit son emprunte sur le jeu de la Roma. A la mi-saison, « Mire » a déjà scoré 3 fois et réalisé 4 passes décisives. Avec des milieux de terrain plus travailleurs et ratisseurs derrière lui, Pjanic aura tout l’art de s’éclater et de distiller les ballons vers ses attaquants. Alors que sa prolongation de contrat se fait toujours attendre, l’année 2014 doit être la sienne, sous peine de le voir partir sous d’autres cieux pour un chiffre avoisinant les 30 millions d’euros…

6. Castan 64 points
7. Gervinho 34 points
8. Destro 33 points
9. Lamela 29 points
10. De Sanctis 28 points
11. Florenzi 21 points
12. Marcos 12 points
13. Bradley 3 points
– Ljajic 3 points
15. Balzaretti 1 point

Les autres distinctions :

Le CSR de la révélation – Gervinho : S’il a déjà fait ses preuves par le passé, l’attaquant ivoirien est une révélation en comparaison avec les critiques faites lors de son arrivée. Si ses premières prestations n’ont pas été convaincantes, « G27 » a su très vite s’imposer comme un titulaire indiscutable du dispositif de Rudi Garcia. Amenant sa vivacité et sa vitesse, l’ex-Gunners a su apporter ses qualités dont aucun autre joueur dispose au sein de cet effectif. S’il a su se montrer décisif avec ses buts, passes décisives ou penalties provoqués, les tifosi attendent cependant plus de ce joueur dont la principale faille reste son manque de lucidité à la finition. Comme l’a déclaré Francesco Totti « s’il marquait plus, il serait Cristiano Ronaldo et serait transféré pour 100 millions d’euros ». Il n’empêche que Gervinho est en capacité d’apporter encore plus à cette équipe. Nous aurions également pu citer Leandro Castan, arrivé sur la pointe des pieds du Corinthians, et qui ne cesse de devenir petit à petit l’un des tous meilleurs défenseurs centraux du championnat.

Le CSR du meilleur jeune – Dodo : Si Marquinhos n’a pas fait l’ombre d’une doute lors de l’année 2012, c’est aussi un peu par défaut que ce « titre » revient au jeune brésilien, tant les jeunes joueurs n’ont pas fleuri en 2013. Mais c’est surtout pour sa progression qu’il mérite cette reconnaissance. En effet Dodo n’a cessé de croître au fil des mois, autant dans la phase défensive que la phase offensive. A tel point qu’il a sur ce début de saison disputé 12 rencontres sur les 19 de la phaser aller. S’il obtient encore pas mal de critiques, beaucoup semble oublier qu’il n’a que 21 ans et encore peu de matchs dans le monde professionnel…

Le CSR de carrière – Nicolas Burdisso : Après avoir primé Simone Perrotta et Rodrigo Taddei les années passées, il en revient logiquement au « Bandito ». Si la paire Benatia-Castan l’oblige à manger les miettes qui tombent par terre, Burdisso a su faire le taff les rares fois où l’on a fait appel à lui. Outre ses prestations sur le terrain, c’est surtout son comportement et caractère qui sont à mettre en avant. Nicolas reste l’un des joueurs les plus importants du vestiaire, et notamment pour aider et donner ses conseils aux jeunes joueurs. S’il dispute assurément ses derniers mois avec le maillot de la Roma, Burdisso aura beaucoup apporté à ce club, et pourra partir avec la certitude d’avoir fait ce qu’il fallait.

Le CSR du mister – Rudi Garcia : Pas besoin de faire de longs discours, quand il suffit de faire parler les chiffres : Le record de victoires en début de saison en Serie A (10 succès), le record du championnat de buts encaissés à la mi-saison (10 buts concédés) ou encore le record de points de l’histoire de l’AS Roma avec 44 points en 19 matchs. S’il continue ainsi, le mister va très rapidement se voir faire construire une statue dans la Capitale italienne. Mais le français est assez pragmatique pour savoir que le vent peut très vite changer de sens et qu’il doit garder la barre bien droite. L’année 2014, avec une qualification en Champions League ?), peut être celle de la consécration, pour l’homme qui avait été cet été la surprise du chef de Walter Sabatini.